lundi 18 septembre 2017

Connaissez-vous la Corée du Nord ?




Le gaesaekki (la pire des injures en Coréen pour fils de chien bâtard, pour Kim Jung-un on pourrait rajouter petit fils) Kim Jung-un, grand leader et chef suprême de la République populaire démocratique de Corée  parlerait Français, c’est très bien; ainsi il comprendra qu’il y a dans le monde des gens qui ne supporte plus sa tronche de communiste et de grand criminel contre l’humanité marxiste en surcharge pondérale, de suppôt de la haine rouge stalinienne et de répugnant scélérat collectiviste. Il a bien mérité ses autres surnoms de byeongsin (crétin ou bouffon) de byeontae manghalnom (pervers sodomite) d’après de mauvaises langues de dissidents évadés de l’enfer de la seule dynastie communiste de l'Histoire.               
Mais que savez-vous vraiment sur ce régime de Pyongyang ? La plupart des journalopes médiacrasseux et marxistes culturels occulte le caractère intrinsèquement communiste et marxiste de ce régime totalitaire et criminel contre l’humanité.
Tout a commencé en février 1945 à Yalta, station balnéaire sur la mer de Crimée. Il y a un parfum de victoire dans l’air à ce sommet réunissant l’alcoolique Britannique Winston Churchill, l’Américain Franklin D. Roosevelt et le grand criminel contre l’humanité le soviétique bolchévique Joseph Staline. Même s’ils ne se sont pas partagé le monde comme le veut la légende, il y a eu des décisions lors de ce sommet destiné à préparer le monde de l’après-guerre.                   L’une d’elle, à laquelle ils n’ont pas consacré beaucoup de temps, a été de diviser la péninsule coréenne entre deux zones d’influence à la défaite japonaise, l’une américaine au sud du 38e parallèle, l’autre soviétique et chinoise au Nord.                                                                        Même si, à Yalta, Winston Churchill aurait déclaré qu’il n’avait «jamais entendu parler de ce foutu endroit» («never heard of the bloody place», cité par Jasper Becker dans «Rogue Regime»). Cette division devait être provisoire, mais 68 ans plus tard, les Coréens en paient toujours le prix. Le «prix» étant nettement plus élevé au Nord.  
                                                                         C’est le grand criminel contre l’humanité Staline et son service secret, le sinistre NKVD, qui prennent les choses en main à partir de 1945 pour bâtir de toutes pièces un régime communiste au Nord, comme ils le feront ailleurs. Leur choix se porte sur Kim Il-sung, un obscur militant communiste coréen ayant grandi en Chine où il était arrivé à l’âge de sept ans, parlant mal le coréen, inconnu dans son pays, mais dont ils feront, par un subtil mélange de force et de propagande, un dieu vivant. «Nous l’avons fait à partir de zéro», se vante même Leonid Vassin, agent du NKVD, cité par Jasper Becker, qui a écrit une histoire du régime des Kim : «Quand Kim est arrivé, nous avons remarqué qu’il ne parlait pas couramment coréen», se souvient Vassin. Le 23 août [1945], Vassin explique qu’il a reçu l’ordre de lui donner un costume civil, et lui a donné trois jours pour apprendre un discours qui avait été écrit pour lui. Ce discours a été prononcé devant le premier congrès du parti organisé par des vétérans communistes, qui avaient été libérés à la suite de la défaite japonaise. Comme Kim n’avait aucune légitimité ni soutien, le NKVD a préféré lui créer son propre parti, le Parti des travailleurs. Très vite, ils ont contraint les autres partis à fusionner avec lui et brouillé les pistes sur son origine».                                                                 Jasper Becker raconte comment, «dès 1949, la République démocratique et populaire de Corée était devenue une dictature communiste stalinienne à part entière, avec ses camps de travail, ses purges, ses détentions arbitraires, et son culte de la personnalité. Kim a érigé la première statue à son effigie alors qu’il n’avait pas 40 ans, et commença à se faire appeler “le Grand Leader”, ou Suryong en coréen».                                                                 La guerre de Corée (1950-1953) est le premier conflit de la «guerre froide» Est-Ouest.                                                    Selon les archives soviétiques découvertes à Moscou après la fin de l’URSS, c’est Kim Il-sung qui a lancé l’idée d’attaquer le Sud, et a réussi à en convaincre Staline. Le leader soviétique, alors au faîte de sa gloire et de sa puissance, a poussé la Chine de Mao, alors dans son orbite, à aider la Corée du Nord. Près d’un million de Chinois, membres d’une armée de «volontaires», s’engageront dans cette guerre de trois ans, pensant remporter une victoire facile sur une Corée du Sud à laquelle les Etats-Unis semblaient alors attacher peu d’importance. Ce fut une erreur de calcul, et l’armée chinoise subit de très lourdes pertes. Parmi les victimes, le propre fils de Mao Zedong, Mao Anying, qui s’était engagé parmi les «volontaires» commis d’office.                                                                                      Ce prix du sang crée un lien particulier entre les Chinois et la Corée du Nord. En 2003, pour le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre, une grande exposition au musée militaire de Pékin avait attiré une foule immense, souvent des familles guidées par des anciens combattants. Et c’est de son exil aux Etats-Unis qu’un écrivain chinois, Ha Jin, a raconté pour la première fois, en s’inspirant de l’histoire de son père, le sort de ces milliers de prisonniers de guerre chinois tombés aux mains des Américains, et que Mao ne voulait plus revoir vivants puisqu’ils avaient été capturés au lieu de se sacrifier au combat.                                                                                                                               De même qu’on ne franchissait pas, avant la chute du mur, le point de passage de Check Point Charlie, à Berlin, entre est communiste et ouest libre, sans avoir une boule à l’estomac, il faut avoir visité Panmunjon, dans la zone démilitarisée entre les deux Corées, pour comprendre la froide hostilité entre les deux mondes. La grande attraction touristique est évidemment la minuscule baraque au toit en tôle ondulée, séparée en deux par la ligne de démarcation de la fin de la guerre en 1953. On y pénètre en compagnie d’un soldat (américain si l’on vient du Sud, nord-coréen si on vient du Nord), à la condition de se tenir de son côté de la ligne. Au bout de la pièce, un soldat de l’autre bord surveille la scène, et des micros enregistrent les explications données par les guides militaires pour qu’aucune incitation à la guerre ne soit prononcée... La zone démilitarisée porte mal son nom, puisque c’est, de fait, la zone la plus militarisée au monde, se disputant ce titre avec la frontière indo-pakistanaise... La guerre est aussi celle de la propagande. Les Nord-Coréens y construisent un mât géant auquel est accroché un drapeau, dont la taille lui vaudrait une entrée au Guiness Book of Records si Pyongyang en faisait la demande... Et les slogans lancés par haut-parleurs dans les moments de tension font partie des grands classiques de la «guerre psychologique». A l’heure nucléaire, toutefois, la DMZ perd de son enjeu stratégique. Si la guerre devait un jour éclater, elle passerait sans doute par les airs, à coups de missiles, avec ou sans tête nucléaire. Et la ligne peinte au travers de la baraque de Panmunjon perdrait aussitôt de son importance...
