jeudi 7 décembre 2017

Un ami est tombé.





Ah que oui, notre ami Johnny Hallyday, emporté cette nuit par la maladie, était un vrai Français, un patriote ! C’est à Offenburg, en Allemagne, qu’à 22 ans il avait servi comme sergent du 43e régiment blindé d’infanterie de marine lors de son service militaire, en 1965.
Oui la France lui rend hommage et certains ne comprendrons pas pourquoi c’est le chant des partisans qui illustre cet hommage. Premièrement parce qu’il l’a chanté avec son cœur et ses tripes et deuxièmement parce que les cris sourds du pays qu’on enchaine il ne faut pas les oublier, les corbeaux noirs sont revenus ! Le patriotisme est un sentiment partagé d'appartenance à un même pays, la patrie, sentiment qui en renforce l'unité sur la base de valeurs communes. Il conduit à ressentir de l'amour et de la fierté pour sa patrie. Le patriote est prêt à se dévouer ou à se battre pour elle afin d'en défendre les intérêts. Le patriotisme est le sens moral qui pousse à combattre pour défendre son pays, plutôt qu'à céder aux attaques de l'ennemi. Le Chant des partisans lui, n’est que l'hymne de la Résistance Française durant une partie de l'occupation allemande, (de 1943 à1945) pendant la Seconde Guerre Mondiale. De 1939 à 1941 les communistes racistes, antisémites et homophobes Français, collaborateurs des nazis éructaient un autre chant des partisans (Cliquez ICI pour voir le chant des "partisans" des collectivistes criminels). L'idée et l'ébauche de la mélodie du Chant des Partisans sont de la chanteuse et compositrice Anna Marly qui le créa au début de l'année 1943. Joseph Kessel et son neveu, Maurice Druon, tous deux hommes de droite et tous deux futurs académiciens, en remanièrent les paroles.
Et des hommages vous en voulez des hommages ?
Jacques Guillemain de Riposte Laïque dira: La disparition de Johnny, c’est une page de l’histoire de France qui se tourne, cette France millénaire que nous aimons tant. Johnny, c’est nous, c’est le peuple français, c’est la France. Pendant 57 ans de carrière il a accompagné les jeunes et les moins jeunes dans leur vie quotidienne, avec sa voix unique et ses plus de 1000 chansons.
Marine Le Pen: Le taulier de la chanson française n’est plus. Un chanteur venu du peuple et que le peuple aimait. Hommage à Johnny Hallyday pour sa carrière. Une pensée pour sa femme et ses enfants, car si les Français perdent un monument de la chanson, ils perdent un mari et un père.
Et même le vieux Jean Marie Le Pen qui aura aussi une pensée pour monsieur d’Ormesson dira : D'Ormesson, Johnny : la grande égalité des hommes, qu’ils soient inconnus ou célèbres, c’est la mort. Adieu à ces vedettes nationales. Ils n’iront plus aux bois, les lauriers sont coupés.
L’église catholique organise deux veillées de prière qui auront lieu à la paroisse Saint-Roch, rue Saint-Honoré, dans le 1er arrondissement de Paris, ce jeudi soir 7 Décembre et dimanche soir, en hommage à l’artiste décédé dans la nuit de mardi à mercredi. Tous les fans du chanteur sont conviés à cet événement organisé par le père Luc Reydel, aumônier du spectacle, "pour Johnny, pour Laeticia et ses proches".
Et puis comme d’habitude  il y a ceux de gauche qui crachent dans la soupe, il y a la crapule d’ultra gauche, le marxiste culturel allah mord moi le nœud, le «camarade» stalinien et Pol Potiste Mechantcon (pardon je voulais dire Jean Cul (ah que zut, c’est Luc bien sûr) Mélenchon qui bavera en éructant : «Sur Johnny, qu'est-ce que vous voulez que je dise? [...] Je n'ai rien à dire ». C’est ça mon con ferme ta gueule ! «Johnny n'a pas besoin de moi pour être connu et aimé», a ajouté l’abruti marxiste stalinien.
Alexis Corbière autre soumis au marxisme le plus nidoreux avait tweeté (Tweet vite retiré) que «la triste mort de Johnny Halliday ne devait pas "faire oublier le nouveau mauvais coup" que préparerait l'exécutif sur le Smic». Décidément chez les gauchiottes Léninistes ça merde grave!
De son côté, la conne-seillère (madame LE conseiller) en communication du Méchant-con  Mélenchon, Sophia Chikirou, a férocement critiqué le traitement journalistique de la mort de l'artiste en évoquant «l'injonction de s'émouvoir plus en chœur». C’est vrai qu’il y a des gens qui ont plus de «cœur» que d’autres, peut-être parce qu’ils sont plus Français et depuis plus longtemps que d’autre ?


Michel Alain Labet de Bornay.
2017. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à nous envoyer ? Commenter l’article les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com

vendredi 24 novembre 2017

L'islam est une religion de bonheur et d'amour !




Un Socialiste sénile devenu délégué général de La République en marche, monsieur Christophe Castaner restera dans les annales de la dhimmitude pour avoir bavoché sur Tweeter : «la religion de l'islam, qui est une religion de bonheur, d'amour, comme la religion catholique»
Le jeudi 23 novembre 2017 un des plus beaux sites du monde dreuz.info s’interrogeait pour savoir si les socialistes ne seraient pas par hasard des gros cons ?
A mon humble avis c’est bien pire !
J'ai trouvé ici ce qu'est la socialisme : Extrait : Le Socialisme est une méthode d'enrichissement personnel employée par certains politiciens. C'est aussi devenu le second nom de Capitalisme. Autrefois, le socialisme défendait la cause des prolos karchérisés à coup de salaires minables et d'usines-prisons et globalement, de tous les sexploités. Ensuite il s'est divisé en Communisme, Anarchisme, Marxisme, Léninisme, Trotskysme, Kyste, Gérard-Lambertisme, Stalinisme, Alcoolisme, National-Socialisme, Maoïsme, Germanopratisme, Polpotisme, Hojdisme, Djudchisme, Titisme et Grominetisme, Castrisme, Guevarisme, Chiapasme, Chavisme, Pachamamaïsme, Gayisme, Queerisme, Ecologisme, Décroissantisme, Conseillisme, Mal-conseillisme, Distributiïsme, Spontanéisme, Oulipo, Dadaisme, Surréalisme, Blairisme, Hollandisme, Cannabiïsme, Cannibalisme, DSKrisme, Vallsisme, Prozac, Médiatisme, (aujourd’hui Macronistouilleux) Friquisme et Affairisme. Ouf !
Bon mais ça c’était pour rire un peu… mais en fait le Socialisme n’existe plus depuis longtemps en tant que tel, remplacé depuis l’après-guerre (la deuxième) par une véritable religion séculière le marxisme_culturel, de plus en plus souvent qualifié de «New World Order» (Nouvel Ordre Mondial désigné par l'acronyme NWO, ou NOM en français. Le gouvernement de son éminence et coprince d’Andorre Emmanuel Macron un marxiste culturel caricatural est ainsi un gouvernement de nomistes), dit aussi «la Caste» (s’applique plus à ses dirigeants) ou «le système» (j’ai entendu l’oligarchie, les témoins de Jéhovah (qui n’ont pas vu l’accident) l’appelle «le présent système de chose») ou encore le «politiquement correct», la «bienpensance», l’«hégémonie culturelle» (une invention de Gramsci) dit aussi «état providence» ou système «Big Brother», tous courants «postsocialistes» ou «post-marxistes», une notion allemande de l'avant-guerre qualifiait même le marxisme culturel de «bolchévisme culturel», j’allais oublier les appellations d’origine américaines, de «freudo-marxisme», «marxisme Occidental» et «néo-marxisme», au Québec cela se nomme «révolution tranquille». De plus le pseudo «philosophe» et «sociologue» français activiste d’ultragauche Jean-Pierre Le Goff parle pour qualifier le marxisme culturel ou le NOM de «gauchisme culturel», arguant que ce «gauchisme culturel» va se répandre dans les médias et toute la société, pénétrer une partie de la droite et se constituer en nouvelle culture hégémonique, CQFD.
