lundi 1 juillet 2019

Nelson Mandela au Luc en Provence.



Le Luc en Provence s’enorgueillit (pas tout le monde quand même) d’avoir Avenue Pierre Mendes France (Radical socialiste et Franc-Maçon) un Complexe Sportif baptisé du nom de Nelson Mandela. Des centaines de places, rues, allées, avenues etc. portent en France le nom de ce triste individu communiste. Nonobstant à Vitrolles en 1997 par la grâce de son bon maire monsieur Mégret la place Nelson Mandela se transformera en place de Provence.
Vous avez surement remarqué que le sous-titre de mon blog est «réveillez-vous», alors je vais essayer de vous réveiller ! Je souhaite donc un  très bon réveil après l’hypnose à ceux qui ont cru voir en Rolihlahla Mandela Madiba le messie d’une nouvelle religion universelle. Cliquez ici !
Au sujet au sujet de ce fameux «Nelson» Rolihlahla Mandela Madiba il y a beaucoup à dire. Cliquez aussi ici.

C’est le 6 décembre 2013 qu’un communiqué du Parti Communiste d’Afrique du Sud le SACP (South African Communist Party) nous apprend officiellement ce dont l’on se doutait, mais qui n’avait jamais été réellement établi, à savoir que le «camarade Nelson Mandela» était un haut dirigeant communiste puisqu’il «(…) ne faisait pas seulement partie du SACP, mais également de son Comité central». Ce que cette idole sournoise des «droitsdel’hommistes» a toujours démenti, tant oralement que par écrit. Louis-Ferdinand Céline dans son fameux Voyage au bout de la nuit, dira, à croire qu’il avait connu Mandela : «Sournois et menteur comme toujours, comme une douzaine de soutien-gorge... Il me racontait des tels bobards, que la nuit ça m'en remontait... Je me les racontais à nouveau, tellement ils étaient durailles ! Crapules ! Et pesants !». Jean François Revel ira jusqu’à dire comme personnellement je le pense que : Le communisme, c’est comme le nazisme, le mensonge en plus !». Le très socialiste Jules Moch adoptera la formule de la: «plus gigantesque entreprise de dépravation de l’homme qui ait jamais existé». Mon bon maître Frédéric Bastiat affirmera avec justesse : «Faire intervenir l'État, lui donner pour mission de pondérer les profits et d'équilibrer les fortunes, en prenant aux uns, sans consentement, pour donner aux autres, sans rétribution, le charger de réaliser l'œuvre du nivellement par voie de spoliation, assurément c'est bien là du Communisme».
Le SACP a donc brisé un secret jusque-là bien gardé et cela, au risque de fortement écorner le mythe d’un Mandela pacifiste. Pourquoi ? 

La réponse est d’une grande simplicité : le SACP était en 2013 politiquement en perdition car il est perçu par les Noirs comme un parti archaïque «blanc» et «indien». Or, depuis 1994, la vie politique sud-africaine repose sur un partage du pouvoir, donc des postes et des prébendes, entre l’ANC (l’African National Congress, abrégé en ANC est un parti politique d’Afrique du Sud membre de l'immonde Internationale socialiste), le syndicat Cosatu (Congress of South African Trade Unions, en français «Congrès des syndicats sud-africains»  affilié à la très marxiste-léniniste Fédération Syndicale Mondiale, comme chez nous la sinistre CGT) et le SACP (South African Communist Party ou Parti Communiste d'Afrique du Sud un vrai parti stalinien criminel contre l’humanité). Il s’agit de l’Alliance tripartite qui existe toujours en 2019. Cette rente de situation était depuis longtemps contestée par de nouvelles forces politiques noires demandant que les «dépouilles étatiques soient repartagées à la lumière de la véritable représentativité des uns et des autres». Afin de tenter de conserver sa place au sein de l’Alliance tripartite, le SACP à bout de souffle a donc révélé que le «grand homme» était un de ses cadres dirigeants…

Ce misérable calcul boutiquier aura du moins un grand avantage car il permettra peut-être d’ouvrir les yeux ou de réveiller ceux qui pleurent un Mandela pacificateur-rédempteur alors qu’il était en réalité un triste agent du KGB, un menteur pathologique, un abominable terroriste, une «taupe communiste» dans le vocabulaire de la «guerre froide»…

Voyons le cas de cet énergumène marxiste d’un plus prêt.

De son nom de naissance en 1918  Rolihlahla Mandela Madiba, son prénom prédestiné, Rolihlahla, signifie «enlever une branche d'un arbre» ou, plus familièrement, «fauteur de troubles», le prénom de Nelson lui a  été donné à 9 ans en 1927 par son institutrice de l’école méthodiste Miss Mdingane). L'enseignement dispensé dans cette école protestante lui permet de recevoir une éducation à la fois africaine traditionnelle et européenne. A 16 ans, il subit l'initiation suivant la coutume thembu (circoncis il devient Dalibunga soit un homme). De famille «royale», Mandela poursuit ses études à l'école méthodiste d'Healdtown à Fort Beaufort. Diplômé, il rejoint l'université de Fort Hare, la seule université acceptant les Noirs pour y entamer des études de droit. Il y découvre le nationalisme afrikaner et le marxisme diffusé par le Parti Communiste Sud-Africain (SACP), il y adhère.
Depuis sa mort, tous ceux qui ne croient ni à Dieu ni à diable se sont trouvés une icône marxiste culturelle devant laquelle ils brûlent des cierges en déférence : Au point, presque, de réclamer sa canonisation immédiate. «Santo subito !», mais notre sinistre zigoto Mandela n’a pas réalisé de miracle. Ni avant, ni après l’abolition de l’apartheid… qui n’est pas de son fait ! Il est même responsable des habituels et monstrueux crimes de sang marxistes. L’image d’Épinal du Mandela papa gâteau, sorte de nouveau Gandhi, a du plomb dans l’aile, n’en déplaise aux plumitifs de la presse marxiste culturelle française.
Si l’Organisation des Nations unies a fixé au 21 mars la Journée mondiale de la lutte contre la ségrégation raciale, c’est en référence à la tragédie qui s’est déroulée le 21 mars 1960 à Sharpeville, en Afrique du Sud. Ce jour-là, la police, assiégée par plusieurs milliers de manifestants réunis à l’appel du Congrès national africain(ANC) dirigé par le communiste Mandela est prise de panique et a tiré sur la foule. On relèvera 69 morts. 
                                                                            Le camarade Mandela, qui va sur ses 43 ans, est un cadre de l’ANC. Bien que communiste, Mandela serait à cette époque plutôt non violent. Pour la violence terroriste cela ne va pas durer. Il considère, largement influencé par l’URSS que la stratégie de l’ANC (qui va être interdite) a échouée. Qu’il faut adopter la bonne stratégie marxiste de la terreur rouge du cycle provocation/répression, afin d’amener les fameuses «masses» à se soulever contre le pouvoir afrikaner. Qu’il faut donc en venir à la lutte armée et au terrorisme.

