vendredi 20 avril 2012

Il était une fois Nolwenn Le Blevennec.




 

                                              
                                              
                                              
Il était une fois sur la toile, un site élégant à l’humour léger et décalé Les Elégances.com, qui drainait plus de 500 visiteurs par jour, malheureusement son auteur l’a fermé suite à des menaces sur sa personne.

Joint au téléphone celui-ci nous a déclaré : « Nolwenn m’a tuer ! »

Mais qui est cette « Nolwenn » ? il s’agirait de Nolwenn Le Blevennec (En breton, l’agneau blanc poilu) journaliste politique à Rue89 en charge ( Bigre; la charge est aussi lourde que celle de la brigade légère!) du Front National.

Cette pseudo « journaliste » mais vraie socialiste, (1) a tété le lait de la gueuse de part son éducation succincte donnée par une « éducation nationale » nidoreuse et marxiste culturelle ; d’une subjectivité qui rejoint l'ignorance crasse (2) et la plus pure propagande de désinformation collectiviste digne du SNJ ou de l’agence Rance Presse notre « journaliste » ne cache pas ces amitiés socialistes nauséabondes et sa haine du Front National.

Elle a multiplié pendant cette campagne électorale 2012 les pires insultes et les appels à peine déguisés à la violence contre Marine Le Pen et ses militants, ressuscitant les pires pratiques du stalinisme.

C’est à la suite de ce pamphlet Cliquez ICI ! Que les Elégances ont fermé.

L’auteur des « Elégances » nous a expliqué : «  Le fascisme rouge collectiviste montre son vrai visage sur Rue89, nulle recherche de débats d’idées, juste la vieille technique de la réductio ad Hitlerum sur fond de chasse à l’homme et ce en lançant l'anathème ! En vous accusant de racisme, d’eugénisme, de xénophobie, de sexisme, esclavagiste, colonialiste, impérialiste, petit blanc réactionnaire, sioniste, libertarien, identitaire, frontiste, extrémiste de droite, etc., en fait, en vous excluant du genre Humain ces marxistes culturels se discréditent totalement. La « journaliste » marxiste culturelle a une pensée intellectuelle faible et généralement un QI de moule qu’elle compense en disqualifiant par des mots à forts impacts psychologiques tout les contradicteurs un peu trop convaincants. La collectiviste socialiste est sans scrupule, sa bonne conscience l'autorisant à user de la pire mauvaise fois. Il est inutile de voir en celle-ci un être Humain doué de conscience, elle est plus proche psychologiquement du psychopathe, n'ayant aucun scrupule à violer tout principe éthique. »

On s'habitue pourtant à sentir de la bouche sur Rue 89, mais le plus difficile c'est pour ces « journalistes » d’habituer les autres aux odeurs d’égouts et de résidus de bidets, de racisme anti blanc et d’antisémitisme qui sortent de leurs museaux baveurs. 

Car journalisme et socialisme, c’est complètement incompatible, la pratique journalistique est un métier et non une activité militante, le socialisme marxiste culturel comme le communisme marxiste est foncièrement incapable de dissocier ses nauséabondes convictions de sa pratique professionnelle.

Rue 89, penser:Rue Gueuse, ou mieux rue de la Gueuse, est un site Internet de désinformation et de pseudos débats participatifs orienté à l’extrême gauche marxiste culturelle et islamo marxiste créé par d'anciens « journalistes » socialistes du torche cul de la gauche caviar Allah louche Libération, lancé le 6 mai 2007.
Ces avides « petits bourgeois » là, ont compris que le socialisme n'est viable que dans une économie capitaliste performante, car l'état providence ne peut vivre que soutenu par une économie productive. C’est pourquoi en décembre 2009, Rue89 demande et obtient un fonds de 249 000 euros de la Direction du développement des médias, direction qui relève de l'autorité du Premier ministre. Soyez Zorro Français, Internet vous intoxique avec votre propre pognon et pour ceux qui votent FN vous crache allah gueule, ce n’est pas beau ça !
C’est çà la société des copains et des coquins de l’UMPS !

