lundi 2 juin 2014

Crimes antisémites: Des paroles aux actes.







Le 26 mai 2014 le MRAP ( Mouvement Raciste Antisémite et Populaire) avec sa science marxiste de l’amalgame et de la falsification « pondait » comme d’habitude un communiqué particulièrement nauséabond (Voir ici.) au sujet de l’ignoble agression antisémite de Bruxelles.

C’était comme d’habitude, avec un discours réducteur et marxiste digne de membres de la volkpolizeï que les nidoreux rédacteurs du site du MRAP antisémite, les militants du délicieux « mouvement » qui distille de la haine des juifs (Voir ici) (« Le MRAP distille de la haine des Juifs en général ! » Citation de Maurice WINNYKAMEN  « Grandeur et misère de l’antiracisme : Le MRAP est-il dépassé ? (Page 203) Aux Editions Tribord) écrivent :

Extraits: « Ce crime s’est produit concomitamment aux propos haineux qui ont été proférés dans le cadre de la campagne électorale européenne et notamment en Belgique. Une fois de plus, la parole raciste a libéré le passage à l’acte. » (…)  « Il appelle à tisser de manière urgente des liens internationaux afin de construire un front commun contre la gangrène nationaliste et raciste qui s’installe en Europe. »

Ne cherchez pas qui le choléra rouge antisémite mrapistofurieux traite de « nationalistes racistes propagateurs de propos « haineux » selon l’évangile marxiste selon saint Joseph ( Staline bien sur)! Suivez mon regard fixé sur la ligne bleue des Vosges !

Seulement voilà, la bête immonde antisémite s’appelle Merdhi Lamouche à Merde ; excusez moi, (ou ne m’excusez pas je m’en tape le coquillard) il est des « noms et prénoms » que je n’arrive pas à écrire correctement, en fait, il s’agit d’un « français » de papier d’origine Marocaine nommé Mehdi Nemmouche.

Un bon musulman bien d’chez nous. Originaire du nord ; attention pas d’Afrique du Nord, non non, du nord ou il y a les corons ! Du Nord ou les musulmans Algériens profanent les cimetières juifs  Voir ici . Nord ou à Amiens, des hordes d'arabes pro Palestiniens compissent la porte de la préfecture et ou le préfet de la république est insulté, traité de fils de p..., de pédophile, de Franc Maçon, de sale p… à juif, de sale p… du Crif etc. etc.  Le tribunal correctionnel d’Amiens ne condamnera le 22 avril Pierre-Marie Payet, 28 ans, et Lofti Ftaiti, six mentions au casier, 31 ans, qu’ à cinq mois de prison ferme et 1000 euros d’amende. ICI

Je suis d’accord avec le Mouvement antisémite MRAP lorsqu’il affirme que ce crime s’est produit concomitamment a des propos haineux qui ont été proférés dans un cadre bien spécifique et qu’une fois de plus, la parole raciste a libéré le passage à l’acte. 

Bien sur j’assure les victimes d’actes antisémites et leurs proches de toute ma solidarité. J’exprime ici mon indignation et rappelle ma condamnation ferme et sans équivoque de toutes les violences racistes antisémites comme déjà je le faisais ICI.

La libération de la parole raciste par des militants marxistes culturels, de CAPJO Euro Palestine, de l’AFPS et des militants marxistes de la Campagne antisémite BDS dont des militants du MRAP, avec la stigmatisation de l'autre qui va avec ( Le français de confession Israélite injurié, insulté, traité de « colon » « d’assassin d’enfant » « d’étranger », etc..) par des personnes, organisations marxiste, voire même des ONG, conduit immanquablement à l'exécution de tels actes (Insultes antisémites, agressions physiques, mitraillages de lieux de cultes, assassinats d’enfants etc..) par des individus qui trouveront des prétextes et des excuses à leurs pulsions/passages à l’acte raciste antisémite.

Le CTECNA appelle tous les Français à réagir et à exiger des pouvoirs publics une autre politique : Lutte efficace contre les organisations racistes tel le MRAP, le Front de gauche, le NPA, le PCF, le PIR, EELV etc. et condamnation exemplaire des propagateurs de la haine raciste.

Et fin des politiques et déclarations qui encouragent l’antisémitisme et le rejet de l'Autre dans une surenchère qui menace les valeurs même de la République.

Pour le CTECNA

Un secrétaire.