C’est ainsi qu’en cette année 1960, Rolihlahla Mandela crée la branche militaire de l’ANC – sa branche terroriste – sous le nom de Umkhonto We Sizwe (connu aussi sous le nom de MK), qui signifie «fer de lance de la nation»). MK est dirigée par Joe Slovo un blanc secondé par Mandela (Slovo était un agent soviétique cadre du KGB né en Lituanie sous le nom de Yossel Mashel Slovo, c’était un juif Erev Rav blanc et marxiste-léniniste chef du Parti communiste sud-africain clandestin, formé à l’université Patrice Lumumba de Moscou).
En 1960, quand le camarade Mandela qui était déjà membre et petit cadre du Parti Communiste (South African Communist Party ou SACP) fut nommé-coopté au Comité central, le monde était en pleine «guerre froide» et les soviétiques avaient décidé de menacer la route du Cap, vitale pour ce qui était alors l’«Occident», en déstabilisant le pays qui en était le gardien, à savoir l’Afrique du Sud. Pour l’URSS, la soi-disant lutte contre l’apartheid fut le moyen de populariser cette stratégie en lui donnant un «habillage» moral. La mission que le KGB confia alors à Nelson Mandela, fut de prendre le contrôle de l’ANC au profit du SACP en évinçant la vieille garde réformiste et non-violente qui le contrôlait, afin de lui faire adopter  la lutte armée. CQFD.

Dirigé par le colonel Yossef Slovo, officier supérieur du KGB, le camarade  Mandela s’acquitta parfaitement de ces deux missions. Il réussit comme on l’a vu à imposer la création de l’Umkhonto we Sizwe, l’aile militaire et terroriste de l’ANC dont il fut le premier chef. Il transforma également l’ANC en une simple courroie de transmission du SACP. En 1989, sur les 30 membres de son comité directeur, seul quatre ou cinq revendiquaient ainsi officiellement leur appartenance au SACP cependant que plus d’une vingtaine étaient des membres clandestins du parti ayant reçu l’ordre de cacher leur appartenance afin de ne pas effaroucher les «compagnons de route» et les «idiots utiles». 


Il reste un grand nombre de gens dans le monde pour croire ce que leur disent les communistes et assimilés, sans oublier en France, socialistes, républicains et autres marcheurs comme les Verts, de véritables pastèques, vert dehors, rouge dedans. Ce n’est pas nouveau. Il fut un temps pas très éloigné, que j’ai connu, où 25 % des électeurs français votaient communiste, convaincus que le communisme était la bonne solution pour assurer le bonheur des hommes. Tenez, dernièrement la télé passait un documentaire sur le massacre de Katyn, du nom du lieu où Staline ordonna que furent froidement assassinés quelques milliers d’officiers polonais  (environ 12000 morts, une paille), des hommes abattus d’une balle dans la tête et enterrés dans des fosses communes. Ce ne sont pas que des militaires qui sont morts à Katyn, mais des ingénieurs, des professeurs, des fonctionnaires de haut rang, intégrés dans l’armée polonaise lors du déclenchement des hostilités. Le massacre de Katyn n’est donc pas le massacre de soldats, mais l’élimination, organisée et planifiée, de l’élite intellectuelle de la Pologne, afin de détruire ce pays. Il est très peu connu que parmi ces 12000 morts assassinés par les monstrueux communistes se trouvait plus de 2000 juifs. À cela s’ajoute l’arrestation et la déportation dans les camps de la mort du goulag des professeurs dont de très nombreux juifs de l’université de Cracovie ; là aussi dans le but de s’attaquer à la culture et aux forces intellectuelles du pays au début de la guerre 40-45. Non seulement ces crimes furent commis, mais l’URSS le nia catégoriquement jusqu’au début des années quatre-vingt-dix, et pire encore dans l’abject, le régime communiste d’URSS accusa les Sociaux Nationalistes Allemands d’en être les auteurs. Nous n’avons jamais eu chez nous 25% d’électeurs votant pour des candidats nazis et pourtant national-socialisme et communisme sont les deux faces de la même pièce. Le communisme, malgré ses atrocités connues (l’Holodomor en Ukraine, reconnu crime contre l’humanité et génocide par l’union européenne fit plus de 9 millions de morts innocents), sut charmer avec ses mensonges et occultations historiques, les fameuses «masses populaires», des idiots utiles naïfs, mais aussi avec l’idéologie marxiste culturelle, quantités d’intellectuels et d’artistes : cette maladie du cerveau demeure néanmoins un mystère pour la médecine. On sait cependant par l’intermédiaire de l’historien Nicolas Werth, spécialiste du monde russe et de l’URSS que : «Dans l’ombre de la Shoah, les pogroms communistes ou socialistes des guerres civiles russes de 1918-1921 sont restés un événement peu étudié, eu égard à l’ampleur exceptionnelle des massacres, les plus grands massacres de Juifs avant la Shoah : au moins 100 000 tués, 200 000 blessés et invalides, des dizaines de milliers de femmes violées, 300 000 orphelins dans une communauté de quelque cinq millions de personnes».
J’affirme que pendant toute la période communiste en URSS, c’est au bas mot trois millions et demi de juifs qui furent exterminés de Lénine à Staline.