Les journalistes accrédités qui ont eu la chance d’une visite en Corée du Nord, ont reçus un livre précieux : le «Grand guide des journalistes», un ouvrage traduit en français, en forme de petit livre rouge, qui se révèle d’une lecture fascinante, dès l’avant-propos :
«Notre presse écrite et parlée a atteint à l’heure actuelle son plein épanouissement et nos journalistes déploient tout leur talent au service du Parti et de la révolution. Les progrès qui se constatent chaque jour dans notre presse et le développement des qualités humaines et professionnelles des journalistes ainsi que les émouvantes histoires d’affection d’homme à homme seraient inconcevables sans la direction clairvoyante et la sollicitude immense du camarade Kim Jong-il, dirigeant bien-aimé de notre peuple. Aimant la compagnie des journalistes, le camarade Kim Jong-il s’applique à régler les problèmes grands et petits qu’ils rencontrent dans leur travail et leur permet, en leur fournissant de claires orientations, de produire des textes et de réaliser des publications de valeur réelle, tout à la fois conformes aux intentions du Parti et à l’attente du public. En prenant les journalistes sous sa généreuse protection, qui s’étend jusqu’à leur vie quotidienne, il les aide à mieux répondre à la confiance du Parti. Sous sa brillante direction, grâce à sa vive intelligence et à l’affection dont il entoure les travailleurs de la presse, celle-ci connaît maintenant un essor continu très remarquable».
Dès le premier chapitre, intitulé «Travaillons à notre manière», le guide précise :                                                      «Tous les jours, à l’aube, dans le pays du matin calme qu’est redevenue la Corée du Djoutché [l’idéologie nord-coréenne. Le juche est une perversion autocratique de l’idéologie marxiste développée par le fils de chien Kim Il-sung et qui fonde le régime de la République Populaire Démocratique de Corée. Elle guide les activités du Parti du Travail de Corée, dominant en Corée du Nord, et du Front démocratique national anti-impérialiste en Corée du Sud et a vocation à diriger le destin de chaque citoyen.
En France aussi les marxistes endoctrinent les enfants

L'idéologie du juche est accompagnée par une propagande marxiste intensive, dont l'un des aspects les plus saillants est un culte de la personnalité autour de la «dynastie Kim», la radio diffuse d’abord la merveilleuse mélodie du «Chant du Général Kim Il-sung» (sorte de Hors Wessel Lead à la mode niakoué), immortel hymne révolutionnaire. En l’entendant, notre peuple commence sa journée, rempli de la fierté d’avoir pour Leader le grand camarade Kim Il-sung et de vivre en Corée. Le choix de cette mélodie pour commencer les émissions radiophoniques du jour est un témoignage de la volonté du camarade Kim Jong-il, Dirigeant bien-aimé, de mettre en valeur cette voix du Djoutché qui accomplit la révolution sous la conduite de son grand Leader. La musique signalant le début des émissions d’une station de radio est un des aspects importants de celles-ci. C’est en effet un facteur déterminant de leur caractère. Auparavant, la mélodie du Chant de printemps qui, par son lyrisme, invitait à méditer, commençait ces émissions. Le camarade Kim Jong-il, qui considère tous les problèmes de façon créatrice, saisissant parfaitement les exigences de l’évolution de la réalité et les aspirations de notre peuple, a fait remplacer la mélodie du Chant de printemps par celle du Chant du Général Kim Il-sung comme signal d’annonce de nos émissions radiophoniques».
Des leçons de professionnalisme qui restent d’actualité pour tous les vrais journalopes du monde entier. voir ici : Au secours Pol Pot revient. De nombreuses personnes contestent que le régime de Corée du nord soit un régime communiste arguant que la Corée du Nord est une dictature qui n’a rien à voir avec le communisme tel que le concevait Karl Marx. Selon Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, «le régime nord-coréen n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec le communisme et l’idée communiste. (…) Ce pays est une dictature qui affame son peuple. (…) Arrêtez d’appeler ce régime communiste parce qu’il ne l’est pas. Dites haut et fort, comme je le dis, que c’est une insulte aux communistes de dire que le régime nord-coréen a à voir avec ça».

Le drapeau rouge avec la faucille et le marteau c'est quoi ?
Ôtez moi d’un doute "camarades" c’est bien un drapeau rouge et une faucille et un marteau derrière le gros tas de merde Nord-Coréen ?
Donnons pour une fois partiellement raison à monsieur au grand leader du fasciste rouge ou Parti Communiste en France  et néanmoins camarade Laurent du Parti des  travailleurs révolutionnaires Français, effectivement le régime de la République Populaire Démocratique de Corée dit aussi Corée du Nord n’est pas encore totalement communiste bien qu’il y travaille sérieusement. Selon l'article premier de la Constitution de 1972 de la Corée du Nord, révisée en avril 1992, en septembre 1998 et en 1999, «la République populaire démocratique de Corée est un État socialiste souverain qui représente les intérêts de tout le peuple coréen». Etat «socialiste» ; tiens c’est comme chez les cocos alors ? Et puis cette soi-disant République Populaire et Démocratique ça vous a un de ces petits airs de dictature marxiste criminelle contre l’humanité s’inscrivant parfaitement dans la ligne des partis communistes «luttant» pour l’édification du socialisme ! Après Lénine, Staline, Mao, Pol Pot, Robert Mugabe (1), Castro, qui ont fait avec leurs complices Kim Il-sung et Kim Jung-il plus de 150 000 000 de victimes sur la planète, il manque encore quelques centaines de milliers de morts dans les camps de concentration et d’extermination et dans les chambres à gaz homicides à Kim Yong-un pour devenir un vrai communiste génocidaire comme son père et son grand père formés par les services secrets communistes du NKVD soviétique.
Il est vrai aussi que l’idéologie marxiste qui anime ce pays est assez originale elle s’appelle le Juche. Le Juche est l’idéologie inventée par les communistes soviétiques et développée par l’ancien président de la Corée du Nord, Kim Il-sung. C’est la base du régime de la République populaire dite «démocratique» de ce pays. Elle guide les activités du Parti du Travail de Corée, seul et unique parti politique représenté en Corée du Nord (Comme le NSDAP de monsieur Adolph Hitler : Parti Social Nationaliste des Travailleurs Allemands). Cette idéologie copiée stricto sensus sur le marxisme, règle sans qu’il le sache (certains s’en doutent un peu), le destin de chaque citoyen.  Au lendemain de la Guerre de Corée entre 1950 et 1953, Kim Il-sung commence à bâtir sa puissante dictature marxiste avec l’aide du NKVD Soviétique. Il élimine démocratiquement un à un les cadres du Parti du Travail Coréen et instaure peu à peu l’idéologie «Juche». Le dictateur marxiste s’inspire des nauséabondes idées marxistes-léninistes qui prônent une société sans classes. Le Juche repose également sur le principe d'indépendance politique, d'autosuffisance économique et d'autonomie militaire. Cette idéologie a pour but la réunification avec la Corée du Sud, selon le discours officiel du Nord. Le pays éprouve d’énormes difficultés pour l'autosuffisance alimentaire. L’autonomie militaire est par contre bien assurée, tandis que des pourparlers entre le Nord et le Sud continuent depuis de nombreuses années sans qu'aucun accord ne soit trouvé. Bien que l'idéologie soit inspirée du communisme et que le régime suit tous ses principes il en rajoute dans la turpitude communiste. On sait que ce pays pacifiste, démocrate et progressiste fait fonctionner de très belles chambres à gaz homicides dans son plus grand camp de concentration, le camp 22 et dans bien d’autres. Des transfuges ont transmis des documents qui démontrent l’existence d’«expériences» pratiquées à l’aide des chambres à gaz. Un document tamponné «Top secret» et «une lettre de transfert» datés de février 2002 se réfère à Lin Hun-hwa, 39 ans : «la susdite personne est transférée au camp ... numéro 22 dans le but d’expérimentation humaine de gaz liquide pour des armes chimiques», ça doit être ça le communisme à visage humain ! Kim Il-sung le grand leader et grand papa du gros tas Kim Yung Un avait organisé la société de manière à en avoir le contrôle total: chaque Nord-coréen est recensé, puis classé dans une des trois grandes classes de la société. La première est la classe des «masses du noyau central». Elle est constituée  d’un ramassis d’apparatchiks rampants et de bureaucrates bolcheviques dégénérés dits héros du peuple, de leurs familles, vivant dans la capitale. La seconde classe sociale est celle des «masses extérieures au noyau» regroupant les personnes sans intérêt particulier pour le régime, des esclaves: paysans, ouvriers…  c’est l’appartenance sociale la plus répandue en Corée du Nord. La dernière classe, les «masses mélangées» regroupe les personnes exclues comme les réprouvés de campagne politique ou encore les familles de ceux qui ont fui le pays. Ces exclus, véritables sous humanité n’ont pas le droit d’occuper Pyongyang. L’idéologie Juche peut être qualifiée de « nouvelle idéologie marxiste révolutionnaire originale», d’où découle la politique de la famille Kim, qui donne la priorité à l’armée. L’idéologie Juche est un communisme canada Dry, ça a les symboles du communisme (Drapeau rouge, étoile rouge, faucille et marteau etc.), le gout du communisme le plus avarié et criminel contre l’humanité avec ses génocides ses camps d’extermination et ses chambres à gaz homicides, son nom de république Populaire et Démocratique sonne comme un nom communiste et les cocos Français disent : «Non ce n’est pas du communisme», mais bon, ça y ressemble drôlement non ?
