dimanche 18 novembre 2012

L’organe du PCF le Travailleur Catalan doit fermer.




Le Travailleur Catalan. Cet hebdo organe du PCF est édité par la Fédération des Pyrénées-Orientales du Parti Communiste Français. L’administration est à la Maison communiste 44 av. de Prades à  Perpignan.
Depuis fin 2010 l’organe marxiste stalinien nauséabond que Sébastien Pouilly son rédacteur en chef dit aujourd’hui affronter les pires difficultés financières de son histoire, fait état d'une situation de "péril". Le titre étant "menacé de disparition", après avoir bénéficié ces dernières années d'un sauvetage, à travers une campagne d'abonnements solidaires, et la création pour 4000 Euros d'une "Association des amis du Travailleur Catalan". La seule volonté des militants communistes et autres idiots utiles semble ne pas avoir suffi, pas plus qu'une ouverture éditoriale vers les loisirs, le plus souvent à connotation marxiste culturelle, ou encore la création d'une version Internet et d'un relais d'informations instauré sur le réseau Facebook.

Mais les communistes jamais à cours de ressources occultes décident de renflouer le Travailleur Catalan avec l’argent du contribuable comme d’habitude. Le communisme incapable de produire quelques richesses que ce soit, en est réduit au vol, toujours le vol de l’argent des autres. D’ailleurs le communisme ne peut se concevoir qu’au travers d’une économie capitaliste performante.
Comment faire ? Facile ! 
Monsieur Nicolas Garcia 52 ans, secrétaire départemental du Parti communiste français (PCF66) qui est « rédacteur de presse » au Travailleur Catalan est rétribué 1640 € par mois, il est aussi maire de la ville d’ Elne et touche 2091 Euros d’indemnités mensuelles. Soit un « petit » salaire de 3751 Euros par mois plus de deux briques anciennes ! Sans oublier les frais en plus ! Pas mal pour un camarade !
La mairie d'Elne aurait donné une subvention de 4000 € à l’association "les amis du TC" pour le sauver de la faillite. L’idéologie marxiste léniniste ne faisant plus recette en ce pays des droits de l’homme et l’argent de Moscou étant tari.

La mairie d'Elne devient ainsi une sorte d'usine à gaz pour alimenter le PCF et/ou le TC.
Mairie qui décide de confier l’exécution de son bulletin municipal de 2009 au Travailleur Catalan organe du PCF. L’hebdo le travailleur Catalan a un gérant, monsieur Remy Cathala cadre territorial, directeur général des services de la ville d’Elne qui dit être gérant « bénévole » du TC. L’épouse de monsieur Cathala madame Raymonde Pumareda est aussi appointée par le Travailleur Catalan, elle est aussi une élue de la ville d’Elne.

Dans les faits, la mairie argue qu’elle aurait signé un contrat en 2009 avec la régie publicitaire du Travailleur Catalan, Inter Perpignan Publicité société dissoute en 2007 qui était dirigée par jean Vila, maire communiste de Cabestany.

Jean Vila a présenté les candidatures de Marie George Buffet et Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles de 2007 et 2012.
Il s'est engagé publiquement en faveur du mariage des personnes du même sexe, organisant une « cérémonie » dans « sa » mairie en novembre 2011
Jean Vila l’ex député communiste est encore conseiller général. Cet ancien ajusteur outilleur chez Poupées Bella à Perpignan de 1958 à 1964 était devenu par la grâce du parti communiste le camarade directeur d’Inter Perpignan Publicité.

Pourquoi utiliser le nom de Inter Perpignan Publicité alors que c’est le Travailleur Catalan qui démarche les «  clients » ? « Pour cacher, aux habitants que c’est le Parti Communiste qui ramasse les sous »" avoue un employé de la Mairie d’Elne.
En 2009 des commerçants d’Elne se plaignaient alors d’avoir été très fortement incités à acheter un espace publicitaire dans le bulletin municipal. Démarchés par un commercial qui leur mettait sous le nez une lettre du maire. Ils avaient l’impression de ne pas avoir le choix. Le bulletin municipal en question comportait 86 emplacements publicitaires. Espace publicitaire dont le volume global dépasse celui consacré au rédactionnel. L’ours du journal (l’espace où se trouvent toutes les mentions légales) indiquait que la régie publicitaire avait été confiée à Inter Perpignan Publicité. Mais les factures étaient émises par le Travailleur Catalan.