Mais revenons à notre agneau. C’est le camarade Mandela en personne sous les ordres et avec les conseils éclairé du camarade colonel du KGB Yossel Slovo qui va rédiger le plan de «passage graduel» à la lutte armée. Première étape : les sabotages pour ce faire la main, puis passage rapide à la deuxième étape : la «guerre de guérilla», théorisée par Che Guevara (encore un brave camarade au surnom évocateur qui lui fut attribué lorsqu’il était responsable de La Cabana, une prison qui fut le badin théâtre de joyeuses atrocités socialistes: el carnicerito, le petit boucher).
L’un de ses camarades de combat décrira la première étape : «Faire exploser des lieux symboliques de l’apartheid, comme des bureaux du passeport interne, la cour de justice pour natifs, et des choses comme ça… Des bureaux de poste et… des bureaux du gouvernement».
De 1961 à 1964, près de deux cents attentats et sabotages sont perpétrés ! Si Mandela est arrêté en 1962 et condamné –, ce n’est pas donc parce qu’il s’oppose à l’apartheid. C’est parce que les moyens qu’il emploie et les équipes qu’il commande se livrent au terrorisme. C’est aussi parce qu’il bénéficie d’importantes aides de l’étranger : financières (Le fameux «argent de Moscou») et matérielles (armes et explosifs par la même filière soviétique via Cuba). L’Algérie tout juste indépendante et sous l’influence directe de Moscou l’a accueilli pour le former aux actions militaires et terroristes…
Umkhonto we Sizwe marxiste n’arrête pas ses actions avec l’incarcération de Mandela. Quelques mois après sa condamnation, les dispositions que Slovo le grand chef blanc du Parti Communiste et agent du KGB a prises avant que Mandela soit emprisonné permettent à MK de disposer d’un appareil militaire solide. On estime alors ses forces à près d’un millier d’hommes, répartis dans des camps en Angola, en Tchécoslovaquie et en URSS comme à Odessa.                                                                              Et le signal de l’offensive sanglante est donné, depuis Moscou, après les émeutes de Soweto en 1976. En 1977, l’organisation criminelle créée par Nelson Mandela fait ses premiers morts sur le sol sud-africain. Des opérations avaient déjà eu lieu en Rhodésie, où les terroristes de MK œuvraient, à la place des Soviétiques, pour renverser le régime.
Tiens et si on faisait une petite parenthèse pour parler de cette fameuse Rhodésie. La plupart des marxistes culturels en France feignent et font semblant d’ignorer ce qui pour moi est un vrai racisme puisqu’il oppose nettement deux races humaine en l’occurrence les noirs et les blancs par comme dans ce merveilleux pays anciennement la Rhodésie et maintenant le Zimbabwe où règne le communisme le plus merveilleux, l’avènement du grand soir avec la naissance du petit Jésus soviétique noir et les lendemains qui chantent le blues. Le racisme au Zimbabwe comme en Afrique du Sud se remarque aux multiples discriminations et aux monstrueux assassinats, principalement contre la communauté blanche du pays. Remarquons toutefois que le génocide des noirs locaux comme aussi chez les africains du sud y tient aussi une place non négligeable. Après la dissolution de la Rhodésie et l'indépendance du Zimbabwe qui met fin à la domination britannique en 1980, le parti communiste marxiste-léniniste, l’Union nationale africaine du Zimbabwe - Front patriotique (ZANU-PF) arrive au pouvoir bien aidé par l’ANC sud-africaine du camarade Mandela. En avril 1980, son altesse démocratique  Robert Mugabe dit comrad Bob avait mis sur pied la 5e Brigade, une milice humaniste et pacifiste entraînée par des instructeurs nord-coréens pour faire taire les opposants politiques du merveilleux parti communiste au pouvoir, la Zanu, «Zimbabwe African National Union». Plus de 20 000 Ndébélés de la province de Matabeleland, bastion de l’opposition, auraient ainsi été systématiquement exécutés «sous les ordres directs» de Mugabe avec l’aide de l’ANC du camarade Mandela.
À cette époque, la plupart des terres agricoles appartiennent aux très méchants et vilains racistes Blancs. Le bon parti communiste, pacifiste, humaniste comme le MRAP qui en France distille de la haine des juifs, dirigé par Robert Mugabe, applique une politique un petit peu raciste en menant une réforme agraire, confisque les terres aux vilains méchants Blancs, les expulsent de leurs fermes, puis les massacrent très démocratiquement. Depuis, la population blanche zimbabwéenne n'a cessé de diminuer, passant de 260 000 à seulement 10 000 individus de 1975 à 2017. C’est ce qui amené le pays au chaos. En 1996, 4 500 fermiers blancs possédaient encore à cette date environ 30 % des terres cultivables du pays (contre 70 % en 1980) cultivant blé, arachides et tabac et dont le chiffre d'affaires représentait plus de 50 % du PIB. Surnommé le grenier à blé de l'Afrique, le pays participait en tant que fournisseur de denrées au Programme alimentaire mondial (PAM). Depuis 2000, plus de 80 % de ces fermiers ont été expulsés et massacrés et leurs terres ont été dépecées ou redistribuées à des hauts dignitaires ou à des populations autochtones complétement incompétentes. En 2010, seuls une petite centaine de blancs (massacrés depuis) habitaient encore le pays. Le Zimbabwe avec 90% de joyeux chômeurs communistes est devenu client du PAM et en 2006, 3 millions de Zimbabwéens soit le quart de la population dépendaient de l'aide alimentaire internationale.
Certainement au grand dam des médias marxistes culturels rue qui restent extrêmement silencieux sur le sujet, le génocide raciste des blancs continue aujourd’hui mais cette fois en Afrique du Sud. Dans un article du 4 mars 2017, le Figaro relate le massacre des Blancs en Afrique du Sud et parle de la grande censure sur ce sujet car, «ce sujet tabou peu traité par les média nationaux, ne manque pas de diviser une société déjà déchirée par l’héritage de l’apartheid. En cause, le caractère racial du phénomène : la quasi-totalité des fermiers du pays sont blancs et la totalité des agresseurs sont noirs». Ça alors qui l’eut cru ? Il est étonnant de ne pas voir des organisations «antiracistes» comme le MRAP qui distille de la haine des juifs ou la très socialiste LICRA dénoncer ces massacres en masse de Blancs ! Où sont les organisations humanitaires en Europe pour dénoncer le génocide des Blancs en Afrique du Sud ? Ou les média «antiracistes» ? Pourquoi un simple article perdu dans la masse des infos dans le Figaro et pas de larges protestations sur ces massacres dictés par une idéologie nettement raciste qui veut le génocide des Blancs ? Le Figaro écrit, «rien que pour l’année 2016, l’organisation de défense des droits civiques AfriForum portait le nombre d’attaques de fermes à 345 (soit près d’une par jour) et le nombre de meurtres à 70 (soit plus d’un par semaine)». Et depuis le 1 janvier 2017, ce sont 86 attaques et 19 meurtres qui ont déjà été recensés.