Vous voulez encore une preuve que la Corée du Nord est communiste ? La RPDCN est antisémite comme les communistes et les Nazis, deux faces  de la même pièce. Pour la Corée du Nord : «Israël, c’est un cancer au Moyen-Orient. Israël trouble la paix et la sécurité pour dénoncer les autres pays de la région». Israël pense avec justesse que, «la Corée du Nord est le pays le plus détestable au Monde avec l’Iran».                                   
Dans notre belle république il existe un parti Juchéen ce parti progressiste, démocratique, pacifiste et tolérant qui arbore ostensiblement le drapeau rouge frappé des deux vieux outils rouillés la faucille et le marteau se dit être le PCJF (parti communiste Juchéen de France) aussi appelé PCJ (parti communiste du Juche) qui serait un parti politique français pro-Corée du nord dont le premier congrès aurait eu lieu en mai 2009. Vous noterez bien que ce Parti se dit «communiste» ! Les premières traces d’activités de ce petit groupe de débiles profonds remontent à octobre 2006. Suite à l’essai nucléaire effectué en RPD de Corée, des étudiants progressistes (ce sont eux qui le disent) décident de tenir des réunions hebdomadaires dans leur université et dans une cabine téléphonique afin d’étudier les merveilleuses  idées criminelles contre l’humanité du Juche. Ce groupe informel (et à l’effectif très réduit de deux abrutis) se structure peu à peu et prendra en juillet 2007 le nom de CERJF (Centre des études révolutionnaires du Juche en France). Toujours en 2007, la revue d’études théorique «Notre Juche» est fondé. Fin 2008, lors de son IIème congrès, le CERJF vote à l’unanimité une motion initiant un processus de création d’un nouveau parti communiste (vous noterez le mot «communiste» n’en déplaise au camarade Laurent) ayant pour idéologie principale les idées du Juche de Kim Il-sung. De nombreuses organisations telles que «la longue marche» (maoïstes) et les «Jeunesses Juchéennes de France» répondent à cet appel. Des militants issus de l’aile marxiste-léniniste du PCF rejoignent aussi le mouvement qui se concrétisera lors du congrès de fondation de mai 2009 qui fait du PCJF le premier parti politique français pro-coréen. Le beau PCJF tellement progressiste comme le parti de monsieur Laurent, revendique une politique anti-électoraliste et se démarque cependant des partis révisionnistes type NPA, PCF et PG qui vivent du crétinisme parlementaire. La prise de pouvoir n’est possible, selon les textes fondateurs du parti, que par la guerre prolétaire qui vise à renverser la bourgeoisie fasciste du pouvoir et à établir le communisme sous la bannière du nouveau parti communiste. Le PCJF soutient la RPDC en tant que nation souveraine disposant des mêmes droits que les autres. Le PCJF salue la volonté de fer du peuple coréen qui s’est donné l’ambitieux objectif de bâtir pour 2012 (année du centenaire de Kim Il-sung) une société socialiste puissante sous la bannière des idées du Juche et de la magnifique politique de Kim-Song-un. Le PCJF ne prétend pas vouloir imposer les idées du Juche en France ; les idées du Juche en tant que tels ne sont faites que pour être appliquées en Corée de par leur spécificités. Cependant, tous les pays sont invités à s’inspirer de cette idéologie universelle l’adapter aux contextes locaux. Le PCJF se donne ainsi pour mission de diffuser les idées humanistes et progressistes du Juche en France, et ensuite d’organiser une grande consultation populaire qui mettra sur pieds un programme politique inspiré des idées du Juche.
Exactement comme le Parti de Gauche de monsieur Mélenchon dit aujourd’hui «insoumis» qui met en avant l’idée magnifique et démocratique de «l’humain d’abord» le très grand leader de la RDC le secrétaire général Kim Jong-il aurait dit: «La  philosophie  du  Juche  c'est  une philosophie axée sur l'homme car dans sa formulation tout comme dans sa systématisation,  elle met l'accent sur l'espèce  humaine. La  philosophie axée sur l'homme dont nous parlons met l'être humain  au centre du problème philosophique  fondamental  et  en  fait un levier en ce qui concerne la vision, la conception et la position qu'il faut adopter à l'égard de l'univers». Mon Dieu, c’est confus mais c’est beau comme du Lénine ou du Mao, si ce n’est du Pol Pot ! Mais attention le premier qui rigole gagne un stage nature et découverte du Socialisme juche au camp 22 à côté de Pyongyang.
Comme monsieur Mélenchon qui avait pour slogan «L’Humain d’abord» du programme du Front de Gauche pour l’élection présidentielle puis les élections législatives de 2012 le grand leader et Secrétaire Général du Parti Kim Jong-il  a dit: «La philosophie du Juche est une philosophie axée sur l'homme car dans sa  formulation tout   comme dans sa systématisation, elle met l'accent  sur l'espèce humaine. La philosophie axée sur l'homme dont nous parlons met l'être humain au centre du problème philosophique fondamental et en fait un levier en ce qui concerne la vision, la conception et la position qu'il faut adopter à l'égard de l'univers». Du Mélenchon, du Pierre Laurent, du Pol Pot du Mao dans le texte !
Mais le saviez-vous ? L’armée française s’est battue à deux reprises sur le sol coréen.