(1) Voir ICI Journaliste un citoyen comme les autres ? Extraits : « Contrairement à la bande de faux culs des journalistes moyens, j'assume être allé voter à la primaire socialiste ». Les mots claquent. Claude Askolovitch, journaliste au Point,  ne mâche pas ses mots et critique l'hypocrisie qui domine dans la profession (…) Le journaliste estime être, cependant, plus libre que ses autres collègues qui ne couvrent, eux, que la rubrique politique.
Une nuance que ne partage pas totalement Nolwenn Le Blevennec, journaliste politique à Rue89 en charge du Front National. Elle a récemment dressé une liste de confrères ( Ah cette nostalgie des "listes"!) qui ne sont pas allés voter afin de vérifier si une règle commune s'imposait dans les rédactions. « On peut faire son métier de journaliste politique de façon objective et aller voter à la primaire le dimanche après-midi. Je n'ai pas l'impression que cela biaise mon travail »( Biaisons, biaisons, il en restera toujours quelque chose!), estime-t-elle. Une frontière déontologique qui n'est pas forcément évidente à respecter. Nombreux sont ses collègues pour qui engagement politique et journalisme ne font pas bon ménage. Chacun fait face à sa conscience.

(2) Ce que vous ne diront jamais vos professeurs de l’éducation Nationale :Cliquez ICI pour l'histoire de la gauche antisémite. La suite Autre suite Quatrième partie. Cinquième partie


Michel Alain Labet de Bornay
Copyright 2011. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). (Trade Mark).
Secrétariat technique de l’Association de défense des identités Françaises.
Tous droits réservés. 

Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.

Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Des sous à nous envoyer ? Écrivez à : frenchlibertarian@gmail.com

8 commentaires:

  1. Le système marxiste culturel est fasciste puisque le mensonge de l’Etat est ”c’est moi qu’je suis l’peuple”, et les gauchistes marxistes culturels abondent dans cet imposture, l’Etat les nourrissant pour la plupart, il est de leur intérêt de le faire croire. Mais ce qui permet surtout au système de se maintenir c’est l’imposture des journalistes qui excluent les hommes politiques et le peuple du débat pour parler à leur place. Est-il normal que des journalistes débattent entre eux toute l’année des sujets qui préoccupent les Français, en dehors de la présence des représentants du peuple. Ces journalistes ne sont pas élus et pourtant ils décident sur le Net et dans les médias de la politique de la France. Une fois qu’ils ont persuadés les internautes et autres gogos, le travail est fait, nos politiques n’ont plus qu’à valider les décisions des journalistes. Les journalistes gouvernent le pays.
    Ainsi par leur contrôle sur l’information les journalistes maintiennent les Français dans l’ignorance en ne les informant pas de ce qui les concernent et en les désinformant des vérités qu’ils connaissent; Il est indispensable au système de produire la maximum de confusion afin que personne n’y comprennent rien, parce que c’est la condition pour avoir des mabouls, des poly-tocards, des Boutelja, des communistes et des socialistes, à leur service.

    RépondreSupprimer
  2. L'administrateur « cyber-raciste » du site Les-élégances.com a déjà été condamné à deux reprises pour "incitation à la haine raciale". L’administrateur de ce blog Michel Labet a été condamné le 11 mai 2006 par la Cour d'appel de Pau à 6 mois de prison avec sursis pour injures ou diffamation envers des membres du MRAP et à verser des dommages intérêts à ces personnes et au MRAP.

    RépondreSupprimer
  3. Mon cher monsieur de Bornay,

    Je relève sur votre blog, un commentaire fait par un nommé « P. Bouhm » commentaire injurieux et diffamatoire, puisque n’apportant pas de preuves d’une prétendue « condamnation » dont vous auriez fait l’ objet pour injures « ou » diffamation, en 2006. Il faudrait savoir ; injures ou diffamation ? Ce n’est pas la même chose, ainsi dire, mesdames, mesdemoiselles et messieurs X, Y et Z, sont des sales trous du cul, c’est des injures, mais souvent exceptio véritatis ce n’est pas de la diffamation.