Cette idéologie au départ marxiste-léniniste est devenue la règle idéologique en occident sous le nom de marxisme culturel. Le 17 décembre 2015 j'écrivais une réponse d'un commentaire de monsieur Straub un ancien marin et mien ami patriote sur fesse de bouc, Claude Straub disait: «C'est là que l'on remarque ce qu'est réellement la sphère politique qui nous mène en barque depuis plus de cinquante ans. Une mafia comprenant les politiques intégrés dans le système depuis des décennies, les PDG sortis de l'ENA (école où on vous apprend comment ruiner les travailleurs sans les perdre), les fonctionnaires politiques à tous les niveaux, tous les médias télévisuels et journalistiques rémunérés ou sanctionnés par l'Etat, toute la smala artistique haut de gamme, des metteurs en scène aux intermittents, enfin tous ceux qui profitent de ce système véreux et laxiste». Monsieur Straub est intuitif il voit bien que ce fameux «système» qu’il dit avec raison être maffieux marche sur la tête. Mais je ne suis pas sûr que même les dirigeants actuels soit vraiment pleinement conscients de leur état de déliquescence et de la situation. Cette «sphère politique» a un nom, cela s’appelle vous l’avez vu le marxisme culturel, c’est en terme classique politiquement correct de la pensée unique remarquablement théorisé par Antonio Gramsci un système qui comprend l’ensemble de l’organisation sociale, système devenu totalement marxiste culturel, ce système, ne comprend pas seulement «ceux qui profitent de ce système véreux et laxiste» mais l’ensemble des peuples de France, d’Europe et d’ailleurs dans le monde occidental car nous y sommes tous, vous, moi, Vincent, Fritz, Paolo, Alain, Robert, François, John, Manuel, Paul, Mohamed et les autres. Des victimes de l’impérialisme culturel qui «profitons» ou «pâtissons» tous de ce fameux système à plus ou moins hautes doses. Mais rions encore un peu avant de pleurer des larmes de sang.
Cette division délirante par scissiparité (mais oui m’sieur Castaner l'impératrice Sissi était pour la parité) peut maintenant servir le capitalisme comme autant de grelots au chapel vermeil d'un bouffon du roi. Il laisse derrière lui des traces dans la poussières et quelques étrons où s'ébattent les animalcules agitant leur pseudopodes révolutionnaires et socialistes, se disputant sur le goût de la merde capitaliste et des mille façons de ne pas en manger ou de s'en imprégner, pour ne pas dire s’en gaver, tout en vivant résolument dessus la plupart du temps. Il est pour le moins étonnant que si l'argent n'a pas d'odeur, le socialisme en a acquis une.
Il y a parmi eux les socialistes devenu aujourd’hui marxistes culturels et membre d’En Marche un brave garçon de qui une drôle d’odeur s’élève chaque fois qu’il ouvre la bouche et dont les liens avec une certaine Franc Maçonnerie irrégulière et profondément athée ne font guère de doute. Ce «people» marxiste culturel ce nomme Christophe Castaner et n’a jamais travaillé de sa vie, c’est un pur marxiste culturel, d’abord maire Socialiste de Forcalquier puis du 1er janvier 2003 au 12 avril 2014 : président PS de la communauté de communes du pays de Forcalquier et montagne de Lure.  Du 28 mars 2004 au 13 juillet 201220 : vice-président du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Du 20 juin 2012 au 21 juillet 2017 : député de la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Depuis le 17 mai 2017 : Secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement et depuis le 18 novembre 2017 monsieur Castaner est délégué général de La République en marche ! Comme je vous l’ai dit cet homme n’a jamais vécu que de l’argent de vos impôts !
Ce brave garçon a une spécificité, il aime l’Islam et c’est ainsi qu’en Septembre 2015, il tweet «Dialoguer avec l’islam c’est resté (la faute est dans le texte) fidèle à notre identité républicaine. L’islam est compatible avec la démocratie», écrit déjà tel quel monsieur Castaner ! C’est vrai que ce n’est pas parce que ce bon garçon est un marxiste culturel qu’il est cultivé. L’islam est bien compatible avec le socialisme ; ainsi le lien entre l'islam et le socialisme nationalisme ou nazisme est bien la haine des juifs. Nous verrons que l’Islam distille en permanence la haine des juifs et des chrétiens.