L’intervention la plus connue, quoique négligée par l’histoire, est bien sûr l’envoi d’un contingent français d’un millier d’hommes dans le cadre de la force des Nations Unies (en fait une armée sous commandement américain) pendant la guerre de Corée, de 1950 à 1953. Un navire de guerre français a également participé aux opérations. Mais, fait totalement occulté par les livres d’histoire, on sait moins que l’armée française a mené une expédition punitive contre le Royaume de Corée en 1866, en représailles contre la mort de plusieurs missionnaires catholiques français et l’extermination de milliers de fidèles coréens convertis. A l’époque, la Corée est surnommée le «royaume ermite», et cette expédition française, conduite par le contre-amiral Pierre-Gustave Roze, est la première d’une puissance occidentale dans ce pays. L’opération navale qui remonte jusqu’aux portes de Séoul, se termine de manière non concluante. Les Français estiment avoir «lavé la mort» de leurs missionnaires, mais les Coréens estiment avoir opposé une telle résistance que l’envahisseur n’a pas insisté et s’est retiré... L’épilogue de cette opération attendra... 2010. Car, au cours de leur razzia, les militaires français firent main basse sur 297 manuscrits royaux coréens anciens, déposés ensuite à la Bibliothèque nationale de France et versés au patrimoine national inaliénable de par la loi française. Aux demandes répétées de restitution de ces précieux manuscrits par la Corée du Sud, la France opposa une fin de non-recevoir, jusqu’au jour où les enjeux économiques ont commencé à être importants avec une Corée du Sud devenue puissance industrielle. François Mitterrand avait promis le retour, mais c’est Nicolas Sarkozy qui l’a fait, sans violer la loi puisqu’il a conclu en 2010 un accord de prêt renouvelable tous les cinq ans, donnant ainsi satisfaction aux Coréens, au grand dam des gardiens des archives nationales qui redoutent un précédent fâcheux...
L'organe de propagande marxiste lInhumanité pardon, l’Humanité nous informe que malgré les sanctions, le régime de Pyongyang a procédé à un nouvel essai nucléaire le 3 septembre 2017. Pyongyang reste en quête de reconnaissance et les derniers développements prouvent que les dirigeants nord-coréens feront tout pour y parvenir. Sur le plan de la dissuasion d’abord, avec le succès revendiqué, hier, d’un sixième essai nucléaire. Après les tirs de missiles balistiques qui ont ponctué l’été, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) affirmait avoir mis au point une bombe H (à hydrogène, ou thermonucléaire) pouvant être installée sur le nouvel engin intercontinental. Si les estimations des capacités militaires réelles du pays varient, reste que les bombes à hydrogène sont beaucoup plus puissantes que leurs homologues atomiques. Ce sixième essai marque un nouveau pas dans le programme nord-coréen. La puissance de la secousse détectée était de cinq à six fois supérieure à celle du dernier essai de 10 kilotonnes, daté de septembre 2016. Selon le Centre chinois de surveillance sismologique, un séisme d’une magnitude 4,6 a secoué le nord de la péninsule. Cette bombe, «dune puissance sans précédent», devrait permettre au pays «datteindre le but final, qui est de parachever la force nucléaire de l’État», a expliqué Ri Chun-hee, la présentatrice septuagénaire de la télévision publique. Dans une déclaration sibylline, le président Trump s’est contenté de sous-entendre que seule une solution militaire trouverait grâce à ses yeux: «Le discours dapaisement avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu’une chose». Le perfectionnement de larme nucléaire ne serait désormais quune question de mois, même si la capacité nord-coréenne à miniaturiser une tête nucléaire pour la monter sur un missile et permettre à ce dernier d’entrer dans l’atmosphère est difficile à évaluer.

Il y a un an, la Corée du Nord demandait aux États-Unis à être accueillie dans le club des puissances nucléaires. Et donc d’être traitée comme telle. Le président sud-coréen est favorable à la reconnaissance implicite du statut de puissance nucléaire à son voisin, afin de mettre fin à l’escalade et de reprendre les pourparlers. En combattant Pékin de manière détournée, Washington a empêché toute solution. Mais Pyongyang n’a jamais voulu des négociations multilatérales et des discussions à six (États-Unis, Corée du Nord, Corée du Sud, Chine, Japon et Russie). Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, souhaite avant tout parler d’égal à égal avec Donald Trump. L’inefficacité flagrante des sept trains de sanctions oblige à un changement de méthode. De plus, la menace de tirs d’avertissement à proximité de l’île de Guam, un territoire américain dans l’océan Pacifique, et le survol, la semaine dernière, d’un missile de portée intermédiaire au-dessus du Japon prouvent que la Corée du Nord a la maîtrise de l’agenda. On peut d’ailleurs douter de son intention réelle de viser Guam. Sauf à mener isolément les opérations, et à s’aliéner son opinion publique, le Japon de Shinzo Abe n’a d’autre choix, pour l’heure, que de retourner à la table des négociations. D’autant que les multiples revirements stratégiques de Washington pourraient au final pousser Séoul et Tokyo à régler seuls le problème, comme l’avait déjà suggéré Donald Trump lors de la campagne électorale. Malgré l’escalade militaire, le président américain a lui-même été contraint de faire machine arrière, ayant fait la démonstration de son impréparation. Oublié pour un temps, donc, la promesse «du feu et de la fureur», même si, jeudi dernier, deux bombardiers stratégiques B-1B et quatre chasseurs furtifs F-35B américains, conjointement avec des appareils sud-coréens, ont été déployés afin de maintenir la pression sur Pyongyang. Le secrétaire à la Défense, James Mattis, et le secrétaire d’État, Rex Tillerson, ont donné un premier signe dans le Wall Street Journal, en assurant que les États-Unis «ne visaient pas» un renversement de régime à Pyongyang ou la réunification de la péninsule par une intervention armée. Lancien conseiller stratégique de Donald Trump, Steve Bannon, affirmait enfin, mi-août, qu’«aucune solution militaire (ne pouvait répondre) à la menace nord-coréenne», faisant valoir le danger qui pèserait sur les Sud-Coréens avec le déclenchement dun conflit ouvert. «(Les Nord-Coréens) nous ont eu», ajoutait le stratège américain. L’instrumentalisation de la menace nord-coréenne comme moyen de mener une guerre commerciale à la Chine a également fait preuve de ses limites. En combattant Pékin de manière détournée, Washington a empêché toute solution. D’autant que la capacité de la Chine à peser sur la Corée du Nord est surestimée. Il est donc urgent de sortir de ce tête-à-tête sino-américain. De fait, jusqu’alors, chaque résolution du Conseil de sécurité des Nations unies faisait l’objet d’une discussion préalable entre la Chine et les États-Unis à partir d’un texte rédigé par Washington. Une fois parvenues à un accord, les deux parties soumettaient une version commune aux autres membres. Ainsi, après l’adoption à l’unanimité, le 5 août, de la résolution 2371, visant à bloquer les revenus tirés des exportations nord-coréennes, la France a démontré une fois de plus, hier, que les autres membres permanents n’interviennent qu’à la marge dans le dossier nord-coréen. Le président Macron s’est ainsi contenté d’appeler le Conseil de sécurité à «réagir rapidement» et «fermement», faisant preuve de son absence de proposition. Ici réapparaît le protagoniste russe, qui entend jouer un rôle plus important dans le dossier. Mercredi dernier, Rex Tillerson a joint son homologue Sergueï Lavrov. Alors qu’on évoque un futur embargo sur le pétrole, Moscou affirme qu’un renforcement des sanctions contre la Corée du Nord serait «contre-productif et dangereux». À lissue de leur entretien, un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères informe que «Sergueï Lavrov a de nouveau souligné quil ny avait dautre solution possible que des moyens politiques et diplomatiques pour réduire les tensions dans la péninsule coréenne. Il a estimé indispensable de s’abstenir de toute démarche militaire qui risquerait de déboucher sur des conséquences imprévisibles». À la suite du tir nord-coréen du missile balistique intercontinental du 4 juillet, la Russie avait ainsi bloqué une déclaration du Conseil de sécurité appelant à prendre «des mesures significatives» contre Pyongyang. Dune part, la délégation russe estimait quil sagissait seulement dun missile de moyenne portée, incapable datteindre lAlaska, conformément aux premières analyses américaines, dautre part elle a développé de nouveaux réseaux économiques avec la RDPC, actant qu’un accord sur le nucléaire passera inévitablement par des échanges dans les domaines commercial, technologique ou humanitaire. L’adoption de sanctions inédites par la Chine et l’interdiction de l’exportation du charbon nord-coréen pourraient aider la Russie à jouer le rôle auquel elle aspire. Illustration de ces tensions sino-coréennes, aucune délégation chinoise n’était présente le 15 août dernier lors des cérémonies célébrant la libération. Bien, ceci étant dit, vous aurez remarqué que l’Huma l’organe de propagande communiste Français n’évoque même pas à mot couvert l’aspect indiscutablement marxiste et communiste du régime de Pyongyang et de la magnifique République Démocratique et Populaire de Corée malgré la dictature, la famine, les camps de concentration, les chambres à gaz, les drapeaux rouges et autres faucilles et marteaux en folie. D’autres merdias et journalopes argues d’un caractère «stalinien» du régime. Seul monsieur Thierry Wolton précise dans le Figaro que l’utilisation de l’adjectif «Stalinien» montre la persistance d’un respect craintif envers le communisme. Il explique aussi et ce justement que le stalinisme est le plus souvent représenté comme une déviance du communisme application politique de l’idéologie marxiste-léniniste ; Condamner le stalinisme c’est exonérer le communisme. L’Huma va plus loin il n’en parle pas !