14 commentaires:

  1. La vie de merde de Merdhi Lamouche
    Mehdi, c’est pas seulement le mec qui subit l’infortune de temps à autre, non, sa vie est une successions de coups du sort impayables. Inutile de revenir sur son enfance, prenons une séquence aléatoire d’évènements qui lui tombent inopinément dessus.
    Tenez l’autre jour, il bascule dans l’Islam radical. Comme ça . Bim. Il marchait dans la rue et paf ! Un Islam radical. Sans plots de chantiers, sans rubans fluos. C’était pour lui ! Pas de bol, une fois de plus. Et en même temps, c’est dire si s’il a la poisse, il se radicalise en prison et choppe une mycose au pied. Le destin s’acharne, y’a pas à dire. Lorsqu’il sort, il veut se changer les idées et s’offre des vacances au soleil mais n’est pas très calé en géographie, il opte pour le moins cher, normal. Et où il tombe ? Je vous le donne en mille. En Syrie. Après ce séjour all inclusive qu’on imagine bien niqué, saloperies d’agences internet, il s’achète une cafetière nespresso qui fait aussi kalachnikov, une super promo, comme tout jeune homme qui veut goûter du confort moderne et profiter enfin d’une vie normale. Prévenant, il va l’essayer tout naturellement dans la rue, des fois qu’on lui ait refilé de la camelote et que ça salope sa moquette. Et là ? Non ! Si ! Un musée juif passe devant. Bing. Les astres sont sans pitié. Même sa gopro n’a pas fonctionné, il peut dire adieu à l’assurance.
    Persévérant et accrocheur, il essaye de revendre la cafetière sur leboncoin, il a une touche : direction Marseille. Et sur la route ? Boum ! Douanes volantes mon gars ! Pour une fois qu’il prend le bus, lassé d’être contrôlé en voiture alors qu’il perd régulièrement son permis dans des lavomatics. Ils lui confisquent même sa couette de geek « l’Empire du levant contre-attaque » et un sabre laser taille 38, achetés dans un souk et grossièrement contrefaits. Désormais désabusé, il n’espère pas de bon avocat, les derniers n’ont pas su éclairer suffisamment la fatalité qui s’acharne sur lui. Il a également totalement abandonné l’espoir que 60 millions de consommateurs le publie dans son courrier des lecteurs.
    Inespérée lueur : Marie-Amélie Bayastrouf, master en licence de Paris XII, qui publie régulièrement des coups de gueule cinglants dans la rubrique « jeunes talents » de Libé a pris contact avec lui. La Loi de Mehdi « Murphy » Nemmouche enfin mise en échec ? Il croise les doigts. « Inch’ Allah » Mehdi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je m'en doutais, un suspect qui est le tueur du musée juif de Bruxelles, est forcément un islamiste, un "français", comme disent les journaleux, qui a fait ses armes en Syrie pour faire le Jihad! Je me doutais, qu'il ne pouvais s'agir d'un extrémiste de droite, qui commettent rarement, j'ai bien dit rarement, des attentats de ce type, mais au risque de choquer des amis FN, ou des responsables, mais comme disait mon père, ce que les journaleux appellent un "français", ce sont des " Français de papiers", car pour moi, un muzz reste un muzz, il suffit de lire son prénom et nom et c'est là où, je ne suis pas d'accord avec Marine Le Pen, sous prétexte de dédiaboliser un peu trop le FN, elle consiďère, les muzz, de nationalité française, comme des français, et au risque de me faire taper sur les doigts, un "Français islamiste" n'est pas un français, puisqu'il n'est pas à la base, catholique, ou athée ou juif!