Le démarcheur publicitaire Richard Siméon, payé par le Travailleur Catalan avait en s’appuyant sur les tarifs facturés selon la taille des espaces publicitaires réalisé un chiffre d’affaires très capitaliste de 25 000 Euros pour le seul numéro d’Elne Citoyenne de Mars 2009.
De plus Nicolas Garcia maire communiste d’Elne qui était mis en examen et inculpé pour ces trois affaires était accusé d’infraction à la procédure des marchés public en l’occurrence favoritisme en faveur de l'imprimerie la SARL Salvador pour des sommes de plus de 25 000€ par an (bulletins municipaux de propagande marxiste, papiers de la mairie, etc. etc.).L’imprimerie Salvador est l’imprimeur du Travailleur Catalan, organe du PCF.

Nicolas Garcia est un récidiviste. Il avait comparu devant le Tribunal Correctionnel en Décembre 2008 dans l’affaire du lotissement du Coeur des Trilles et avait déjà été condamné pour prise illégale d’intérêts.
Le 18 septembre dernier Salah HAMOURI et Jean Claude LEFORT avaient été reçu par le camarade Garcia à Elne, salle Vautier, espace Gavroche pour une remise de la médaille de la ville en présence de la « presse » en l’occurrence le Travailleur Catalan.

Encore une fois c’est l’argent des contribuables qui paye la médaille d’un terroriste antisémite Palestinien du FPLP, le très marxiste Salah Hamouri qui a effectué 7 ans de prison en Israël pour tentative d’assassinat sur un rabbin.

A l’heure où j’écris ces lignes, sans parler de « condamnation attendue » chère aux militants marxistes, je ne peux que me réjouir qu’enfin un maire communiste soit condamné à rendre l’argent détourné pour subventionner le PCF, vaste entreprise criminelle de déstabilisation des valeurs de la république !

Nicolas Garcia, maire d’Elne et secrétaire départemental du Parti communiste français (PCF66), Membre du Conseil National du PCF a été condamné le 8 11 2012 à trois mois de prison avec sursis, 8 000 euros d’amende ainsi qu’à 1 000 euros de dommages et intérêts à verser à l’association « Ensemble Pour Elne ». La peine requise d’1 an d’inéligibilité n’a pas été retenue.
Ce jugement est  une sanction pénale donnée à une équipe municipale communiste prévaricatrice qui, placée sous la tutelle du Maire, ne respecte ni les règles de droit en vigueur et encore moins la démocratie.

Le tribunal correctionnel de Perpignan a reconnu le maire d’Elne « coupable de prise illégale d’intérêts dans l’affaire des bulletins municipaux réalisés par l’hebdomadaire Le Travailleur Catalan »
A Cabestany, le bulletin municipal ne comporte pas de publicité, mais il est publié une fois par an une Édition Spéciale du Bulletin Municipal qui regorge de publicité. 96 espaces publicitaires dans le numéro de juin 2008. Les tarifs sont à peu de chose près les mêmes que ceux d’Elne. Et ils sont élevés pour une publication qui tire à 4500 exemplaires : 950 euros la page, 550 la demi page… Même réaction des commerçants qui pour beaucoup se sentent obligés. Au regard des tarifs de publicité, les 20 000 euros de recette semblent dépassés. C’est là encore une opération sur laquelle le Parti Communiste fait un bénéfice capitaliste substantiel. N’est ce pas d’ailleurs le but de l’opération ?