Oui pour monsieur Castaner, l’idéologie socialiste de haine qui l’anime est la même que celle de monsieur Hitler qui fit alliance avec l'Islam parce qu’il était Socialiste comme lui !
Comme lui monsieur Hitler était un socialiste hétérodoxe. Il considérait que l’erreur de ses prédécesseurs socialistes était d’ordre tactique, pas philosophique. Savez-vous qu’en 1927 Adolf Hitler déclarera : «Nous sommes socialistes, nous sommes les ennemis du système capitaliste actuel, exploiteur de la faiblesse économique, avec ses salaires injustes, avec son évaluation injuste de la personne humaine en fonction de sa richesse et de son capital plutôt que par sa responsabilité et sa performance, et nous sommes déterminés à détruire ce système par tous les moyens». Il fallait donc, bien sûr pour les socialistes dans les autres pays, rejeter le nazisme «à l’extrême-droite», alors que ce sont deux idéologies socialistes de gauche, également proches du fascisme créé par le socialiste Benito Mussolini. Pour ceux qui ne parlent pas allemand, le mot nazi se traduit par «socialisme national», et non par «national-socialisme», l’adjectif précédent le nom commun dans cette langue (NSDAP = National Sozialistische Deutsche Arbeiter Partei = parti socialiste national des travailleurs allemands). A titre de comparaison : «Une femme socialiste» se traduit par: «Eine sozialistische Frau» ; «Une fleur colorée et merveilleuse» se traduit par «Eine wunderbare und bunte Blume» la voiture du peuple se traduit par «Eine Volkswagen» et on ne dit pas la peuple voiture SVP !  Bon d’accord, on a beau être un marxiste culturel issu du socialisme on n’en est pas forcément cultivé pour autant. D’autant que ça continue pour ce pauvre monsieur Castaner, j’ai encore des arguments ; savez-vous que le socialisme national d’Hitler était le même que le socialisme internationaliste de Lénine et Trotsky. La différence, comme son nom l’indique, était qu’Hitler voulait construire un socialisme national, à la différence des soviétiques qui souhaitaient, eux, exporter le socialisme. D’un côté, le socialisme internationaliste des soviétiques. De l’autre, le socialisme nationaliste des nazis.
C’est lui aussi notre «ami» du peuple Christophe Castaner qui fait le guignol avec une écharpe du PSG lors d’un meeting d’Emmanuel Macron à Marseille avant le premier tour de l’élection présidentielle, Christophe Castaner a fait le tour des réseaux sociaux en faisant sauter la salle sur un traditionnel «Qui ne saute pas n’est pas Marseillais», avec cette fois une écharpe de l’OM autour du cou. Quelques minutes plus tôt, il était monté sur l’estrade avec la fameuse écharpe du PSG pour titiller le public. «Quand vous êtes chauffeur de salle, vous êtes là pour mettre l’ambiance, s’amuse-t-il. A Toulon, j’ai fait le Pilou-Pilou, pour après faire un discours sérieux. Il ne pas faut pas sacraliser la fonction d’élu. On va pas être crispé du trou du cul !». Ben voilà pour l’odeur ; pas besoin de s’interroger, les décrispés de l’anus finissent toujours par foutre la merde !
Mais alors là aujourd’hui, monsieur le délégué général du gérontophile de La République en marche Christophe Castaner qui et c’est lui qui le dit ne «va pas être crispé du trou du cul» fait très très fort avec un Tweet qui ressemble fort à une diarrhée verbale:
«Certains, au nom de l'islam, ont des comportements qui ne sont pas acceptables. Cela n'a rien à voir avec ce qu'est la religion de l'islam, qui est une religion de bonheur, d'amour, comme la religion catholique» @CCastaner #BourdinDirect