    Revenons sur le commentaire haineux :

    Parlons donc de condamnation :
    M. Michel Labet a été condamné le 11 mai 2006 par la Cour d'appel de Pau à 6 mois de prison avec sursis pour injures ou diffamation envers des membres du MRAP et à verser des dommages intérêts à ces personnes et au MRAP.

    En conséquence donc de ce soi-disant crime de lèse majesté ou blasphème, vous avez rejoint la longue liste des victimes de représailles comprenant exclusion de postes universitaires, bannissement des médias, censures perpétuelles, ragots malveillants, diffamation etc. afin de faire de vous une sorte de pestiféré.

    Comme il n'est pas possible de critiquer votre point de vue, juste et historiquement fondé par la réalité des faits, il faut à tout prix le diaboliser afin que, quoique vous puissiez dire, les idiots utiles ne puissent l'entendre et encore moins le comprendre! Cette action réussit à neutraliser votre point de vue afin que les crapules et les escrocs socialos communistes puissent continuer à infecter la société !

    La méthode commune et perverse des militants du MRAP vise à faire croire que le communisme et l’antiracisme, seraient l'antithèse du nazisme, à un point tel que le monde se résumerait aux antiracistes communismes et au nazisme. Avec mauvaise foi et terrorisme intellectuel (parfois même physique), l'avantage de ce stratagème permet de dénoncer comme nazi, tout opposant au communisme. Ces sociopathes, par intérêt ou par bêtise, n'arrivent pas à imaginer qu'on peut être un libertarien sioniste anti-communiste tout en étant anti-socialiste national. Ils piégent ainsi des millions d'idiots utiles! Qu'ils agissent par bêtise ou par intérêt, les socialistes et autres communistes sont toujours malsains et dangereux.

    RépondreSupprimer
  4. La presse d’opinion n’existant quasiment plus en France de façon officielle elle ce déguise donc et ce cache sous le masque grimaçant du marxisme culturel et dans le cas de Rue 89 et de mademoiselle Le Blevennec sous le masque d’une prétendue indépendance et objectivité alors qu’ils sont à la solde d’un système maffieux UMPS.

    RépondreSupprimer
  5. La méthode employée par Rue 89 et cette marxiste culturelle est celle préconisées par Lord Ponsonby, un aristocrate anglais, socialiste et pacifiste, qui résuma les méthodes utilisées pour la propagande socialiste:

    Il faut faire croire
    1. que notre camp ne veut pas la guerre
    2. que l’adversaire en est responsable
    3. qu’il est moralement condamnable
    4. que la guerre a de nobles buts
    5. que l’ennemi commet des atrocités délibérées (pas nous)
    6. qu’il subit bien plus de pertes que nous
    7. que Dieu est avec nous
    8. que le monde de l’art et de la culture approuve notre combat
    9. que l’ennemi utilise des armes illicites (pas nous)
    Et Et enfin que ceux qui doutent des huit premiers points sont soit des traîtres, soit des victimes des mensonges adverses (car l’ennemi, contrairement à nous qui informons, fait de la propagande).

    RépondreSupprimer
  6. Mademoiselle Le Blevennec est une simple vendeuse pas une jounaliste.

    Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête comme Efa Choly, vulgaire comme le Mélencon, et inculte comme Flamby c'est vendre de la merde en boite? Exemple : Patrick Le Lay, PDG de TF1, interrogé parmi d’autres patrons dans un livre Les dirigeants face au changement (Editions du Huitième jour) affirme :
    " Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...). Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...). Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise. "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'art de prendre les Français pour des imbéciles! Le pire c'est que celà fonctionne!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer