mardi 19 mai 2020

Encore un «jeune homme».


La famille de Sabri (quel joli nom bien de chez nous), le «jeune homme» de 18 ans qui s’est tué dans la nuit de samedi 16 à dimanche 17 mai en perdant le contrôle de sa «motocross» à Argenteuil (Val-d’Oise), à proximité d’un véhicule de la brigade anti-criminalité (BAC), annonce son intention de porter plainte afin d’éclaircir les circonstances du décès, a appris franceinfo auprès de leur deux (bigre et qui paye tout ça ?) avocates. La mort du jeune homme a provoqué d'importantes échauffourées dans la ville, ce dimanche soir 17 mai.

La famille du jeune dénonce également la «violence de la procédure judiciaire» et le «manque d’humanité avec lequel les parents ont été reçus quelques heures après le décès de leur fils par les services de police», selon les deux avocates, maîtres Camille Vannier et Lucie Simon. Nos deux «bavardes» ne nous parlent plus de «motocrotte» (pardon motocross, quoique ?) mais de scooter ce qui dénote bien le sérieux et la compétence des susdites.                  Elles affirment : «Nous nous alarmons d’ores et déjà d’un risque de déperdition des preuves, alors que la scène de l’accident n’a pas été figée et qu’y gisent encore les débris du scooter de Sabri».

Selon une source proche de l’enquête, le véhicule de la BAC, un véhicule banalisé, circulait dans une rue étroite, à double sens, quand ils ont croisé le «jeune homme». «Il n’y a pas eu de volonté de contrôler le jeune homme ni même de le poursuivre» selon cette même source, qui précise que la «moto» (ou le scooter) est ensuite «montée sur un trottoir», lui aussi très étroit. Il faut dire que même banalisée un véhicule de la BAC est reconnaissable entre mille par les «jeunes» allah conscience pas bien tranquille ce qui explique le coup de la fuite sur le trottoir.

D’après le récit des policiers, le «jeune homme» aurait «heurté avec son coude le rétroviseur d’un véhicule qui était garé là, aurait perdu le contrôle de son engin, avant de percuter le poteau électrique» qui lui a été fatal. La famille va porter plainte contre EDF qui met vraiment des poteaux partout.

Les policiers de la BAC ont entendu le bruit du choc, ajoute cette même source. Ils ont alors fait marche arrière et ont prodigué les premiers soins au jeune homme. Ces policiers se disent aujourd’hui «sereins» vis-à-vis du déroulé des faits, insistant sur le fait qu'il n’y a pas eu de velléité de contrôle ou de course-poursuite.

Michel Alain Labet de Bornay
2020. Agence de Presse AIS (Accréditation International System). Trade Mark. Tous droits réservés.
Ce matériel peut être publié, diffusé ou redistribué dans la mesure de la citation de la source.
Une faute d'orthographe, une erreur à signaler ? Une précision à apporter? Des sous à m'envoyer ? Commenter l’article, les commentaires sont libres et les ânes honimes tolérés ou écrivez à : a.de.bornay@gmail.com

2 commentaires:

  1. Argenteuil le 21/05/2020
    Le quartier pourri et zone de non droit du Val-d’Argent et particulièrement rue de la Bérionne dans le quartier de la ZUP à Argenteuil verse des larmes de crocodile pour Sabri Chouhbi, mort à vélomoteur à 18 ans.
    Les proches du fameux «jeune homme», décrit comme «souriant et sérieux», réfutent à tort la version officielle selon laquelle il avait bien perdu, seul, le contrôle de son engin (non homologué) en roulant sur un trottoir étroit le «jeune homme», qui ne portait pas de casque au moment des faits (ce qui dénote le «sérieux» de l’individu), a perdu le contrôle de son engin avant de percuter en «souriant» un poteau électrique en béton. Ils mettent en cause un véhicule de la Bac, présent à proximité.

    RépondreSupprimer
  2. La gestion islamo socialisante du pouvoir voit se développer une autonomie de fait des quartiers habités par une population issue de l'immigration maghrébine et africaine. Le misérabilisme ambiant et le politiquement correct ne vont pas toucher aux jeux favoris de ces pauvres petits anges sur des scooters volés.

    RépondreSupprimer