Le Figaro parle du parti communiste de Julius Malema, un fanatique politique qui faisait partie de l’ANC. «En 2011, le raciste noir et communiste a été filmé en train de scander : «Tuez les Boers et les Blancs», en parlant de Julius Malema et Le Figaro explique que ce même raciste immonde Malema veut un génocide des Blancs, et qui déclare sans rire ; «ces terrains doivent être expropriés sans aucune compensation. Les colons européens sont venus et ont massacré des Africains pacifistes (elle n’est pas belle celle-là ?) comme des animaux. Nous n’appelons pas au massacre des Blancs du moins pas pour l’instant».

La masse des médias lobotomisés par le marxisme culturel en Europe montre du doigt les Blancs comme étant les racistes et les exterminateurs. L’idéologie qui a lieu en Europe veut montrer le Blanc comme le raciste et le Noir comme la seule victime. Le cas concret du terrain de l’Afrique du Sud prouve que le message véhiculé par la bien-pensance, le politiquement correct cher à messieurs Zemmour et Block-Côté et le marxisme culturel et les mouvements dit «antiracistes» notamment le MRAP qui lui distille de la haine des juifs est faux et dangereux car il n’informe pas correctement les populations sur les réalités de terrain. En lisant l’article du Figaro, on apprend ce dont tout le monde raisonnable et non marxiste n’a jamais douté que le racisme n’est pas une idéologie exclusivement blanche. Des Noirs sont racistes et tuent des Blancs à cause de la couleur de leur peau. Le cas de l’Afrique du Sud montre que les peuples européens doivent réagir contre le changement de peuple car devenant une minorité, les Blancs européens en Europe pourraient bien subir le sort de leur frère en Afrique du Sud car les organisations antiracistes en Europe montrent du doigt les Blancs comme les racistes ce qui est un premier pas en direction de la sud africanisation de l’Europe. Le journal Le Figaro lance un message inquiétant à l’Europe qui se trouve en pleine invasion migratoire.

Le 23 mars 2016 l’ex président Français Hollande a rencontré le président de l’Afrique du Sud à Lyon et n’a pas dénoncé le massacre des Blancs aussi soutenu par le très raciste président Zuma (Zuma appelle aux meurtres des Blancs qui vivent en Afrique du Sud). François Hollande soutient, d’ailleurs, les présidents qui poussent au massacre de civils et de populations que cela soit dans le Donbass et en Afrique du Sud. Incroyable non ? Il existe une ONG pour sauver les Blancs en Afrique du Sud. La directrice est Leigh Du Preez. L’ONG est SAFRPSA. «Les Blancs vivent dans des bidonvilles», dit Leigh Du Preez. «Les Blancs ne trouvent pas de travail à cause des lois raciales de l’ANC qui donnent des emplois en priorité aux citoyens noirs». L’imbécile ségrégation positive a provoqué la mise en place du génocide des Blancs et libéré la parole de leaders politiques marxistes fanatiques noirs qui veulent l’extermination des Blancs. L’ONG SAFRPSA nous montre des populations blanches vivre dans des bidonvilles et des enfants blancs traîner dans la boue dans des guenilles. Il y a aujourd'hui des centaines de bidonvilles pour blancs en Afrique du Sud. Leigh Du Preez tente par tous les moyens d’alerter le monde sur la situation en Afrique du Sud mais les média gardent le sujet sous le tapis à cause de l’idéologie marxiste culturelle dite aussi «antiraciste» chère à ce très cher MRAP qui distille de la haine des juifs qui règne en occident. En apprenant la parution de l’article du Figaro Leigh Du Preez respire un peu, «enfin, le sujet sort …». Comment sommes-nous arrivés à ce point-là où les médias officiels marxistes culturels ne dénoncent pas en masse le massacre des populations blanches en Afrique ?

Nous n’en avons pas encore fini avec ce bien cher camarade Mandela.