      Supprimer
  2. Le Midi de Merdhi3 juin 2014 à 13:52

    D'abord il y a eu l'affaire Mohammed Mehra, ce jeune Français de Toulouse qui a tué des militaires français et des enfants d'une école confessionnelle dans un moment de folie. On nous avait dit alors que c'était un cas isolé, le geste fou d'un individu gentil et sans histoire, amateur de voitures rapides, qui se serait « autoradicalisé » en lisant tout seul le saint Coran, sans le secours d'un iman pacifique et éclairé comme ils le sont tous. Mais, Dieu merci – saint est son nom – ce n'était pas un crime raciste puisqu'il avait tué tout le monde sans discrimination. Et, comme a déclaré son frère, son crime étant impardonnable, il n'y a pas lieu de demander pardon aux victimes (le Monde du 21 juin 2012). Ces Méridionaux, heureusement si proches du terroir, ont vraiment un grand bon sens, que n'aurait pas renié notre grand Pagnol !
    Puis il y a eu le meurtre de deux gendarmes dans le Var (leFigaro.fr du 19 juin 2012 préfère écrire « La mort brutale » de deux gendarmes, par discrétion) par un autre Méridional, Abdallah Boumezaar, pour un « banal vol de sac à main » (toujours leFigaro.fr du 19 juin 2012). C'est vrai que dans le Midi les vols de sac à main sont banals. Il n'y a pas de quoi en faire une histoire et d'ailleurs la presse ne nous en avait heureusement pas parlé.
    Mais ce Méridional, nous dit-on, était aussi connu des services de police pour des affaires de stupéfiants et de violences. Il avait déjà 9 condamnations à son actif – si l'on peut dire – et il avait fait de la prison. On nous explique alors qu'il avait justement souffert de ne pas avoir été informé par sa mère de la mort de son père quand il était sous les verrous et aussi qu'il « devient fou quand il boit de l'alcool » (le Figaro.fr du 19 juin 2012).
    On devrait donc mieux se préoccuper du bien être psychologique des prisonniers, surtout dans notre beau Midi où il fait si chaud et où le sens de la famille est si développé !
    Et puis voici qu'un autre Français méridional, Fethi Bouzama, attaque une agence bancaire avec prise d'otages, encore à Toulouse. La presse nous dit qu'il s'agit d'un « schizophrène en rupture de soins depuis des mois » (le Figaro.fr du 20 juin 2012). Sa sœur, qui doit donc certainement être très objective, nous explique qu'il « a la rage et a peur du monde extérieur » et qu'il avait aussi bu de l'alcool avant car « il n'est pas très religieux » (le Monde.fr du 20 juin 2012). Ce Méridional se réclamerait pourtant d'une conviction religieuse d'après le procureur de la République (le Figaro du 20 juin 2012).
    En tout cas, ce Méridional qui a « peur du monde » était quand même bien courageux d'attaquer une banque à lui tout seul. Un digne émule du grand Marius !
    Mais, décidément, que ces Méridionaux alcooliques et schizophrènes sont imprévisibles et dangereux !
    Il est urgent que les pouvoirs publics, qui viennent heureusement d'imposer à tous les automobilistes français, méridionaux ou non, de posséder un alcootest dans leur véhicule, prennent des mesures plus fermes dans le Midi. Que l'on réglemente au moins la vente du pastis, à défaut de celle des Kalachnikov !
    Il faudrait aussi renforcer le corps médical dans cette partie de la France, afin qu'il soit mieux en mesure de protéger ces personnes, si fragiles qu'elles en viennent à commettre des actes violents contre leur gré, les pôôvresses.
    Des actes qui endeuillent et qui pourraient même ternir l'image de notre beau Midi si accueillant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que les médias parlent d'un terroriste, d'un islamiste, d'un assassin, on est d'accord, mais de grâce qu'ils ne parlent pas de " Français " pour désigner un criminel qui au nom de l'islam massacre des citoyens de notre pays, des Juifs et des chrétiens. Un Français ne se bat pas avec des islamistes contre notre propre armée, un Français ne tue pas des femmes et des enfants au nom d'Allah.
      Nemmouche n'a de Français que les papiers que la France lui a gentiment donnés .
      Pour le reste on voit bien qu'il ne s'est jamais intégré dans la société Française et , visiblement par ses séjours en prison , ne le souhaite pas non plus .
      S'il possède 2 nationalités , en parfait accord avec Claude Guéant , je souhaite qu'il soit déchu de la nationalité Française et conséquences qui vont avec ....
      En quoi, est il français, il ne partage aucune des valeurs qui fondent une démocratie, il n'en a ni les références culturelles, ni la moindre volonté de s'y intéresser. Citez son nom mais évitez de dire qu'il est français, aucun homme "normal" ne peut se reconnaitre en lui. C'est un apatride terroriste de l'internationale islamiste.

