lundi 29 octobre 2012

Halal : Un mot arabe, des maux français pour les animaux !




La lettre a toujours été pour moi la solution légale, non-violente et la meilleure pour faire avancer le Schmimili, le chimili, enfin le schmilblique résistant et patriote.

Copier la lettre suivante et l’envoyer à :


Leader Price
DLP Service Consommateurs
Route de Presles - 77220 GRETS ARMAINVILLIERS
Toutes les grandes et moyenne surfaces de « France » ont un rayon « Hallal » vous pouvez donc choisir et cibler votre action résistante à l’invasion islamique.
Photo Hallal Boycott

La lettre
Messieurs,
J’ai remarqué, que dans de nombreux de vos magasins, le rayon boucherie, s’orne d’un panonceau « Halal », transcription phonétique en caractères latins de l’adjectif invariable dans la langue étrangère arabe « hallal », avec deux «  L » SVP car la langue des sarrasins ne se parle pas, mais s’éructe et qui serait , dans la « religion » mahométane, la  viande que l'on peut manger, car elle proviens d'un animal tué selon les rites islamiques. En fait, l’animal est égorgé vivant tourné vers La Mecque, au nom du « dieu » de cette secte et meurt dans d’atroces souffrances. Les seuls animaux morts  « hallal » c'est-à-dire qu’il serait licite à un barbaresque mahométan d’en manger non égorgés, sont le poisson et le criquet (pourquoi le criquet ? Leur « dieu »@llah con, seul le sait et de toute façon vous ne vendez pas encore de criquets morts !)
Hors ; la loi du 4 août 1994 dite Loi Toubon précise:
« La loi reprend les dispositions de la loi du 31 décembre 1975, en prévoyant pour la désignation, la présentation et la publicité des biens, produits ou services, l'emploi obligatoire de la langue française. Une ou plusieurs traductions en langues étrangères sont toujours possibles, mais dans ce cas, la présentation en français doit être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère. (…)
En conséquence, je vous demande de vous mettre en conformité avec cette loi et d’adjoindre un panonceau donnant la traduction en Français du mot hallal ;
Vous devrez donc préciser :  Viande que les mahométans (Musulmans, Islamistes, mahométistes et autres pratiquants la soumission à l’Islam etc. etc.), peuvent manger, car elle provient d'un animal tué selon les rites de cette « religion ».
Comme vous la savez certainement, l'islam n’est pas une religion au sens que nous donnons, nous occidentaux, à ce mot mais une idéologie qui contredit les « valeurs » républicaines, l’islam est un principe de vie politique, un système culturel lié aux contingences de l’organisation sociale. Organisation qui concerne autant l’alimentation, l’hygiène ou l’économie.
La notion de hallal émane du droit et de la jurisprudence mahométane et signifie « licite ». Dans ce système normatif, la notion de « licéité » joue un rôle central. Ainsi les concepts de licite (halal) et d’illicite (haram) s’appliquent à différents actes, activités et comportements selon des niveaux de permission et d’interdiction. La distinction entre licite et illicite, hallal et haram, s’applique à l’ensemble des domaines de la vie d’un mahométan.
Si vous voulez poursuivre dans la voie de l’islamisation de vos magasins, je vous suggère d’apposer des avertissements à l’attention de votre clientèle maure et sarrasine en tous cas mahométiste, précisant bien aussi les produits haram (N’oubliez pas d’en donner la traduction en Français) tout particulièrement en ce qui concerne les rayons de viande de porc et d’alcool.
De plus une des règles fondamentales est d’éviter toute contamination  entre la viande abattue selon le rite islamique et la viande ordinaire, hors je remarque que la  souillure (viande de porc) « haram » côtoie la viande « hallal ».
Bien sur, je me charge de prévenir la mosquée la plus proche pour les avertir de l’ouverture d’une boucherie islamique dans notre quartier, le « Halal » étant une source de financement de l’islam de France. Le prélèvement de la  taxe islamique sur les abattoirs doit aussi ce faire sur les boucheries halal, ce qui nous évitera, à nous autres, citoyen Français, de financer leurs lieux de réunion (Mosquée) avec de l’argent public.