Le parti communiste en France est un parti complice de crimes contre l'humanité écrivais je en 2012. C’est un appel au secours qu’ont envoyé aux Nations unies il y a quelques mois à plus de 40 organisations de défense des droits de l’homme dans une pétition demandant une enquête et que soit exigée la fermeture des camps d’extermination communistes du goulag ou du Laogaï en Corée du Nord. Dans un document du 3 avril  2012, la Coalition mondiale pour mettre un terme aux crimes contre l’humanité en Corée du Nord (ICNK) alerte sur la situation d’environ 200 000 personnes travaillant dans des camps de concentration, dont des enfants. Tortures, viols, avortements forcés, infanticides ou encore exécutions sans procès et devant les autres détenus y sont pratiqués. Le rapport indique que les chrétiens sont les plus maltraités au sein des camps du goulag. Déjà le 24 mars  dernier, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU avait, pour la première fois, unanimement condamné «le bilan épouvantable» du régime communiste de Pyongyang concernant les droits de l’homme, les alliés du pays ne se prononçant pas. A ces crimes, s’ajoutent ceux dans les chambres à gaz en verre du Camp 22, pièces de dimensions suffisantes pour une famille, révélés en 2004.Plus de 500 000 personnes seraient mortes dans les camps d’extermination communistes du goulag Coréen ces dernières décennies. Le communisme, le marxisme est une infection au même titre que le sida, la grippe H1N1, et malgré la réalité des malheurs qu'il a provoqué, son culte persiste grâce à l'action de psychopathes tels les dirigeants de l’AAFC trouvant encore des «idiots utiles».
Créée en 1969 par des personnalités marxistes du Parti Communiste en France et d’idiots utiles de diverses sensibilités politiques de gauche, l’Association d’amitié franco-coréenne (AAFC) vise au renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les peuples français et coréen. Jean Kanapa et Raymond Lavigne, journalistes et dirigeants du Parti communiste français, M. Nathan Korb dit Francis Lemarque, compositeur-interprète, idiot utile marxiste culturel, d’autres personnalités du monde politique de gauche, social et culturel, des députés, des sénateurs et des maires de grandes villes comme MM. Léo Figuères, Maurice Nilès, Serge Boucheny, Roger Gaudon tous communistes, des enseignants communistes et des syndicalistes de la CGT furent les initiateurs de «Paris-Pyongyang», Association d’amitié franco-coréenne créée en 1969, à Bagneux. Aujourd’hui officiellement le PCF crache dans la soupe de Corée du Nord. Officieusement c’est autre chose! Les communistes Français pensent que l’occident ment et que  le mythe péjoratif de la propagande occidentale sur la Corée du Nord est une immense tromperie conçue pour cacher aux peuples du monde les merveilleuses réalisations des Nord-Coréens, qui ont réussi à créer leurs propres conditions, leur propre système socio-économique indépendant basé sur les magnifiques principes socialistes, libres de la domination des puissances occidentales. La force de dissuasion nucléaire de la Corée du Nord est nécessaire au vu des agissements et des menaces du monde impérialiste et capitaliste contre elle.
Les immondes communistes Français menteurs et complices de monstrueux crimes contre l’humanité s’expriment par l’intermédiaire d’une de leur association de la nébuleuse de la haine rouge au sujet de l’ «affaire Coréenne» sur le site de l'AAFCN.

Déjà en 2012 le PC en France disait en parlant de la Corée du Nord : «L'annonce du décès de Kim Jong-il, qui maintenait depuis 1994 un régime de fer sur son pays, ouvre une période d'incertitude. Le pouvoir semble revenir aux mains de son fils Kim Jong-un mais la dynastie héréditaire des Kim, qui dirige le pays depuis 1953 dans une opacité anti-démocratique et dans un consternant culte de la personnalité, va-t-elle perdurer ? Ce régime n'est plus, depuis des décennies, qu'une caricature grossière, étrangère à ce que nous nommons pour notre part, le communisme. Les relations du PCF et du parti au pouvoir en Corée du Nord sont rompues depuis bien longtemps (comme d’habitudes le PC en France ment, l’AAFCN supplée au PC sur ce point). Les peuples de Corée du Nord et de Corée du Sud ont besoin de démocratie, de paix, de démilitarisation, de développement social. Depuis 1953, pourtant, les problèmes persistent et la tension régionale n'a jamais vraiment baissé comme le montrent les confrontations récentes, et la péninsule est une des régions les plus militarisées du monde. Le changement de dirigeant en Corée du Nord permettra-t-il le changement nécessaire ? La responsabilité des États-Unis, de chacun des pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies et de l’ensemble des pays de la région est directement engagée. Tout doit être fait, notamment par la France pour aller dans ce sens. C'est à cela que les communistes français entendent œuvrer».

Aujourd’hui le PC en France sur le site de l'AAFCN nous dit : «La tension est encore montée d'un cran dans la péninsule coréenne après le sixième essai nucléaire auquel a procédé la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) le 3 septembre 2017 : alors que la RPDC a toujours défendu la possession de l'arme nucléaire dans une logique de dissuasion, ce qui rend hautement improbable qu'elle agisse en premier, le risque d'embrasement et de guerre vient bien de l'administration Trump qui a réaffirmé une nouvelle fois la possibilité d'une action militaire dont les conséquences seraient désastreuses, en Asie du Nord-Est et au-delà. L'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) tient à réaffirmer son engagement pour la paix, convaincue de l'impérieuse nécessité d'un retour au dialogue pour dénouer une crise dont elle souhaite rappeler les enjeux principaux en huit points.
1. Le programme nucléaire nord-coréen a une logique pleinement rationnelle, correspond à la sauvegarde de sa souveraineté nationale par Pyongyang : il a été développé avec la ferme conviction que les exemples irakien et libyen montraient que l'on ne pouvait pas avoir confiance dans les Etats-Unis quant à un désarmement unilatéral.
2. La RPD de Corée est le seul pays au monde aussi lourdement sanctionné pour avoir développé une capacité de dissuasion nucléaire autonome : le fait que Israël ou le Pakistan, alliés des Etats-Unis, aient pu pour leur part se doter de l'arme nucléaire témoigne d'un "deux poids deux mesures" dans l'application par Washington et ses alliés du principe de non-prolifération nucléaire.
3. Les six essais nucléaires auxquels a procédé la RPDC depuis 2009 doivent être comparés au nombre d'essais américains (plus de 1 000) ; par ailleurs, les Etats-Unis sont très fortement soupçonnés de poursuivre la modernisation de leur armement nucléaire dans le cadre d'essais en laboratoire qui, eux, échappent au contrôle du dispositif issu du traité d'interdiction des essais nucléaires.
4. Les États-Unis sont le seul pays au monde à avoir utilisé l'arme nucléaire, lors des bombardements de Hiroshima et Nagasaki en 1945, et ils ont envisagé de recourir à cette arme pendant la guerre de Corée, ce qui ne les qualifie pas pour donner des leçons en la matière aux autres pays du monde.
5. La seule issue à la crise en cours est l'engagement de véritables négociations, qui prennent en compte les exigences de sécurité de la Corée du Nord et conduisent à la signature d'un traité de paix et à la mise en place d'une régime de sécurité collective, et non des négociations léonines dans lesquelles Pyongyang commencerait par renoncer à ses programmes nucléaires et balistiques, comme le souhaite Washington.
6. La création d'un climat de confiance entre l'ensemble des parties suppose déjà que, en contrepartie du gel de ses programmes militaires par la RPDC, les Etats-Unis et leurs alliés cessent leurs exercices de guerre au large de la péninsule coréenne et l'installation du système de missiles THAAD en Corée du Sud et lèvent tout ou partie des sanctions à l'encontre de la Corée du Nord.
7. Non seulement les sanctions internationales n'ont pas empêché le développement par la RPDC de ses programmes nucléaires et balistiques, mais elles ont lourdement touché les populations ; le chantage à l'arme alimentaire ou aux livraisons de pétrole que pratiquent les Etats-Unis à l'égard de la RPDC est une attitude humainement inacceptable vis-à-vis des femmes, des hommes et des enfants qui vivent en Corée du Nord.
8. Les États membres des Nations unies devraient réfréner les ardeurs militaristes des faucons dans les cercles dirigeants américains, conformément aux objectifs de la Charte des Nations unies de préserver la paix et la sécurité mondiales».
Vous aurez remarqué que l’idéologie de ce charmant pays communiste et criminel contre l’humanité n’est pas mentionnée dans cet article et que les états unis sont toujours représentés comme le grand Satan qui affame les populations de Corée du Nord ou les vipères lubriques et autre hyènes puantes qui sucent le sang des travailleurs et des travailleuses du prolétariat ouvrier des républiques Populaire toutes tellement démocratiques que ça fait peur!
Pour en terminer avec la malheureuse Corée du Nord revenons encore un instant sur les goulags Coréens.
En février 2004 des Nord-Coréens dissidents ont témoigné de l'existence et de l'utilisation, jusque-là supposées, de chambres à gaz dans le principal camp de concentration nord-coréen, le camp 22, qui pourrait enfermer 50 000 personnes, et possèderait des chambres qui serviraient à la fois à éliminer les prisonniers et à mener des expérimentations.
Un ancien chef du camp 22 a donné une description d'une chambre. Avec 3,5 mètres de long pour 3 mètres de large, elle est assez grande pour gazer une famille entière. Étant donnée l'idéologie eugéniste du régime nord-coréen, la famille entière d'un prisonnier politique, jusqu'à trois générations, est condamnée. Des «scientifiques» sont chargés de prendre des notes sur le déroulement des exécutions, car ces dernières servent également d'expérimentations pour développer des armes chimiques.
Une série de témoignages personnels choquants met en lumière le splendide camp 22 ou règne l’esprit marxiste et Juchéen le plus pur.
Dans le coin nord-est éloigné de la Corée du Nord, près de la frontière de la Russie et de la Chine, c'est Haengyong. Caché dans les montagnes, cette ville éloignée abrite le camp 22 - le plus grand camp de concentration de Corée du Nord, où des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants accusés de crimes politiques se tiennent. Maintenant, c'est aussi là que des milliers meurent chaque année et où les gardes de prison marquent le cou des bébés nés de prisonniers pour les tuer. Au cours des années passées, les témoignages de première main des transfuges nord-coréens ont dévoilés les terribles exécutions et la torture permanente, et des preuves étonnantes ont révélé que les murs du camp 22 cachent un secret encore plus terrible: les chambres à gaz homicides où des expériences chimiques horribles sont menées sur des êtres humains ennemis du communisme.                                                                 Des témoins ont décrit que les familles entières étaient placées dans des chambres en verre et gazées.                                                                                                 Kwon Hyuk, qui a changé de nom, était l'ancien attaché militaire à l'ambassade de Corée du Nord à Pékin. Il a également été le chef de la direction au Camp 22. Dans le documentaire de This World de la BBC, Hyuk affirme qu'il veut maintenant que le monde sache ce qui se passe : «J'ai été témoin de l’exécution par le gaz  étouffant de toute une famille dans la chambre à gaz», a-t-il déclaré. «Les parents, le fils et une fille. Les parents vomissaient et mouraient, mais jusqu'au dernier moment, ils ont essayé de sauver les enfants en faisant de la bouche à bouche».                                                                          Hyuk a dessiné des diagrammes détaillés de la chambre à gaz qu'il a vue. Il a dit: «La chambre de verre est étanche et hermétique. Elle a 3,5 mètres de large, 3 m de long et 2,2 m de haut. Un tube d'injection de gaz traverse l'appareil. Normalement, une famille et des prisonniers individuels se tiennent séparément autour des coins. Les scientifiques observent tout le processus d'en haut, à travers le verre.                                                            Il explique comment il avait cru que ce traitement était justifié. «À l'époque, je sentais qu'ils méritaient parfaitement une telle mort. Parce que tous nous avons été amenés à croire que toutes les mauvaises choses qui se passaient en Corée du Nord étaient leur faute; que nous étions pauvres, divisés et ne progressions pas comme un pays normal à cause des ennemis du peuple» (…) «Ce serait un mensonge pour moi de dire que je me sentais touché à propos des enfants qui mouraient d'une mort si douloureuse. Sous la société et le régime dans lequel j'étais à l'époque, je les sentais seulement comme des ennemis. Je n'ai donc pas eu de sympathie ou de pitié pour eux».                                               
                                                                                  Son témoignage est soutenu par Soon Ok-lee, qui a été emprisonné pendant sept ans. «Un officier m'a ordonné de choisir 50 femmes présentes en bonne santé», a-t-elle déclaré. Un des gardiens m'a remis un panier rempli de chou imbibé, m'a dit de ne pas le manger, mais de le donner aux 50 femmes. Je les ai sortis et j'ai entendu les cris de ceux qui les avaient mangés. Tous criaient et vomissaient du sang. Tous ceux qui ont mangé les feuilles de chou ont commencé à vomir violemment le sang et à hurler de douleur. C'était l'enfer. En moins de 20 minutes, ils étaient tous morts».                                                                                           Le nombre de prisonniers détenus dans le goulag nord-coréen n'est pas connu: une estimation de 500 000, détenus dans 12 centres ou plus laisse à penser que c’est un chiffre assez juste. On pense que le camp 22 en détient de  50 000 à 70 000.                                                          La plupart sont emprisonnés parce que leurs proches sont considérés comme des ennemis de la révolution socialiste et du régime. Beaucoup sont des chrétiens, une religion que les Kim communistes considèrent comme l'une des plus grandes menaces pour leur pouvoir. Selon le dictateur, non seulement un dissident soupçonné est arrêté, mais aussi trois générations de sa famille sont emprisonnées, pour éliminer le mauvais sang et la graine de dissidence.

1 Robert Mugabe: Né en Rhodésie en 1924, le petit futur criminel contre l’humanité est élevé à la mission catholique jésuite de Kurama au nord-est de la capitale Salisbury. En 1960, Robert Mugabe est converti à l'idéologie marxiste et se déclarant «marxiste-léniniste-maoïste». Diplômé en enseignement à l'âge de 17 ans le petit communiste marxiste n'hésite pas à dire qu'il est en plus de ses 
sept diplômes académiques : «diplômé en violences» ! Le 18 avril 1980, Robert Mugabe devient Premier ministre du nouvel État du Zimbabwe et Canaan Banana (sans rire SVP) le premier président. Au pouvoir, Mugabe tente de bâtir un nouveau pays sur la base d'une alliance entre Shonas (son Ethnie) et Ndébélés (autre ethnie dans le sud du pays). Les revendications et les attentes «sociales» des Shonas l'entraînent à mener une politique nationaliste et raciste que certain marxistes culturels d’aujourd’hui appellent ethno-différencialisme. En 1982, pour fêter les deux ans d'indépendance, il fait rebaptiser toutes les villes du pays à commencer par Salisbury, nommée désormais Harare. En 1983, une rébellion de l’ethnie minoritaire ndébélé pas intéressée du tout par l’idéologie communiste met fin à l'union du nord et du sud du pays et une guerre dite «civile» alors qu’elle est ethnique comme celle de 1994 au Rwanda, des Hutus et des Tutsis ensanglante la province du Matabeleland. Robert Mugabe y déploie «sa» 5e brigade, une force spéciale formée par des instructeurs nord-coréens. Oui vous avez bien lu : Nord-Coréens !
Aujourd’hui les archives s’ouvrent; des documents historiques, récemment déclassifiés, impliquent directement le président communiste du Zimbabwe, Robert Mugabe dans l’odieux massacre connu sous le nom de Gukurahundi. Ce massacre d'environ 20 000 personnes dans le sud du pays en janvier 1983 fait partie du génocide du peuple Ndébélé est d’environ 60 000 morts. Le Zimbabwe est nouvellement indépendant et la population Ndebele est accusée par le gouvernement de soutenir une rébellion opposée au régime de Robert Mugabe. Une unité spéciale de l'armée, la 5e brigade, formée et encadrée par des militaires de la Corée du Nord, est envoyée pour mater la rébellion. S'en suivra le massacre de toute une population. En 2016 le journal vietnamien Thanh nien rapporte que la Corée du Nord continue de construire des usines de munitions, de vendre des armes et de former les membres des forces de sécurité de nombreux pays d'Afrique, et tout cela en dépit de l'embargo onusien. Un nouveau rapport d'un comité d'experts de l'Onu publié en début de semaine signale notamment que la Corée du Nord possède 54 usines d'armement et qu'elle fait le commerce des technologies d'armement depuis 1996. Les experts font référence à des fonctionnaires namibiens ayant avoué aux contrôleurs de l'Onu que plusieurs entreprises nord-coréennes étaient affairées à différents projets en Namibie, notamment la construction d'une usine de munitions à Windhoek. Ces fonctionnaires affirment également que la société nord-coréenne Mansudae Overseas Project Grup réalise plusieurs projets militaires, plus particulièrement la construction d'une école militaire et d'une base pour le ministère de la Défense nationale de Namibie. Un autre rapport des experts onusiens, paru en août 2015, fait état de la construction par les ouvriers nord-coréens d'une base militaire à Suider Hof, non loin de Windhoek. Les experts rappellent que la construction des usines d'armement et des bases militaires a été interdite à la Corée du Nord en vertu de l'embargo de l'Onu. Selon le site d'information sud-africain IOL, outre la Namibie, la Corée du Nord participe à la construction et à l'exploitation d'une usine de munitions à Likasi en République Démocratique du Congo. L'Ethiopie compte elle aussi sur une coopération à long terme avec la Corée du Nord. L'Ethiopie a besoin de l'entretien de ses vieux systèmes d'armement et de livraisons de pièces de rechange pour les chars de combat ainsi que de munitions. Quant à la Tanzanie, toujours selon le site IOL, elle a plusieurs fois invité des spécialistes nord-coréens pour moderniser ses avions de combat, bien qu'elle se soit vue obligée de mettre un terme à ces relations et d'expulser les spécialistes, étant devenue la cible d'une violente critique. Par ailleurs, la Corée du Nord vend des composants de missiles à l'Egypte. Des composants de missiles Scub-B, développés en URSS à l'époque de la guerre froide, ont été découverts lors d'un contrôle des livraisons au Caire depuis Pékin. Ces composants ont été fabriqués en Corée du Nord et acheminés à Pékin par voie aérienne. La Corée du Nord accorde son assistance dans la formation de policiers et de militaires de nombreux pays d'Afrique. En 2014, elle a formé 700 policiers pour l'Ouganda, bien que cette activité soit illégale. Les autorités ougandaises ont sans rigoler déclaré qu'il ne s'agissait pas d'une violation de l'embargo car les instructeurs nord-coréens se spécialisaient dans le sauvetage en mer, l'assistance médicale et les technologies du bâtiment. Pyongyang a formé des unités spéciales et des gardes du corps pour la  Tanzanie, le Zimbabwe (dans le massacre des ndébélé les cadres de la 5ème brigade étaient Coréens), le Nigeria et la République Démocratique du Congo.