      Supprimer
  3. De riposte Laïque
    Nouvelle catastrophe pour la bien-pensance, socialos, écolos, antifas, journaleux, artistes et antiracistes. A la surprise générale, l’assassin de Bruxelles n’est pas un militant du Front national. A la consternation de tous, il n’est pas d’origine européenne. Sans surprise pour nous, c’est un musulman, français de papier, de Roubaix, Mehdi Nemmouche, braqueur, multirécidiviste, suspecté d’être parti faire le jihad en Syrie. Sans problème, il a pu rentrer en France, et, quand il a été arrêté, il était juste en possession d’un calibre 38 et de 57 cartouches, et d’une kalachnikov d’assaut avec 261 cartouches. Félicitations au nouveau ministre de l’Intérieur, Cazeneuve, qui laisse donc les Français à la merci de psychopathes de ce type, qui circulent librement sur notre territoire. Il est vrai qu’il a déjà réussi l’exploit de laisser filer en Syrie la sœur Merah et la famille, qui ont payé le voyage avec l’argent des allocations familiales…
    Bref, le profil de Nemmouche est fort semblable à celui de Merah ou Fofana, eux aussi musulmans, eux aussi coupables de crimes racistes. On pourrait croire que la France étant championne d’Europe du nombre de jihadistes partis en Syrie – le ministre de l’Intérieur avait parlé de 800 cas – il y aurait une mobilisation exemplaire pour demander d’abord qu’ils soient tous déchus de leur nationalité, et surtout exclus du territoire français, pour protéger la sécurité de nos compatriotes.
    On pourrait également penser que nous aurions des manifestations géantes contre la montée de l’antisémitisme, et que les dignitaires juifs, ainsi que l’ineffable BHL, si prompts à salir le FN, sauraient expliquer qu’il y avait un petit rapport entre ces crimes et l’islam.
    On aurait pu espérer que les anti-cléricaux à la Mélenchon (religion opium du peuple) ou style anarchistes (Ni Dieu ni Maître) seraient en première ligne, dans la rue, pour « écraser l’infâme », comme disait Voltaire.
    Or, ce n’est pas tout à fait ce que l’on constate. Ils sont tous au bord de la déprime… mais à cause de la progression du Front national, qui demeure leur unique obsession.
    Exemple : Jean-Luc Mélenchon est au bord de la dépression nerveuse, voire du suicide.
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/05/30/pendant-que-la-poussiere-retombe/#more-20351
    « Comment se fait-il que le monstre soit toujours là après tant de commentaires et analyses si intelligents, tant d’indignations, tant d’enquêtes médiatiques si bien illustrées qu’elles ont même fini par tourner au publireportage ?
    « Je ne m’intéresse donc pas à reprendre ce qui a été mille fois décrit, y compris par moi. Le bilan est celui-ci. Toutes les étapes où il était possible de contrer la construction du Front national ont été ratées. Depuis la proposition d’interdiction il y a vingt ans jusqu’à la mise en ligne du Front de Gauche comme contrepoint, tout a été vain ».
    « Aux conditions actuelles, parce qu’elle est en dynamique, rien ne peut plus barrer la route de madame Le Pen. Mieux : le fruit va lui tomber tout droit dans la bouche. Toute la décomposition en cours du champ politique, ou bien alimente directement son fond, ou bien emporte sans combat les digues qui s’y opposeraient ».
    A suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De riposte Laïque suite
      Bon, cela ne va pas du tout, il faut qu’il se reprenne, le Jean-Luc, il commence à nous inquiéter. Mais parce qu’on l’aime bien, finalement, on va lui donner quelques conseils. Au lieu de ne fréquenter que des militants politiques qui n’ont jamais travaillé de leur vie, des apparatchiks syndicaux qui n’ont pas mis un bleu depuis longtemps, et des étudiants dégénérés de la Fidl qui portent des robes, manifestent contre le FN, Mélenchon ne ferait-il pas mieux de fréquenter un milieu qu’il ne connaît absolument pas : le peuple. Certes, il a essayé à Hénin-Beaumont, et cela n’a pas bien marché. Mais il doit persévérer.
      S’il avait décidé de se déguiser en vieillard, appuyé sur une canne, avec lunettes, perruque et fausse barbe, et de venir à Hayange, qu’aurait-il découvert, ce samedi, dans cette ville de Moselle où Fabien Engelmann, ancien trotskiste, ancien syndicaliste exclu par les bureaucrates de la CGT, a été élu maire de la ville, le 30 mars dernier, à la tête d’une liste Front national constituée majoritairement d’ouvriers ? Il suffit de suivre la vidéo, par ailleurs pleine d’humour, tournée par Christine Tasin, présente avec Pierre Cassen à Hayange, ce week-end. Il aurait d’abord vu, lors d’une fête Nature et Jardin, au Parc de l’Orangerie, devant les anciens bureaux de la famille de Wendel, le nouveau maire et ses adjoints discuter tranquillement avec leurs concitoyens, dont tous ne sont pas leurs électeurs. Pas la moindre agression verbale, aucune polémique stérile et politicienne. Les gens parlaient de leur association, de leur rue, de l’école, de problèmes locaux, et le maire leur répondait courtoisement, leur proposant souvent de prendre rendez-vous en mairie.
      S’il avait discuté avec les habitants, il aurait constaté que ceux-ci, depuis deux mois, sont ravis que leur ville soit plus propre, que les mendiants agressifs et souvent alcoolisés qui terrorisaient les vieilles personnes aient été éjectés du centre-ville. Les électeurs paraissent sensibles au discours d’un maire qui explique que l’argent public, c’est le leur, et qu’on n’a pas à le dépenser n’importe comment, ni à jouir, parce qu’on est élu, de privilèges comme les voitures de fonction disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept.
      S’il avait été à la mairie, ce samedi après-midi, aux alentours de 16 heures, il aurait vu deux France. D’un côté, un très beau mariage. Lui était maçon, elle était vendeuse. Ils avaient la trentaine. Leur famille et leurs amis s’étaient fait tout beau pour célébrer ce grand jour. Le père, très ému, avait accompagné la mariée jusqu’au premier rang. Ils étaient environ quatre-vingts dans la salle des mariages, écoutant le Maire, Fabien Engelmann, leur faire un discours plein de tact, et leur souhaiter d’être heureux, d’avoir des enfants, de bien les éduquer, et de surmonter les épreuves de la vie.
      Ces gens, souvent d’origine modeste, étaient outrés par ce qu’ils avaient vu dehors. Ne respectant pas ce jour sacré pour eux, une cinquantaine d’anarchistes, arborant des drapeaux de la CNT et d’Alternative Libertaire, avaient décidé de venir protester contre « le fascisme, l’extrême droite et le capital ». Les mariés et leurs invités avaient donc dû entrer à la mairie au milieu des forces de l’ordre, qui leur ouvraient les barrières protectrices. Pendant la cérémonie, les anarchistes avaient mis leur musique, du rap, évidemment, à fond. Pour rien. Les fenêtres étaient fermées, et la mairie bien isolée.
      A suivre