Il serait fâcheux que pour ne pas s'être penché suffisamment à temps sur ce problème, la France soit obligée, pour des raisons de cultures, traditions, religions et autres, de se voir imposé chez elle, des coutumes barbares comme l'abattage des chiens et des chats de plusieurs pays d'Asie. Au nom des coutumes, traditions et religions, devrons-nous tolérer de retrouver sur les tablettes de nos supermarchés, de la viande de chats et de chiens ?
 Pourtant, le jour n'est peut-être pas loin, où nous verrons des asiatiques abattre et manger nos animaux de compagnie sous prétexte que cela fait partie de leur culture et de leurs traditions
Des millions de bovins, moutons, d'ovins et de volailles sont chaque jour abattus de façon délibérément cruelle dans les «  abattoirs » pour observer des rites « religieux » barbares antédiluviens. Que ce soit particulièrement pour la viande dite , « halal » transcription phonétique d’une locution en langue étrangère, en l’occurrence, l’arabe , que nous traduirons en Français par : «  licite pour un pratiquant du rite de la religion ou secte mahométane », les membres de cette secte préhistorique « soumis ou islamisés, c’est la même chose » ne consommant que de la viande d’animaux tués selon le rite très cruel des barbaresques mahométans, de même pour la viande casher ( animaux tués selon la « sauvage tradition » d’un autre peuple de bédouins archaïques), les atroces souffrances endurées lors de l'égorgement de ces animaux sont inacceptables au début du XXI e siècle. L'existence de rapports vétérinaires stipulent que la souffrance de l'animal lors de l'égorgement est bien réelle, sans insensibilisation préalable les animaux mettent de six minutes à huit minutes avant que leur coeur ne s'arrête de battre, il faut qu’il meure après que le sacrificateur lui ai coupé la gorge au dessus du larynx, en tranchant en même temps l’oesophage et la jugulaire, et en prononçant la formule « au nom de @llah, @llah est le plus grand ». Comme quoi la mort n'est pas immédiate.
 Les animaux sont presque toujours conscients au moment du dépouillement. Ces pratiques pourraient être évitées si la concertation entre les associations de protection animale, les autorités « religieuses » et les ministères chargés de ces dossiers aboutissait à la légalisation de l'anesthésie des animaux de consommation avant tout abattage rituel et surtout le refus de commercialisation dans la grande distribution de cette viande dont il est scientifiquement prouvé qu’elle est dangereuse pour la santé car 60 à 80% des OGM pénètrent à notre insu dans la chaîne alimentaire hallal via l'alimentation des animaux d'élevage destinée à cette pratique atroce.
 Il est aussi connu qu’en France, 90% de la viande sous appellation halal ne l’est pas, en ce sens le consommateur mahométant de cette marchandise est trompé dans 90% de ces achats, de plus il est aussi vérifié que cette viande est de très mauvaise qualité, en fait elle est l'équivalent de celle qui sert à préparer les aliments pour animaux. Madame Brigitte Bardot a récemment déclaré à propos de l'abattage rituel mahométiste: «Nous ne sommes plus au Moyen-Âge (...) ces pratiques sont indignes d'un pays catholique».
Veuillez agréer, messieurs, mes salutations distinguées.

 Copyright 2012. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). (Trade Mark).
Secrétariat technique de l’Association de défense des identités Françaises.
Tous droits réservés. 
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Des sous à nous envoyer ? Écrivez à : frenchlibertarian@gmail.com




1 commentaire:

  1. Quand je lis que les lieux de culte Musulman sont non financés par l'état, et le sont du coup par une taxe sur l'abattage des animaux, ça me fout hors de moi. Je suis français, et de souche, et je ne vois pas pourquoi je n'aurais pas le droit de choisir la religion que je souhaite, même si c'est l'Islam. Mr Michel Alain Labet de Bornay, vous me refusez donc le droit à pratiquer la religion que je souhaite sous prétexte que celle ci soit originaire d'une culture différente. Que faites vous de la laicité, principe fondamental de la république française et des droits de l'homme??..Et quant à Bardot, elle me gonfle sérieusement lorsqu'elle ose dire que nous sommes un pays catholique. Non nous sommes une république laique, où religion et pouvoir sont séparés depuis un siècle. Ne retournons pas au moyen âge, ce que vous proposez vous aussi.

    RépondreSupprimer