Informée de ce qui se passait à Elne, Colette A., élue de l’opposition à Cabestany, a écrit au maire jean Vila pour lui demander le contrat passé entre la ville de Cabestany et la régie publicitaire du T.Catalan . Inter Perpignan Publicité ? C’est le nom qui apparaît dans l’ours du bulletin municipal. C’est le subterfuge employé pour cacher au lecteur que la régie publicitaire est assurée par le Travailleur Catalan. Il faudra près d’un mois et demi et deux courriers, plus un à la CADA avant que madame A. ne reçoive la copie du contrat de régie publicitaire entre la mairie de Cabestany et Inter Perpignan Publicité Le Travailleur Catalan. Pourquoi retrouve t’on le nom d’Inter Perpignan Publicité sur ce contrat signé en 2008 ?  Ayant été Directeur de cette société dont il détenait 20% des parts, le maire de Cabestany ne peut pas ignorer qu’elle a été dissoute en 2007. Dans l’explication donnée au Conseil Municipal d’Elne, Nicolas Garcia dit qu’Inter Perpignan Publicité a été reprise par le Travailleur Catalan mais que ce dernier utilise ce nom plus connu de la clientèle. Vérification faite dans les statuts de la SARL éditrice du Travailleur Catalan, mis à jour en 2008, il n’y est pas question d’un quelconque usage de ce nom qui n’apparaît d’ailleurs pas. Mensonge, falsification, occultation diversion et vol toutes méthodes communistes si il en est !

A Cabestany, la signature de ce contrat aurait du être portée à la connaissance des conseillers municipaux dans le cadre de la communication des actes signés par le maire entre deux conseils municipaux. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ? Si les élus de l’opposition étaient informés des problèmes soulevés à Elne par la collecte de la publicité au profit du Parti Communiste, Jean Vila ne l’était sans aucun doute pas moins. Y a-t-il eu une régularisation à posteriori ? Il est assez évident qu’en utilisant le nom d’Inter Perpignan Publicité dans le bulletin municipal d’ Elne et celui de T.Catalan dans celui de Cabestany, on cherche à dissimuler le rôle joué par une structure du P.C. pour financer l’activité de celui-ci. Comme dans le bulletin d’Elne, on trouve des annonceurs qui sont des fournisseurs de la mairie. Pour être démarchées, il a fallu qu’une liste de ces entreprises soit fournie au commercial du parti communiste. Les réactions des élus de l’opposition des deux communes ont commencé à porter leur fruit. A Cabestany, le numéro spécial annuel du bulletin municipal n’est pas sorti en 2009 et à Elne le dernier bulletin municipal est sorti sans publicité.

A la rédaction du Travailleur Catalan il y a plusieurs délinquants de droit commun, ainsi monsieur Philippe Galano ancien DSC CGT des Autoroutes du Sud de la France (ASF) licencié en 2003 est condamné en 2010 par la cour d'appel de Montpellier pour « séquestration » à 3 mois de prison avec sursis et 20 000 € d’amende.
Les lois de sécurité intérieure de la république lui imposaient de se soumettre à un prélèvement d’ADN.
Le camarade Galano avait décider de s’asseoir sur les lois de la république comme bon communiste et syndicaliste CGT bien décidé de ne pas se soumettre à ce prélèvement que ce marxiste jugeait dégradant, dangereux pour la démocratie, stigmatisant les militants syndicaux comme des criminels en puissance.
Malheureusement c’est bien ce qu’ils sont ! En plus d’être des récidivistes de la haine raciste.
Le 6 avril 2011, le tribunal correctionnel de PERPIGNAN a rendu son délibéré dans le dossier du refus de prélèvement d’ADN.

Le tribunal a prononcé une peine minimum de 150€ d’amende avec sursis, sans inscription au casier judiciaire et sans révocation du sursis antérieur.
Cette peine symbolique, contrainte par l’actuel cadre législatif, fera jurisprudence concernant une loi qui, pour l’instant, ne prévoit pas d’exceptions pour les marxistes délinquants de droit commun.
Le travailleur Catalan l’hebdomadaire du crime organisé fait un chiffre d’affaires annuel de près de 300 000 euros. Pas mal pour un hebdomadaire communiste dont la diffusion est confidentielle. Quelques centaines d’exemplaires vendus en kiosque et 1500 abonnés. Une diffusion qui ne répondrait pas aux critères pour être habilité à recevoir les annonces légales. Un journal doit garantir une diffusion et une distribution chiffrées selon des critères fixés par la préfecture. L’objectif étant que l’information légale soit portée à la connaissance d’un grand nombre de personnes. Plus des deux tiers des recettes du Travailleur Catalan dont d’origine publicitaire. Avec deux annonceurs, le Conseil Général et le Conseil Régional qui pèsent très lourd dans les comptes. Le volume d’achat d’espace est trop considérable pour ne pas avoir un caractère politique. C’est du financement du parti communiste déguisé. 