Les attentats du fait de son organisation communiste terroriste Umkhonto we Sizwe feront, au total, plusieurs milliers de victimes si l’on compte les victimes de cette bonne vieille pratique stalinienne : les purges internes à l’organisation. Et Umkhonto we Sizwe regroupera, à son apogée, plusieurs dizaines de milliers de membres.
En 1981, MK organise avec succès pas moins de 90 sabotages sur des cibles industrielles ou militaires. À partir de 1983, les attentats à la bombe perpétrés en pleine rue, font de plus en plus de victimes civiles comme l'attentat de Church street, à Pretoria, le 20 mai 1983 (19 personnes tuées, 217 blessés), l'attentat à la voiture piégée le 14 juin 1986, à Durban, devant le Magoo's Bar (3 tués, 69 blessés), l'attentat au tribunal de Johannesburg en 1987 (3 morts, 10 blessés), l'attentat contre la banque Standard de Roodepoort en 1988 (6 personnes tuées, 18 blessés). Dans le même temps, une campagne de terreur est organisée contre les fermiers blancs dans les zones rurales du Transvaal. L'armée sud-africaine intensifie alors le bombardement des camps de MK, du Botswana jusqu'en Tanzanie. Après le massacre d'Amanzimtoti, (Le 23 décembre 1985, le centre commercial Samlan situé à Amanzimtoti fut l'objet d'un attentat à la bombe sanglant, perpétré par un jeune militant communiste, Andrew Zondo, 19 ans qui avait suivi par des instructeurs communistes Cubains et marxistes une «formation» à la guérilla en Angola). L'attentat causa la mort de 5 personnes dont 3 enfants et fit plus de 40 blessés. Des membres du Congrès américain, soutenus par des membres de l'administration de Ronald Reagan, demandent que l'ANC et MK soient considérées comme des organisations terroristes.
Non seulement cette stratégie terroriste n’a servi qu’à tuer des victimes civiles, comme en 1983 à Pretoria (19 morts, 217 blessés !), mais elle n’a pas joué dans le processus qui a abouti à la fin de l’apartheid, l’assassinat répété – systématique dans certaines régions – de fermiers blancs ayant plutôt renforcé la conviction, dans les sphères dirigeantes, qu’on ne pouvait décidément pas laisser ces gens-là s’emparer du pouvoir.
                                                                          C’est là qu’intervient un homme dont il aurait été à tout moins honnête de rappeler le rôle, plutôt que d’attribuer à Mandela un rôle qu’il n’a pas eu : Frederick de Klerk (Initialement Leclerc la famille était d’origine Française et protestante), qui recevra d’ailleurs, en 1993, le prix Nobel de la paix conjointement avec Mandela qui ne l’avait pas mérité.
De Klerk, qui avait succédé à Pieter Botha à la tête du pays en 1989, est celui qui, en toute discrétion, va aller négocier la paix avec les dirigeants de l’ANC en exil ainsi qu’avec… l’Union soviétique ! Pieter Botha avait commencé à négocier avec Mandela, lui sait bien qui est le donneur d’ordres… Ce n’est qu’après avoir obtenu des Soviétiques, dirigés par Gorbatchev, qu’ils n’interviendront pas dans le processus, que De Klerk se décide à autoriser l’ANC et à libérer le terroriste rouge Nelson Mandela le 11 février 1990. 
                                                         
C’est alors qu’il déclare : «Je suis là devant vous non pas comme un prophète mais comme un humble serviteur du peuple», une phrase tellement plus conforme à l’icône forgée durant ses années de captivité par Winnie Mandela et par l’appareil de propagande de l’Union soviétique qui ait été retenue de son discours en Europe. Il faudra attendra le 6 août suivant pour qu’il proclame… la fin de la lutte armée. A l’égard des Blancs mais aussi à l’égard des Zoulous, qui auront payé un très lourd tribut à cette guerre raciale. Cette «guerre» continue encore aujourd’hui en 2019, puisque le «roi» des zoulou Goodwill Zwelithini kaBhekuzulu pourrait bien s’allier aux suprématistes blancs afrikaner d’AfriForum. Ce roi est un xénophobe affirmé, puisqu’en 2015 il demande aux étrangers de «faire leurs bagages», ces étrangers étaient des immigrés de race noire venus du Mozambique (le Frelimo parti au pouvoir au Mozambique a été jusqu'en 1990 le parti unique au pouvoir sous le régime de la République populaire du Mozambique. Il a depuis abandonné l'idéologie communiste et appartient aujourd'hui à l'Internationale socialiste, des guerres larvées ont toujours lieu dans ce merveilleux pays socialiste), ou de Somalie fuyant les paradis socialistes. Goodwill Zwelithini kaBhekuzulu avait déjà lancé un appel à la nation zouloue en mars 2018 pour sauver les terres de son peuple. Sept mois plus tard, le roi zoulou, kaBhekuzulu, a demandé au président sud-africain Cyril Matamela Ramaphosa (d’ethnie Vendas, un peuple bantou) de ne pas toucher aux 2,8 millions d’hectares de terres lui appartenant, dans le cadre de la réforme agraire.
En 1992, c’est Frederick de Klerk qui abolira l’apartheid, s’appuyant sur un référendum auprès de la population blanche. Mandela n’avait rien aboli du tout. De même que s’il n’y eut pas de bain de sang, c’est d’abord à Frederick de Klerk qu’on le doit.
La suite est tristement classique. Devenu président de la République d’Afrique du Sud en 1994 il le restera jusqu’en 1999, Nelson Mandela n’aura qu’un pouvoir très relatif, étant assisté de deux vice-présidents, Frederick de Klerk et Thabo Mbeki, de l’ANC ( Communiste et marxiste-léniniste, diplômé d'économie et d'études africaines en Angleterre à 19 ans en 1966, il travaille au quartier général de l'ANC à Londres puis s'installe en Union Soviétique où il suit pendant trois ans des cours à l'école du parti communiste et reçoit une formation militaire et terroriste à l'institut Lénine de Moscou (1967-1970). Et le pays, soi-disant «arc-en-ciel», sombrera progressivement dans la terreur rouge et le chaos, sur tous les plans notamment le pire des racismes antiblancs du monde. Au point que Frederick de Klerk dénoncera publiquement, quelques années plus tard, le reniement de ses promesses par l’ANC et l’incapacité de Nelson Mandela à contrôler ses troupes.

La suite est classique, car Mandela était aussi peu fait que Lech Walesa pour diriger un pays, et les observations livrées par l’africaniste Bernard Lugan, auteur d’une Histoire de l’Afrique du Sud (Perrin) qui fait autorité, sont sévères : «Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports interraciaux. Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ANC communiste et raciste était «en guerre» contre le «gouvernement blanc», une centaine de fermiers blancs furent massacrés. Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, plus de 2 000 fermiers blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens».
 
En 2013, poursuit monsieur Lugan, «le chômage touchait selon les chiffres officiels 25,6 % de la population active au [deuxième] trimestre […], mais en réalité environ 40 % des actifs. Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40 % des Sud-Africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50 % à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994. En 2013, près de 17 millions de Noirs sur une population de 51 millions d’habitants ne survécurent que grâce aux aides sociales, ou Social Grant, qui leur garantit le minimum vital». Et l’on y compte 16 000 meurtres de blancs et plus de 50 000 viols de femmes blanches par des noirs par an. 800 000 Blancs, peut-être un million, ont fui le pays. Le ministère français des Affaires étrangères déconseille fortement de visiter l’Afrique du Sud hors des circuits balisés, car «les agressions contre les touristes, principalement motivées par le vol de leurs biens matériels ou objets de valeur, peuvent s’accompagner de violences graves (vols sous la menace d’armes à feu, piratages de voitures, viols, meurtres, etc.)». Le paradis «arc en ciel» marxiste-léniniste !
Et les héros sont priés de s’abstenir : «En cas d’agression, ne pas regarder son agresseur dans les yeux et ne jamais tenter de résister ou de se défendre. Les agressions sous la menace d’une arme à feu ou d’un couteau sont courantes ; il s’agit d’assurer à votre agresseur, qui peut être sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue, de votre disponibilité à coopérer (sic !) et à lui remettre immédiatement vos valeurs».

Alors je propose au Luc en Provence de rebaptiser d’urgence le complexe sportif Nelson Mandela du nom d’Annette Kennealy cette pauvre femme et fermière Sud-Africaine assassinée dans sa ferme et victime du racisme antiblanc des noirs sud-africains voir ici
Au lendemain de l'investiture de Ramaphosa, la question de la sécurité de la minorité blanche est plus que jamais posée avec l'assassinat de madame Kennealy.


La veille, Annette Kennealy avait rendu visite à sa mère puis, de retour dans sa ferme du Limpopo, avait partagé un lien sur Facebook : «Pic brutal avec 10 attaques ces quatre derniers jours dont un meurtre de fermier».

Annette Kennealy, 51 ans, était ensuite partie de coucher. C'est sa mère qui a donné l'alerte le 21 mai au matin. Sa fille ne répondant pas à ses appels et à ses messages, elle a prévenu un proche qui s'est précipité jusqu'à l'exploitation située sur la commune de Louis Trichardt dans la province du Limpopo. Il y a découvert Annette Kennealy, face contre terre, dans une mare de sang, l'œil gauche et le front enfoncés. Près du corps, un marteau et une barre de fer.
La disparition d'Annette Kennealy survient à l'heure où les syndicats de fermiers blancs s'alarment d'une recrudescence des attaques par des bandes de noirs racistes. Celles-ci auraient bondi de 25 % l'an passé. Depuis janvier, 126 agressions ont été recensées ayant entraîné la mort de 16 personnes. Des meurtres barbares souvent précédés de viols et d’abjects actes de torture. «Stop au génocide blanc», crient dans les manifestations les membres d'AfriForum, l'association la plus engagée dans la défense des intérêts des Afrikaners, dont les représentants ont rencontré l'an passé John Bolton, le conseiller américain à la Sécurité nationale.
Une campagne menée sur fond d’une absurde réforme agraire de style collectiviste ; notons  que les opposants à cette réforme rappellent les évictions violentes et les massacres de fermiers blancs ordonnées il y a près de vingt ans par le gouvernement communiste au Zimbabwe voisin. Elles avaient précipité la ruine totale de l’économie du pays qui ne s’en est toujours pas remis. En effet, la question de la redistribution foncière empoisonne toujours les relations entre le pouvoir et la minorité blanche. Un chiffre : 72 % des terres appartiennent aux Blancs qui représentent 9 % de la population. Résultat, les autorités envisagent d'amender la Constitution afin de supprimer les indemnités compensatrices lors des expropriations.
Certes, mais les statistiques montrent que les intéressés ont cinq à dix fois plus de risques de périr de mort violente que le reste de la population. En revanche, les raisons ne sont pas seulement ethniques. Dans bien des cas, les massacres s'accompagnent de pillages facilités par l'isolement des exploitations. Et la communauté noire n'y échappe pas. Sur les 84 tués dénombrés en 2017, 25 en font partie. Au lendemain de l'assassinat d'Annette Kennealy, la police a arrêté un suspect, âgé de 40 ans. Il s'agirait de l'un de ses anciens employés dont on ignore encore les motivations. Seule certitude : il n'a rien volé.

Gilles-William Goldnadel avocat et essayiste, décrypte l’actualité toutes les semaines, pour FigaroVox.

Il y soutient qu’en dépit d’un phénomène de réchauffement climatique de l’intolérance que j’appelle moi marxisme culturel, causé par une rencontre de vents d’ouest et d’est au-dessus de nos têtes, il convient plus que jamais de dire et nommer les choses.
Et que si l’on les dit sans gêne et sans haine, les intolérants (les haineux communistes ?) baissent d’un ton dans leurs imprécations.
Les exemples fourmillent dans tous les domaines de ce qu’on n’ose dire mais qui doit être dit.
Un article du Point.fr du 31 mai nous révèle la hausse brutale d’attaques mortelles contre la minorité blanche d’Afrique du Sud. Annette Kennealy a été retrouvée le 21 mai face contre terre dans une mare de sang, l’œil gauche et le front enfoncés. Près du corps un marteau et une barre de fer. «Le Point avait rencontré Annette. Parmi les fermiers blancs, elle suscitait le respect en raison de son acharnement à défendre leur cause. Divorcée, mère de deux filles, elle vivait entourée de ses chevaux et de ses cinq chiens. Elle sillonnait le Limpopo à bord de son pick-up pour réconforter les survivants des violences des campagnes sud-africaines». Depuis la fin de l’apartheid en 1994, plus de 3000 fermiers ont été assassinés. En raison de la couleur de leur peau. Des meurtres le plus souvent précédés d’actes de torture.
Est-ce tellement difficile d’écrire que ce gouvernement radical et démagogique du président Ramaphosa qui veut confisquer sans indemnités les biens des blancs trahit l’esprit de De Klerk et va faire de l’Afrique du Sud le Zimbabwe de Mugabe?
Pour un peu, on passerait pour raciste. Et pourtant il faut absolument le dire.