      Supprimer
    2. De riposte Laïque suite
      Aucun manifestant n’habitait Hayange. Ils avaient mobilisé le ban et l’arrière ban de Nancy, Metz et de Paris. Et, au plus fort de la manifestation, cela faisait 80 personnes, et même la voilée de service, ce qui faisait désordre dans un cortège qui se réclame de « Ni Dieu ni Maître ». Certains étaient équipés de lunettes noires, de capuches, de foulards, de bâtons, voulant se la jouer anarchiste des Galeries Lafayette. Ils étaient pathétiques par leur faible nombre, leur discours totalement déconnecté des réalités. Ces imbéciles dénonçaient un fascisme qui n’existait que dans leur imagination, et, se disant anti-cléricaux, n’avaient pas un mot contre le fascisme islamique, seul vrai péril pour notre civilisation (voir récents assassinats de juifs à Bruxelles, Merah ou Fofana). Ils exaspéraient une population qui se demandait quelle était la légitimité de ces personnages inquiétants, qui venaient les insulter en leur disant qu’ils avaient élu, démocratiquement des gens dangereux et infréquentables. Bref, qu’ils étaient au mieux des imbéciles ignorants, au pires des salauds.
      Le plus drôle est que la Police, pour une fois, a gonflé les chiffres, puisqu’ils ont fait passer d’environ quatre-vingts, vrai chiffre constaté au départ de la manifestation, à 120, le nombre de manifestants. Le plus cocasse est qu’il se trouve un journaleux du Républicain Lorrain, un nommé Michaël Sutter, pour faire l’apologie de ces dégénérés qui ressemblent davantage aux Chemises Noires de Mussolini qu’à de grands défenseurs des libertés.
      Si Jean-Luc Mélenchon avait été présent, à Hayange, il aurait constaté que la majorité de la nouvelle équipe municipale est d’origine populaire, constituée d’étudiants, d’ouvriers, d’employés, de retraités modestes. Ils aiment la France, et beaucoup d’entre eux sont issus d’un grand-père ou d’une grand-mère immigrés. Leurs parents ont travaillé dur, et ont toujours respecté le pays qui les accueillis, et permis de s’assimiler. Ils supportent donc d’autant moins que d’autres nouveaux venus ne s’intègrent pas, cassent, agressent, pillent, vandalisent, islamisent, et bénéficient d’aides sociales qui ne profitent donc pas aux plus méritants. C’est le discours du Français moyen qui n’a pas eu le cerveau lavé par la clique anti-raciste et la gauche de la préférence immigrée.
      Ce sont pourtant ces gens là que ceux que Paul Le Poulpe appelle les anarchistes d’Allah et des Jean-Luc Mélenchon qualifient de fascistes, de racistes, et en qui ils voient la résurgence de la Bête Immonde. C’est vrai qu’ils sont tellement racistes qu’ils viennent d’embaucher, à Hayange, comme directrice générale des services de la mairie, une jeune femme d’origine iranienne, Elisabeth Lalesart, sans que cette origine ne pose le moindre problème à l’ensemble de l’équipe, tout simplement parce qu’elle est compétente, agréable, efficace et amoureuse de la France.
      C’est pourtant cette mairie bien gauloise que les supporters de l’équipe de football d’Algérie menacent carrément de brûler…

      Supprimer
  4. Attentat antisémite de Bruxelles Le BNVCA salue l'action des services français des douanes qui ont interpellé un suspect armé, et demande au gouvernement , des mesures énergiques préventives :Mises en résidence surveillées des familles des djihadistes
    BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L' ANTISEMITISME 8 Boulevard Saint Simon 9700 Drancy 0663883029 Le Président Sammy Ghozlan 0609677005 Drancy le 1/6/14 Le BNVCA salue l'action des services français des douanes et de la police qui ont interpellé à Marseille un djihadiste fortement suspecté d'avoir commis l'attentat antisémite contre le Musée Juif de Bruxelles, faisant 4 morts. Malgré un certain soulagement, l'émotion est grande, l'inquiétude l'est tout autant.L'attentat a provoqué une véritable psychose parmi les membres de la communauté juive , parents d'élèves,qui réclament une protection accrue, des synagogues, des écoles juives, notamment à l'approche des fêtes de(Shavouot) la Pentecote juive. Le BNVCA observe que dans cette affaire, aussi, le suspect est défavorablement connu des services de Police, comme Fofana Merah et les autres.terroristes de l'épicerie cachere de Sarcelles.Le fait qu'il soit originaire de Roubaix et armé,ne nous étonne nullement . Le BNVCA demande au gouvernement , aux Ministres de l'Intérieur, de la Justice, qu'ils décident par décret ,de prendre des dispositions préventives à l'encontre de tous les suspects,djihadistes apprentis ou confirmés,Parmi ces mesures administratives, devront figurer la déchéance de la nationalité française, la mise en résidence surveillée, tant de suspects que des membres de leur famille adepte comme eux de l'islam radical du Djihad, cette guerre sainte déclarée contre les non musulmans en général et les juifs en particulier Pour le BNVCA leur liberté de circuler , leur liberté d'expression doivent être restreintes et pas seulement surveillées Le BNVCA demande aux enquêteurs de vérifier si le terroriste n'envisageait pas de viser une cible juive en France. La sécurité des citoyens exige des mesures urgentes, et efficaces