Dans des pays affamés par le communisme comme en Corée du Nord, les magasins spéciaux permettent aux chefs de faire bombance. C'est l'aspect mafieux.
Depuis la chute apparente du communisme et la disparition des énormes subventions du système soviétique, les camarades chefs du PCF ont été obligés pour maintenir leur « niveau de vie » de cadres de la nomenklatura de ce livrer au pillage de l’argent public, par là même, de celui du contribuable. D’une certaine façon c’est le système mafieux marxiste qui continue.
J’ai été voir leur site raciste du Travailleur Catalan relais de la propagande marxiste antisémite dite BDS là ou le français de confession Israélite est injurié, insulté, traité de « colon » « d’assassin d’enfant palestiniens» « d’étranger », etc. etc.
Lors d'une des dernières conférences de l'OSCE Michel Barnier allait très loin dans l'appel à la punition de ces gens là :"Nous sommes ici pour combattre les déclarations qui, proférées et parfois répétées, peuvent conduire au crime. (...) Ce qui est en cause n'est pas pour nous la liberté d'expression mais l'appel, l'incitation à des actes. Quand l'insulte mène au crime, elle change de nature; elle devient un véritable acte de préméditation intellectuelle."
Les marxistes inculpés d’incitation à la haine raciale antisémite sont coupables de crime avec préméditation !
Un autre des membres de la rédaction du Travailleur Catalan est monsieur Jean Jacques Cadéac président du MRAP 66 et chargé de communication du « Collectif » 66 Paix et Justice en Palestine.
Comme en Alsace ou Madame Aline Parmentier du PCF est inculpée d’incitation à la haine raciale antisémite trois « militants » islamo marxistes du Collectif 66 de la haine Paix et Justice (sic) en Palestine, que leurs « camarades » disent « paci­fistes et anti­ra­cistes de toutes les causes huma­ni­taires, trois mili­tants des droits de l’homme » Ces gens sont connus sous le nom de 3 de Perpignan et prévenus d’incitation à la haine raciale antisémite, Yamina Tadjeur, Jeanne Rousseau et Bernard Cholet, comparaîtrons en correctionnelle en Novembre 2012 . (Le 7 juin 2012, le tribunal de Perpignan n’avait pas retenu la QPC (Question prioritaire de Constitutionnalité) dilatoire qui avait été déposée par l’inénarrable Maître Antoine Conte) pour avoir à Perpignan dans le département des P/O le 15 mai 2010 depuis temps non prescrit pour :

Des discours proférés dans un lieu public en l’espèce en interpellant les clients du magasin Carrefour en leur demandant de ne pas acheter des produits en provenance d’Israël.

Des écrits distribués ou exposés dans un lieu public en l’espèce en distribuant aux clients du magasin Carrefour ou en exposant dans ce magasin des tracts à l’entête de BDS appelant au BOYCOTT des produits en provenance d’Israël.

Des affiches exposées au regard du public en l’espèce en exposant des affiches dans le magasin Carrefour mentionnant notamment « BOYCOTT APARTHEID ISRAEL » et « refusez d’acheter des produits israéliens…refusez le code qui commence par XXX… ».
Les affiches étaient imprimées par l’imprimerie Salvador de Elne aux frais du Travailleur Catalan avec de l’argent volé au contribuable des Pyrénées Orientale. Mais c’est un scandale comme aurait dit Georges Marchais

Ces gens là, des marxistes, des communistes, avaient Provoqué à la discrimination à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée faits prévus et réprimés par les articles 23, 24 alinéa 8, alinéa 11 et 1 article 42, article 43 de la loi du 29 juillet 1881---
Les membres du Col­lectif 66 Paix et Justice en Palestine : AFPS 66, PCF, NPA, Col­lectif des Musulmans de France, CREF, asso­ciation Salam, Expression Musulmane, Pôle Ethique, FSU 66, CNT66, ASTI 66, LDH, Soli­darité Féminine, Soli­daires 66.