D’autant que chance pour nous Français, il existe une association OLRA (l’Organisation de Lutte contre le Racisme Antiblanc. Universaliste. Laïque et Apolitique).
Comme les autres formes de racisme, le Racisme Antiblanc peut se manifester au travers d'injures, de diffamations, de harcèlements, d'agressions (y compris de meurtres et de viols), de discriminations ou d'incitation et d'appel à la haine, à la violence ou à la discrimination. Aux États-Unis, il a notamment été exprimé par des groupes extrémistes de noirs, il y existe des suprémacistes noirs (black supremacists) prônant la supériorité de la «race noire». Il s'agit de groupes organisés comme les Black Muslims et Nation of Islam (Tiens comme c’est bizarre des musulmans). Nation of Islam fut notamment représenté par Malcom X puis par Khalid Abdul Muhammad qui tient des discours antiblancs et appelle au meurtre des Américains blancs. Au Zimbabwe, le président Robert Mugabe a mis en place une politique raciste visant à exproprier et chasser les Blancs. En Afrique du Sud, l'homme politique Julius Malema, qui avait repris dans ses meetings un chant incitant à tuer des fermiers blancs, a été reconnu coupable d'incitation à la haine raciale par la justice (Le chant en question est Dubula ibhunu («Tuez le Boer»), un chant raciste traditionnel de l'époque de l'ANC de Nelson Mandela aujourd’hui soutenu par la «mère de la nation» son ancienne femme, Winnie Madikizela-Mandela.

J'en terminerai par un extrait d'article de Gilles William Goldnadel du 01/10/2018: FIGAROVOX/TRIBUNE - Gilles-William Goldnadel, réagissant au clip raciste (Nick Conrad, d'origine camerounaise), incitant au meurtre des blancs (hé oui chez bous aussi ; ce sont les joies d’une immigration de «chances pour la France» bien réussie), s'en prend aux médias qui selon lui refusent de voir dans cet événement une inquiétante montée de la haine raciale. : «L'affaire du rappeur raciste et noir appelant en chantant à massacrer les enfants blancs jusque dans leurs crèches, m'a servi cette semaine sur un plateau des provisions, surabondantes jusqu'à m'étouffer, pour établir ma thèse. (…) Le fait que celui-ci, loin de plaider le délire hallucinatoire, légitimait ses propos par les thèses (Islamomarxistes et racistes) de Malcom X et le (prétendu) racisme blanc, ne lui posait problème. Un peu comme si je chantonnais une ritournelle, aidé de mon harmonica, proposant d'empoisonner les enfants d'aujourd'hui de Germanie, histoire de me revancher d'Hitler et de sa compagnie». 

Cher maître, c’est qu’elle existe cette chanson ; c’est le «Lambeth Walk» danse à la mode aux Etats-Unis et au Royaume-Uni à la fin des années 1930. La chanson Lambeth Walk, est issue de la comédie musicale Me and My Girl, faisait référence à une rue dans un quartier Cockney de Londres. Les danseurs faisaient de grandes enjambées d’avant en arrière, tout en ponctuant leur «marche» de high kicks (grands coups de pieds) et de gestes larges comme les troufions hitlériens. En 1940, un audacieux membre du ministère britannique de l’Information a créé ce film, «Lambeth Walk – Nazi Style» Charles A. Ridley a monté des extraits d’un film de propagande de 1934, Le triomphe de la volonté, réalisé par Leni Riefenstahl, afin de donner l’illusion que les soldats nazis et Hitler dansaient le «Lambeth Walk». La blague était d’autant plus drôle qu’un membre du Parti nazi avait publiquement dénoncé la danse en 1939, après que la mode avait pris à Berlin. Pour lui, il s'agissait d'«une bêtise juive et de sautillements bestiaux».


Michel Alain Labet de Bornay



Copyright 2019. Agence de Presse AIS (Trade Mark). Reproduction autorisée avec la mention: ©http://michelalainlabetdebornay.blogspot.fr/



dimanche 23 juin 2019

Islam Assassin !




Le 20 juin 2019 madame C. Tasin publie ici sur Riposte laïque un bel article intitulé : Autocollants «islam assassin» : elle est la pauvre femme condamnée à 8 000 euros, c’est très grave !
Madame Tasin n’en est pas à son coup d’essai puisque condamnée par le tribunal de Belfort et par un procureur marxiste culturel et un tantinet Islamomarxiste en première instance pour incitation à la haine raciale (sic ? L’Islam serait une race ?)  et injure (à qui ? Aux terroristes Islamiques ?)pour avoir affirmé très justement «L’Islam est une saloperie», a finalement obtenu sa relaxe :Le jeudi 18 décembre 2014, la Cour d’Appel de Besançon a relaxé Christine Tasin, poursuivie par le seul procureur de Belfort, Alexandre Chevrier, pour avoir, le 15 octobre 2013, devant des musulmans qui ne supportaient pas qu’elle vienne faire un reportage devant un abattoir rituel temporaire ou les malheureux moutons sont égorgés sans étourdissement préalable, dit que «L’islam est une saloperie». Le mot était faible ! L’islam outre la barbarie de l’abatage rituel est aussi coupable de mutilations sexuelles avec la circoncision !

Nonobstant la condamnation du 20 juin 2019 de madame C. Tasin était attendue, eu égard au procès surréaliste qui s’était déroulé en avril dernier, où les juges rouges et marxistes culturels, au lieu de parler de liberté d’expression, voulaient absolument convaincre madame Tasinque l’islam était comme le christianisme et le judaïsme…
Lire en cliquant ici et là pour rappel les articles concernant le procès.  