    RépondreSupprimer
  5. La LDJ dénonce systématiquement sur son site tous les antisémites qui sévissent au Front National ou dans un autre parti politique français de droite comme de gauche.
    Depuis une semaine tous les médias nous fatiguent avec le danger fasciste que représente le Front National en liant d’une manière malhonnête la tuerie de Toulouse à la hausse du vote FN en France.
    Malheureusement pour eux ce n’est pas un skinhead au crane rasé qui a tué.
    Les Français et notamment ceux de religion juive savent que le danger se situe du coté des islamistes.
    Il suffit de connaitre l’identité des auteurs d’agression sur des juifs en France depuis 15 ans pour en être convaincu.
    Seule une politique de répression sévère (retrait de la nationalité française, expulsion, peine plancher de 50 ans à défaut du rétablissement de la peine de mort) accompagné d’un travail de renseignement intensif peut endiguer le danger islamiste.
    Ni l’UMP ni le PS ne veut prendre de pareilles mesures radicales mais nécessaires.
    C’est une des raisons pour lesquels les Français qui en ont marre de la délinquance en France se tourneront vers le Front National.
    Notons que tous ceux au PS et à l’UMP qui traitent le Front National de parti nazi et fasciste n’ont jamais demandé son interdiction.
    On se demande bien pourquoi.
    Les Juifs de France ne se laisseront pas instrumentalisés par les relais du Parti Socialiste qui veulent faire croire que le danger antisémite se trouve principalement à l’extrême droite alors qu’il est principalement chez les islamistes et l’extrême gauche

    RépondreSupprimer
  6. Quatre personnes sont mortes, abattues à bout portant à la Kalashnikov, dans le cou et au visage, par un terroriste musulman, un acte antisémite.
    Deux jeunes filles israéliennes, les filles du couple de touristes, se retrouvent orphelines, elles ont perdu d’un coup leurs deux parents. Un jeune garçon d’une vingtaine d’année, juif aussi, a été fauché au début de sa vie, celle de ses parents est brisée. La famille de la quatrième victime ne contient pas sa douleur.
    Mais que disent les médias…
    Ils dressent le portrait d’un Mehdi Nemmouche victime de la société, victime de la vie.
    Sans domicile fixe -le pauvre
    Pour le HuffPost, Mehdi Nemmouche, était sans domicile fixe -le pauvre. D’ailleurs il a été condamné « dans une affaire anodine de conduite sans permis » ajoute le quotidien en ligne pour souligner l’acharnement de la justice, et il « niait farouchement avoir commis les faits » : voilà, il est la victime d’une erreur judiciaire.
    20minutes.fr le décrit comme un « jeune homme » [il a 29 ans mais jeune homme, ça fend le cœur]… et Slate comme un « jeune homme sans ressources. » – émotion.
    Nemmouche n’avait pas eu une vie facile
    « Une enfance difficile, mais un jeune homme intelligent » dit RTLinfo Belgique, qui en rajoute en expliquant que « M. Nemmouche n’avait pas eu une vie facile » [violons]. « Il a été placé très jeune et s’est retrouvé à la rue à l’âge de 17 ans. » [on sort les mouchoirs]
    « Il avait une intelligence et était vif d’esprit« ajoute une journaliste pour montrer toute attendrie combien la vie est injuste: il avait tout pour réussir, mais la vie cruelle en a décidé autrement.
    « Des jeunes gens qui sont en déshérence, qui on rencontré des difficultés d’ordre familial, d’ordre personnel comme ce fut le cas pour M. Nemmouche » s’empresse de dire Me Soufila, son ex-avocate, ajoutant qu’il « n’a pas su trouver dans la société la solution à ses difficultés » – vite une marche blanche et des pages Facebook pour soutenir Mehdi !
    Il aurait même une petite amie belge
    Et RTL nous fait verser une larme : « sa famille est sous le choc » [ah oui, j'oubliais : c'est la famille du tueur qui est sous le choc, dans les médias]. « Le suspect aurait de la famille en Belgique, il aurait même une petite amie belge. » – Vous rendez-vous compte ? Pauvre petite chérie au cœur brisé, comme elle doit souffrir d’être privée de son amoureux. Je suis sûr qu’un média va l’interviewer pour lui faire dire que Nemmouche était un garçon très gentil, très attentionné et très romantique.
    Et voilà la merveilleuse tante de M. Nemmouche qui parle de son neveu, « placé dans un foyer d’accueil peu après sa naissance » [c'est Zola !] « avant d’être hébergé par sa grand-mère à l’âge de 17 ans ». [Faudrait savoir : tantôt il s'est retrouvé à la rue à 17 ans, tantôt il vivait chez sa grand-mère ?]
    Quelqu’un de gentil, d’intelligent
    Et la tante d’ajouter que Nemmouche est « quelqu’un de gentil, d’intelligent, scolarisé, qui avait fait une année d’université ».
    Vous ne comprenez pas : il a tué quatre personnes, mais avec gentillesse.
    D’ailleurs c’est même un fils exemplaire et attentionné : « A sa sortie de prison, fin 2012, la famille a « eu la surprise de le revoir. Il est venu faire un petit bonjour, pour nous rassurer » dit encore la tante. Comme c’est touchant, on en frissonne.
    Ca y est je pleure
    Messieurs les journalistes, vous m’avez convaincu : la vraie, la seule victime de la tuerie du musée juif de Bruxelles, c’est Mehdi Nemmouche.

    RépondreSupprimer
  7. Mehdi Nemmouche, le pieux musulman qui a tué quatre personnes lors d’un attentat terroriste au musée juif de Bruxelles, revenait de Syrie.
    Il fait partie de ces quelques 800 Français, tous des « loups solitaires », que le ministre de l’intérieur français dit que la France surveille de près…
    Le Musée juif de Bruxelles vient de montrer le carnage qu’un seul d’entre eux peut commettre. Les lieux juifs, les synagogues, les écoles, cibles des jihadistes, sont maintenant des poudrières.
    Mehdi Nemmouche est le profil exact de ces jihadistes surentrainés, porteurs de passeports européens, et dont on ne cesse de parler dans les médias depuis plus d’un an. Ils sont revenus de Syrie après avoir été formés et armés ; ils ont probablement pris part aux combats afin d’apprendre à tuer ; ils savent fabriquer, poser et déclencher des bombes, et ils ont reçu d’al Qaïda des ordres de missions une fois rentrés chez eux.
    « Tout le gouvernement est mobilisé pour suivre les jihadistes et éviter qu’ils puissent nuire » a déclaré François Hollande [belle mobilisation : on voit le résultat], « notamment lorsqu’ils reviennent en France ou en Europe » [exactement le cas de Nemmouche] ajoutant : « c’est une lutte de tous les instants » [ah bon ?].
    Ce sont des propos inconsistants, des propos qui font peur : Mehdi Nemmouche est allé en Syrie en 2013. Il était même fiché par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).
    Pourtant, il a pu se procurer une Kalashnikov et un révolver, ce qui suppose contacts et réseaux, et probablement des complices pour préparer son plan d’attaque, et tout cela sans alerter la sécurité intérieure.
    Qu’a fait la France pour éviter qu’il nuise, après être revenu en France ? De quelle lutte de tous les instants parle-t-on ?
    S’il a été arrêté, c’est par hasard, à la faveur d’un contrôle banal – le genre de contrôle au faciès qui a valu une condamnation à Eric Zemmour pour avoir justifié leur nécessité, et que dénoncent les organisations de défense des droits de l’homme.
    Disons-le : les crimes antisémites de Merah ont été possible à la fois par des défaillances dans l’organisation des services de renseignement, et par un manque de ressources.
    Disons-le aussi : la France n’a pas les moyens humains et financiers pour surveiller chacun des 800 musulmans qui reviennent ou sont revenus de Syrie. Sans compter ceux qui reviennent ou sont revenus du Mali, autre foyer terroriste, et dont on parle moins.
    Disons-le enfin : la France et l’Europe n’ont ni les outils ni la préparation pour assurer la lutte contre le jihad qui se prépare sur leur sol. C’est la sanction d’une immigration incontrôlée, évidemment.
    Et les Juifs sont en première ligne, juste devant ceux qu’ils appellent les croisés.

    RépondreSupprimer
  8. Gilles-William Goldnadel revient sur les manifestations anti-FN et ainsi que sur la tuerie de Bruxelles et dénonce l’indignation à deux vitesses de la gauche antiraciste et des médias.
    Gros plan sur l’antifascisme de pacotille. Ceux qui ne veulent pas forcément accentuer les succès du Front National devraient se réjouir de l’échec pitoyable de cette journée de colère puérile, lors du jeudi de l’Ascension. J’aurais passé beaucoup de temps, usé beaucoup d’encre pour répéter que les meilleurs alliés des Le Pen ont toujours été leurs extrêmes voisins de la rive d’en face.
    Les beaux contempteurs de l’extrémisme que voilà: militants du NPA, du PCF, du front de gauche. Même goût de la démagogie, mêmes explications du complot de la finance internationale, même rage contre un «système» dont ils profitent dès qu’ils le peuvent.
    Et que dire de la modération de leur langage: «Marine on t’encule!» (Le Monde 28 mai).
    J’attends encore les protestations des féministes médiatiques.
    Ceux qui défilaient dimanche 25 mai étaient les mêmes qui défilaient pour exiger le retour de Leonarda et de la sympathique famille Dibrani. Ce sont les mêmes qui, avec leur outrance de langage, leurs comparaisons oiseuses entre la période actuelle et «les heures sombres que l’on croyait révolues» auront réussi l’exploit de susciter une sorte de réflexe compassionnel envers les victimes de leurs dérapages. Si les Le Pen avaient quelque gratitude, ils devraient adresser un bouquet de roses rouges à leurs frères ennemis. Je conseille à ceux qui n’auraient pas encore compris ce que doit le Front National au MRAP, à SOS-Racisme et à leurs compagnons de route, la lecture édifiante du livre de Pierre-André Taguieff: «Du diable en politique-réflexions sur l’anti lepénisme ordinaire *» (CNRS éditions).
    L’anti lepénisme gauchisant explique-t-il «a pris l’allure d’une machine fonctionnant dans un seul sens: empêcher de connaître et de comprendre l’ennemi désigné, interdire toute discussion libre sur le mouvement lepéniste, substituer l’indignation morale et la condamnation diabolisant à la critique argumentée et à la lutte politique. La diabolisation de l’adversaire empoisonne le débat démocratique et profite en définitive au parti lepéniste, qui tire habilement parti de la dénonciation vertueuse et consensuelle dont il est l’objet pour se poser en victime du «système». Toute dénonciation extrémiste fait le jeu de l’extrémisme dénoncé.»
    Le seul moyen, explique Taguieff, de dire clairement en quoi les orientations du FN sont inacceptables «consistent à analyser le programme de ce parti sans lunettes idéologiques, donc sans le lire à travers les stéréotypes accumulés au terme d’une longue tradition «antifasciste».»
    Mais l’extrémisme en est, par définition, incapable. Comment le Parti Communiste, le Front de gauche et les autres pourraient-il critiquer, par exemple, l’irréalisme, et la démagogie du programme économique anti ploutocratique du FN?
    © Gilles-William Goldnadel. A suivre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. © Gilles-William Goldnadel. Suite
      Après tout, libre à ces jeunes vieillards aux idées mortes de ringardises de maudire le verdict funeste d’urnes funéraires. A chacun sa conception de la démocratie.
      Ce qui est moins admissible, c’est de constater l’influence toujours vivace de leurs idées au sein des médias d’État, sans que l’on sache vraiment faire la part entre le militantisme et le réflexe pavlovien d’un jeunisme progressiste sommaire. C’est ainsi qu’en ce jour de l’Ascension, dans son reportage à 13h sur France Inter, Nicole Guillard eut cette conclusion extatique pour caractériser nos «résistants» antifascistes d’opérette: «une formidable énergie pour changer le monde». Rien de moins.
      Le soir, les redevables de la redevance obligatoire s’entendirent asséner obligatoirement et génériquement, tant sur FR3 (19h30) que sur Arte (19h45) (France 2 étant irréprochable sur ce point), que «LES jeunes étaient descendus dans la rue».
      Combien de temps encore, le public tolérera-t-il de voir insultée aussi grossièrement la réalité par ceux qui sont payés pour le servir et non pour l’asservir ?
      Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le sang juif qui a coulé en Europe n’aura jamais coulé des causes de l’extrême droite
      Bien sûr, nos jeunes antiracistes n’ont pas été effleurés par l’idée de consacrer le moindre de leurs cris stridents à protester contre l’attentat qui s’était pourtant commis la veille contre le centre culturel juif de Bruxelles ou contre les violentes agressions qui venaient de se commettre contre deux jeunes qui sortaient d’une synagogue de Créteil. Il est vrai que cet antiracisme là est aujourd’hui plus blessé par la cruauté statistique qui les empêchait d’espérer sérieusement que les agresseurs antisémites ressemblaient au portrait-robot bleu-blanc-rouge de leur rêve. Car depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le sang juif qui a coulé en Europe n’aura jamais coulé des causes de l’extrême droite. Seulement de l’islamisme, de l’antisionisme, ou de l’extrême gauche (Carlos, Action Directe).
      Je me suis tu toute la semaine, dans l’attente de la confirmation de ce que tout le monde savait.
      Mais il n’y aura pas de grande manifestation organisée par SOS-Racisme et les autres. La communauté musulmane organisée, dont certains de ses membres les plus modérés sont victimes eux aussi des exactions djihadistes, ne descendra pas dans la rue. Quant à la communauté juive organisée, la semaine passée, celle-ci a préféré être «digne et silencieuse». Certains prétendus intellectuels et quelques artistes s’exprimeront avec gravité pour mettre avant tout en garde contre un amalgame qu’ils sont les seuls à évoquer. Qu’importe, on préfère brailler contre les fantômes du passé. On préfère intimider les démocrates qui veulent résister contre les vrais fascismes et les nouveaux racismes en les associant eux aussi aux vieux démons de leurs fantasmes. C’est moins risqué.
      Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel.

      Supprimer
    2. Merci MONSIEUR Golnadel pour cette phrase: "Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le sang juif qui a coulé en Europe n’aura jamais coulé des causes de l’extrême droite" et en ajoutant : "depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le sang juif qui a coulé en Europe n’aura jamais coulé des causes de l’extrême droite. Seulement de l’islamisme, de l’antisionisme, ou de l’extrême gauche (Carlos, Action Directe) " je vous remercie doublement .

      Supprimer