L'Islam est une saloperie

Ben non m’sieur Castaner, l’Islam ce n’est pas la RATP, la Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix, mais une SALOPERIE ! (NB :Pour éviter toute polémique sachez chers amis que le jeudi 18 décembre 2014 (juste 4 ans après les Assises Internationales contre l’Islamisation de nos pays), la Cour d’Appel de Besançon a relaxée madame C. Tasin, poursuivie par le procureur de Belfort, Alexandre Chevrier, pour avoir, le 15 octobre 2013, devant des musulmans qui ne supportaient pas qu’elle vienne faire un reportage devant un abattoir temporaire, dit que «L’islam est une saloperie»).
De plus cette pseudo «religion» et une religion de haine antisémite et antichrétienne vous en voulez la preuve ?
D’accord allons y :
Au cours d’une réunion avec un prélat catholique français, on lui pose la question suivante :
Quels sont vos rapports avec la communauté musulmane de votre diocèse ?
Il répond immédiatement :
Oh ! J’ai de bonnes relations avec ses imams et ses notables que je rencontre souvent. Ils m’invitent parfois à partager leur repas. J’apprécie beaucoup leur piété. Ils prient toujours avant de commencer le repas. C’est un bon signe de respect et de convivialité !
On lui demande alors :
– Monseigneur ! Prient-ils en français ?
– Non, en arabe, c’est leur langue liturgique.
– Avez-vous compris le contenu de leur prière?
– Non, mais je suppose qu’elle est, comme toute prière, un louange au Seigneur, notre Dieu commun.
– Ayez le courage, la prochaine fois, de leur demander la traduction de cette prière ! Lui a-t-on recommandé.
Les non-musulmans, et tous ceux qui ne comprennent pas l’arabe, doivent s’interroger sur le contenu des prières que les musulmans récitent en cette langue, afin de savoir s’il s’agit en réalité de prières purement religieuses ou d’imprécations à connotation antisémite, antichrétienne et haineuse.
Il est temps que le contenu de cette prière que tout musulman récite au moins sept fois au moins par jour en arabe, soit dévoilé. Il s’agit d’«al-fatiha» ou l’ouverture, première sourate du Coran.
Dans cette pseudo-prière, le musulman supplie son dieu à lui le dit Allah, qualifié de clément, de miséricordieux : «Guide-nous dans la voie droite, celle de ceux que tu as comblés de bienfaits, non celle de ceux qui ont encouru ta colère ni celle de ceux qui se sont égarés».
La périphrase, «ceux qui ont encouru ta colère», est tirée de la sourate 2, verset 61, qui dit :
«Ils (les Juifs) furent frappés d’humiliation et d’indigence. Ils ont encouru la colère d’Allah pour n’avoir pas voulu croire à ses signes et pour avoir tué injustement ses prophètes. Telles furent les suites de leur transgression et de leur désobéissance».
Et la deuxième périphrase, «Ceux qui se sont égarés», est tirée de la sourate 4, verset 44, qui dit :
«Ne vois-tu pas comment ceux (les chrétiens) qui ont reçu une partie des Écritures, se sont égarés et souhaitent que vous vous égariez à votre tour de la bonne voie». C’est l’unique supplication que les musulmans demandent à leur Dieu perso Allah dans leur prière. Ils lui demandent donc de les garder loin du chemin des Juifs et de celui des Chrétiens. Toute prière devait, en effet, être une pétition respectueuse adressée à Dieu sous forme de louange, de remerciement ou de supplication. Rien ne réchauffe le cœur que lorsque quelqu’un vous dit : «Nous prions pour vous». Les prières judéo-chrétiennes ne sont que des expressions spontanées qui émanent du cœur de celui qui les prononce.
Je me dois de rappeler ici un fait d'évidence, les auteurs d'attentats sont, sauf très très rares exceptions, tous musulmans. Beaucoup se proclament combattants de la foi et au service du fameux Allah. De par leurs convictions «religieuses», les musulmans jeunes ou moins jeunes, qu'ils proviennent d'un milieu familial traditionaliste ou qu'ils soient récemment convertis, ne font rien pour résister aux appels au djihad. Au contraire, ils y voient la meilleure façon de mettre en pratique leur fameuse «religion». Ceci les rend particulièrement dangereux pour les sociétés occidentales. A supposer que des réformes politiques puisse y supprimer les facteurs de prétendues  «inégalités» facteurs de révolte, il ne sera jamais possible d'éradiquer les convictions «religieuses» qui animent les candidats terroristes, fussent-elles un facteur de guerre civile ininterrompue (D’autant que l’on sait depuis le 28 juin 2015 que le nombre de personnes atteintes de délire djihadiste est exponentiel ! La population concernée est de plus en plus jeune, plus diverse et aussi plus imprévisible, avec des individus au QI de mouche à merde qui sont à la limite de la psychopathie... mais qui auraient été dangereuses dans tous les cas, avec ou sans djihad. Ceux qui partent faire le jihad agissent ainsi à 90 % pour des motifs personnels : pour en découdre, pour l’aventure, pour se venger, parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans la société… Et à 10 % seulement pour des convictions religieuses : l’islam (dit) radical. La religion n’est pas le moteur de ce mouvement et c’est ce qui en fait sa force. Dixit monsieur le juge Marc Trévidic. L'histoire a montré que plus on veut combattre les fanatismes religieux, plus ils prolifèrent. Mais les socialistes fabriquent une histoire qui les sert pour mieux faire de nous des esclaves soumis !



Note 9 ? Une perle de l’ethnographie politique ! On peut bien sûr ne pas être d'accord avec cet auteur mais il a le mérite de ne pas faire de langue de bois. Chaque biographie qu’il nous donne est étudiée à travers l’histoire... évidemment lourde de sens pour la compréhension du positionnement marxiste culturel des hommes politiques d’aujourd’hui. Note 9 le livre qui déchire à donf !
Michel Alain Labet de Bornay.



2017. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à nous envoyer ? Commenter l’article les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com