Personnellement je suis de l’avis de madame Tasin.
Mais ce qui m’inquiète le plus ce sont les deux parties civiles de ce faux procès en premier lieu la LICRA toute socialiste, celle dont parlait ce bien cher Eric Zemmour en disant : «L’antisémitisme le plus puissant n’est pas en 40, contrairement à ce qu’on croit aujourd’hui, celui de l’extrême-droite et de l’Action Française : le plus virulent dans les années 40 sous l’occupation c’est l’antisémitisme de la gauche pacifiste, de Laval et de tous les autres. (…) L’historien israélien Simon Epstein montre que la plupart des collabos viennent de la gauche pacifiste, socialiste, radicale, antiraciste : il note tous les discours qu’ils faisaient à la LICRA dans les années 20 contre l’antisémitisme et le racisme, et tous ceux-là sont passés à la collaboration !» 


Et puis n’en restons pas là, début 2016, un certain Mohamed Sifaoui un p’tit gars bien de chez nous, intègre le Bureau de la LICRA – qui ressemblait à un camp d’été colonial non-mixte et blanc. L’homme a à son actif un certain nombre de propos sexistes : il estime par exemple que Latifa Ibn Ziaten, qui venait de recevoir une récompense, a été « sortie de ses fourneaux », place naturelle des femmes pour le «polémiste». Il commente de façon graveleuse la tenue d’une femme portant voile et jupe. Il fait des blagues très fraiches sur les portugaises poilues, sous-entendant qu’une femme doit s’épiler pour satisfaire son regard de mec. Rien de cela n’a gêné la LICRA. Pourquoi en serait-il autrement quand on sait que le dévoiement de la laïcité que pratique cette organisation a notamment pour but de rendre respectable une pratique machiste des plus anciennes : imposer à une femme une tenue vestimentaire. Restons-en là pour la LICRA, cra-cra, de toute façon ite missa est !
Pour madame Tasin le résultat de ce procès, la condamnation et les indemnités somptuaires accordées aux parties civiles sont un règlement de compte (elle ne s’est pas laissée faire et leur faire croire que le mot «islam» signifierait «les musulmans», ça se paye) et l’application de la charia en France. Le retour du délit de blasphème. Le CCIF et l’OCI de jubiler…. Pour moi évidemment c’est autre chose je fais la constatation que si tous les musulmans ne sont pas terroristes, tous les terroristes sont musulmans… cherchez l’erreur ?

Le plus grave dans ce procès c’est l’association délétère de deux mouvements d’ultra gauche racistes anti blanc et islamomarxistes, marxistes culturels dont un en particulier le MRAP, distille de la haine des juifs. Depuis Mars 2012 , j’accuse les associations dites antiracistes de type LICRA, MRAP National, MRAP Pluriel, LDH,  SOS Racisme, d’avoir une responsabilité écrasante dans le drame antisémite de Toulouse  la fusillade qui s'est déroulée devant le collège-Lycée Ozar Hatorah ou quatre personnes ont été tuées, dont trois enfants. Par leurs imbéciles actions judiciaires incessantes depuis plusieurs années, elles ont favorisé le développement de l’islam, en France, en traînant devant les tribunaux quiconque – et j’en sais quelque chose – osait essayer d’alerter nos compatriotes sur la réalité de ce fascisme rouge et de cet islamo marxisme nauséabond. Certaines d’entre elles ont osé porter plainte contre Michel Houellebecq, liant leur voix à celle des islamistes qui demandaient l’interdiction de toute critique de l’islam bêtement  amalgamée à du racisme. D’autres, parfois les mêmes, ont osé défendre, à Vesoul, un imam antisémite, au nom d’une liberté d’expression qui m’a été refusée comme à Remi Moréno, Pierre Cassen, Christine Tasin, Pascal Ilout et combien d’autres ? Elles font régner un véritable terrorisme judiciaire dans notre pays, et donnent raison à Alain Finkielkraut, qui voyait dans l’antiracisme le communisme du 21e siècle.

Je vais vous dire encore une fois (déjà publié en 2010 ici et ce pour éviter les mauvais procès) ce que je pense de l’Islam, cette magnifique «religion» de paix, d’amour et de tolérance, qui lapide les femmes adultères (accessoirement pendent, égorgent les homosexuels)  et où les hommes pratiquent la polygamie et épousent des jeunes enfants de neuf ans. Comme c’est le nôtre de penser que ; coiffant les aspirations les plus viles, flattant les pulsions les plus archaïques, encourageant la paresse intellectuelle, l'intolérance, l’hypocrisie, la violence, prêchant un virilisme pathologique, justifiant les pires ignominies antiféministes et antisémites, l'islam n'est ni une sagesse, ni une civilisation, ni un mode de vie, c'est un fléau.
D’autre part, les chrétiens, les Juifs et les mécréants en général sont par le Coran déshumanisés et traités de souillures ; ils sont pires que les animaux. En plus de cette impureté intrinsèque, ils sont décrits comme remplis de mauvais sentiments envers Allah et les musulmans. En conséquence, le Coran interdit aux musulmans de les prendre pour amis sincères ou proches et leur ordonne de les détester. À ces incitations à la haine, s’ajoute l’incitation au meurtre et à la violence. Le Coran prescrit explicitement la violence contre les chrétiens et les Juifs, non pas parce qu’ils auraient commis une agression contre les musulmans, mais uniquement en raison de leur foi religieuse : c’est la définition même du racisme. Cette incitation à la haine et à la violence est contraire à la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.
Il serait vraiment temps que les juges de s’pays des doigts de l’homme dans le Centre d’Union Libéral (Le CUL) en prennent conscience .

Michel Alain Labet de Bornay



Copyright 2019. Agence de Presse AIS (Trade Mark). Reproduction autorisée avec la mention: ©http://michelalainlabetdebornay.blogspot.fr/