Michel Alain Labet de Bornay

Copyright 2012. Agence de
Presse AIS (Accréditation International System). (Trade Mark).
Secrétariat technique de l’Association de défense des identités Françaises.
Tous droits réservés. Vues: 91640.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter ? Des sous à nous envoyer ? Écrivez à : frenchlibertarian@gmail.com
Cliquez là: 100 Sites Libertariens.

1 commentaire:

  1. Nicolas Garcia, ne sera « ni exemple, ni bouc émissaire »
    14 novembre 2012 par Joan-Miquel

    Trois mois avec sursis et 8000 euros d’amende pour le maire d’Elne

    « Monsieur le maire nous ne ferons de vous ni un exemple ni un bouc émissaire » c’est en ces termes que le président du tribunal, Jean-Luc Dooms résumait le délibéré de l’affaire du Travailleur Catalan et de Nicolas Garcia.

    Nicolas Garcia, maire d’Elne et employé du Travailleur Catalan, était poursuivi pour un délit de favoritisme, il avait contracté la société de publicité de l’hebdomadaire communiste afin de collecter des publicités auprès des commerçants d’Elne. Publicités destinées au bulletin municipal de la ville d’Elne. Bruno Salvador, imprimeur sur la commune, chargé de l’impression du bulletin municipal et du Travailleur Catalan, a été relaxé du délit de recel. Le tribunal ayant jugé que ça responsabilité n’était pas établie. Toujours selon le tribunal, il n’était pas censé savoir que l’édition du bulletin était entachée d’irrégularité.

    Prise illégale d’intérêt
    Le président Dooms a longuement exposé les motivations de la condamnation. Le tribunal a retenu la prise illégale d’intérêt, l’enquête ayant révélé « l’implication constante et historique » de Nicolas Garcia dans l’entreprise « Le Travailleur Catalan ». Il y est encore aujourd’hui le salarié le mieux payé. Le marché publicitaire a été attribué à l’hebdomadaire communiste, sans aucun contrat et sans que le prévenu n’ait pu fournir le moindre délibéré du conseil municipal. M. Dooms qualifiera le délit de sociopolitique et soulignera la clémence du tribunal, qu’il justifiera, parce que l’attribution de marchés, sans appel d’offre, dénote « un état de fait généralisé » et « une pratique généralisée et particulièrement désagréable dans les Pyrénées Orientales ». Le président du Conseil Régional, Christian Bourquin vient d’être condamné pour un délit de favoritisme dans l’attribution de marchés publicitaires à trois mois de prison avec sursis. Délit commis lorsqu’il était encore président du Conseil Général des Pyrénées Orientales.

    Les trois petits cochons
    Le président, en parlant de clémence, faisait allusion à une précédente condamnation sans peine, un premier avertissement pour Nicolas Garcia, pour un délit de complicité, dans une prise illégale d’intérêt. Un espace vert avait été saisi par la commune à leurs légitimes propriétaires, pour soi-disant aménager un espace vert, à l’heure de la vérité, le terrain avait été partagé entre trois conseillers municipaux qui y ont fait construire leur maison. Le tribunal a considéré recevable la plainte de l’association « Ensemble pour Elne ». En sa qualité de partie civile, représentée par Me Bassole, l’association est déclarée veiller aux intérêts des habitants d’Elne et M. Dooms a précisé que le délit de Nicolas Garcia porte atteinte en termes d’image et de réputation à la commune. Le président du tribunal de Perpignan, Jean-Luc Dooms qui a commencé sa carrière avec une spécialisation dans la répression de la délinquance en col blanc, a précisé que le tribunal n’a pas voulu intervenir dans le débat démocratique et n’a pas prononcé de peine d’inéligibilité, laissant cette responsabilité aux électeurs. Exactement la même phrase prononcée, toujours par le président Dooms, lors de la lecture du délibéré dans l’affaire du « Théâtre de l’étang ». Elie Puigmal, ancien maire de Saint Esteve, avait été condamné à trois mois de prison et 8000 euros d’amende … pour délit de favoritisme.

    RépondreSupprimer