Il n'y a jamais eu d'enquête pour déterminer d'où est venu l'ordre du massacre des Ndébélé et le président à vie et grand démocrate communiste Mugabe en bon «camarade»  a toujours nié avoir été au courant. Mais des documents récemment déclassifiés indiquent le contraire. Des câbles diplomatiques australiens ainsi que des rapports de services de renseignements révèlent que le massacre a été planifié par le parti marxiste de Robert Mugabe, pour se débarrasser de toute opposition politique. Ils indiquent aussi que Mugabe était non seulement au courant des exactions de cette brigade, mais que celle-ci agissait sous ses ordres. En mars 2003, il avait déclaré : «Hitler avait un seul objectif : la justice pour son peuple, la souveraineté pour son peuple, la reconnaissance de l'indépendance de son peuple et ses droits sur ses ressources. Si cela c'est Hitler, laissez-moi être le décuple de Hitler». Dans le cadre des génocides le beau Bébert Mugabe se rapproche plus des grands criminels conte l’humanité communistes Staline, Mao ou Pol Pot. D’autant que Robert n’aime pas les zomos ; le grand leader du Zimbabwe en bon communiste a toujours affiché sa vive opposition à l'homosexualité, traitant les homosexuels de «porcs» ou de «chiens», et appelant la population à les dénoncer et les livrer à la police. Présentant l'homosexualité comme «un péché contre nature», il s'est encore radicalisé entre 2008 et 2012, appelant à «castrer les homosexuels» ou à les décapiter. Lors de la campagne des élections de 2013, il a promis que, s'il était élu, il «ferait vivre un enfer aux homosexuels». Il critique systématiquement l'avancée des fameux droits pour les homosexuels dans les autres pays africains, ou européens, en particulier lors des débats sur l'ouverture du mariage homosexuel. De plus comrade Bob est un raciste qui n’aime pas les blancs et qui en 2010 disait : «L’homme blanc n’est pas indigène de l’Afrique. L’Afrique est pour les Africains. Le Zimbabwe est pour les Zimbabwéens». Vous imaginez si j’écrivais : «L’homme noir n’est pas indigène de l’Europe. L’Europe est pour les Européens. La France est pour les Français (sous-entendu «blancs» bien sûr)» les marxistes communistes et assimilés me sauterais dessus en me traitant de raciste et de facho non ?                                                                                   La Corée du Nord a effectivement formé et fourni des cadres en 1981 au Zimbabwe pour sa célèbre 5ème brigade, une unité très spéciale de l’armée, responsable de l’épuration ethnique et du massacre de plus de 60.000 personnes, hommes, femmes, vieillards et enfants de plusieurs groupes ethniques minoritaires dans les provinces du Matabeleland et des Midlands.
Mais de plus le bon camarade communiste Bébert Gabriel Mugabe celui que Bernard Kouchner, ministre des affaires étrangères français, qualifiera «d’escroc et d’assassin» déclare : «Tout au Zimbabwe est associé aux exploits du président Kim Il-sung» : c’est en ces termes que Mugabe dit comrade Bob a accueilli en 2007 le nouvel ambassadeur de la fameuse République Populaire Démocratique de Corée. De fait, les idées marxistes-léninistes sauce nuoc-mam du Juche mise au point par les idéologues marxistes de l’ex URSS et développées par Kim Il-sung sont explicitement considérées comme un modèle par l’Union nationale africaine du Zimbabwe–Front patriotique (Zimbabwe African National Union–Patriotic Front, ZANU-PF), au pouvoir au Zimbabwe depuis 1980, après sa guerre raciste de libération contre les blancs (tous massacrés démocratiquement) dit régime d’apartheid anglo-saxon qui avait prévalu jusqu’alors dans l’ancienne Rhodésie du Sud. La proximité politique et idéologique entre la ZANU-PF et le Parti du travail de Corée s’est en effet nouée pendant les fameux «combats de la libération», suite notamment au voyage de Bébert Mugabe à Pyongyang en 1978, alors que la RPDC a été l’un des soutiens politiques et militaires les plus actifs aux mouvements de Mugabe et c’est fait le complice des crimes contre l’humanité commis par toute une population raciste. Tandis que la rivale de la guérilla de la ZANU (l’actuelle ZANU-PF), l’Union populaire africaine du Zimbabwe (Zimbabwe African Peoples Union, ZAPU), avait pour principaux alliés le Congrès national africain (African National Congress, ANC) de l’Afrique du Sud, l’Union soviétique et les démocraties populaires d’Europe de l’Est, la ZANU s’était rapprochée, pour sa part, de la Chine et de la Corée du Nord, afin de combiner les principes merveilleux du communisme et du socialisme avec l’indépendance nationale. Les liens militaires se poursuivront après l’indépendance du Zimbabwe, la RPDC ayant alors envoyé des troupes et des formateurs avec des experts militaires à Harare pour former l’armée du nouvel État.                                                                                      Lors de sa première visite officielle à Pyongyang, en octobre 1980, au lendemain de l’indépendance, Robert Mugabe a souligné le beau modèle que constituait la RPDC, et spécialement le Parti du travail de Corée, pour l’édification du nouvel Etat : «Il n’y a pas de doute que l’instrument politique de base pour la formulation de nos buts politiques, sociaux et économiques et l’identification des moyens adaptés à leur réalisation est le Parti du travail de Corée» en reprenant l’idée de base du Juche, commune avec celle des Partis communistes et chez nous en France avec celle du MRAP (Mouvement qui distille de la haine des juifs), selon laquelle «les peuples sont réellement les maîtres de leur destin dans l’exercice de leur souveraineté». Toujours à Pyongyang, le grand leader président à vie Robert Mugabe a précisé que, dans cette perspective, la consolidation de l’indépendance nationale du Zimbabwe était indissociable de la lutte mondiale anti-impérialiste, et qu’elle supposait des liens de fraternité avec la RPDC: «La lutte anti-impérialiste et anticoloniale doit continuer dans la région pour se débarrasser des forces impérialistes qui demeurent dans les pays du Sud. Toutefois nous devons maintenant, en ce qui nous concerne, utiliser notre indépendance comme un instrument pour atteindre les buts économiques de notre révolution… C’est dans la poursuite de cet objectif que nous désirons voir se consolider notre amitié et notre alliance». On croirait lire un discours de Pierre Laurent le grand leader du PC se disant F !
Revenons à nos amis impérialistes du Sud du Zimbabwe massacrés par les troupes de comrade Bob encadrées par les nord-coréens. Les victimes du génocide et de l’épuration ethnique étaient toutes partisanes du parti d'opposition ZAPU alors dirigé par Joshua Nkomo, allié de Mugabe au Zimbabwe pendant la «lutte» pour l'indépendance. Des dizaines de milliers d'autres partisans ont disparu, d’autres sont décédés pendant leur emprisonnement ou dans les camps de concentration dirigés par les cadres Nord-Coréens dont c’est une spécialité.
Mata Dumisani Mpofu a été témoin de l’arrivée de la 5ème brigade en 1984 dans son village de Mtshabezi. «Les soldats ont rassemblé tous les villageois dans une case et y ont mis le feu. Ceux qui essayaient d’échapper aux flammes étaient tués par les soldats à coup de mitraillette. C’était cruel, cela ressemblait aux images que l’on voit dans les films». Le souvenir de ces gens en flamme périssant sous les coups de feu des soldats restera à jamais gravé dans sa mémoire.
Samkeliso Ncube, était âgée de 15 ans lorsque les massacres ont eu lieu, a perdu son oncle Phathiwe Mdluli, ancien professeur à l’école de Siganda dans le district de Lupane. «Les soldats de la 5ème brigade ont investi l’école et ordonné aux professeurs de creuser leurs propres tombes avant d’être tués à bout portant».
La répression de l'armée est brutale contre les Ndébélés. On dénombrera officiellement 10 000 victimes (d’autres chiffres donnent environ 60 000 morts dans les très marxistes génocides, massacres, épuration ethnique, déportations et famine provoquée). En 1987, un accord de paix met fin à la guerre civile. C'est également l'année de la fin du collège électoral blanc et de leur représentation assurée de 20 députés signifiant la fin du rôle politique des Blancs dans le pays. C'est aussi l'année où Mugabe prend la fonction de président de l'État aux pouvoirs élargis, abolissant le poste de Premier ministre.

Michel Alain Labet de Bornay.
2017. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à nous envoyer ? Commenter l’article les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com