vendredi 22 mai 2009

La haine sur Internet une spécialité communiste !


Définir la haine

Selon la plupart des spécialistes, les groupes haineux marxistes ont en commun de se représenter certains groupes de personnes comme étant « les Autres » comme par exemple les bourgeois, les capitalistes, les impérialistes, les patrons assimilés aux fascistes. Ceci est insupportable, intolérable.

Ainsi, le site américain Tolerance.org soutient que « tous les groupes haineux ont des croyances ou des pratiques qui attaquent ou calomnient toute une catégorie de personnes, habituellement sur la base de caractéristiques immuables. »

Les groupes, groupuscules, ligues, associations, militants, et autres collectifs qui soutiennent la violence, la mise à l’écart, la diffamation, la tromperie ou l’hostilité envers les autres, en se fondant sur leurs opinions politiques sont des groupes haineux.

Karim Karim, chercheur canadien en communications de l’Université de Carleton, souligne, par ailleurs, que « l’Autre » est l’un des nombreux archétypes communs à toute société humaine. Lorsque des gens transfèrent leurs craintes et leur colère sur l’Autre, le groupe visé devient moins qu’humain dans leur esprit. Les groupes haineux de gauche ne peuvent « justifier » les actes de violence ou de dégradation envers certains groupes que parce qu’ils nient l’humanité de leurs victimes.
Le fanatisme et la haine marxiste d’ultra gauche s’alimentent de l’ignorance, de la peur, de la désinformation et de demi vérités. Ainsi, les messages haineux communistes perdent beaucoup de leur puissance quand le public est capable de les reconnaître et de les analyser. L’esprit critique est donc une arme essentielle dans la lutte contre la propagande marxiste culturelle haineuse.
Caractéristiques communes

Selon le journaliste Keith Ferrel, la majorité des sites communistes haineux partagent trois caractéristiques communes.

1. Paranoïa


De nombreux sites haineux appliquent la théorie du complot. Ils attribuent aux groupes ciblés la responsabilité de toutes sortes de problèmes économiques, politiques et sociaux. Leurs affirmations s’appuient sur l’ignorance du public et des « preuves » inventées de toutes pièces.

L’une des plus infamantes théories du complot se trouvait chez l’ex URSS qui a eu recours à la théorie du complot, invoquant des complots des Menchévistes, de membres du SR, des anarchistes ou de députés de l'ex-Constituante. Plus tard suivront la théorie du complot des Trotskystes qui entraînera l'assassinat de Trotsky, le complot de sabotage des Koulaks ukrainiens pour expliquer la famine ukrainienne ou le complot des Jdanovistes,( des juifs) dit aussi Complot des blouses blanches, visant des médecins et intellectuels juifs. Même si le caractère totalement inventé de ce fameux « complot » est établi depuis longtemps, ses thèses resurgissent régulièrement dans les campagnes de propagande haineuse antisémites. En 1953 Les partis communistes du Kominform des pays occidentaux ont en bonne partie soutenu la condamnation des médecins juifs. Le Parti communiste français (PCF), par la personne d'Auguste Lecœur, publia dès le 22 janvier un communiqué dans le journal communiste L' Humanité: « Lorsque, en Union soviétique, est arrêté le groupe des médecins assassins travaillant pour le compte des services d’espionnage terroristes anglo-américains […], alors, la classe ouvrière applaudit de toutes ses forces. » A ce communiqué s'ajoutait celui de médecins membres du Parti Communiste Français, par la personne de Raymond Leibovici( 1) (chirurgien, ancien membre du mouvement de résistance communiste Front national, spécialiste du cancer de l’ Anus ! On ne rigole pas !): "Les médecins français estiment qu'un très grand service a été rendu à la cause de la paix par la mise hors d'état de nuire de ce groupe de criminels, d'autant plus odieux qu'ils ont abusés de la confiance naturelle de leurs malades pour attenter à leur vie.

2. Armageddon

Les groupes haineux exploitent également la peur et l’incertitude en attribuant la responsabilité des problèmes « sociaux » et économiques aux groupes qu’ils persécutent. Comme sur le site haineux http://bellaciao.org/fr/ ou les patrons forcément fascistes, les capitalistes à l’esprit Lepenisé, les bourgeois forcément d’extrême droite, le grand capital, les impérialistes américains et les sionistes sont responsables de tous les maux.

Stratégies communes

1. Racisme
A la fin des années 70 à Vitry et à Ivry, en banlieue parisienne. Un bulldozer envoyé par le raciste parti communiste raser un bâtiment destiné à devenir un foyer d'immigrés fit grand bruit.
Dans un contexte où les municipalités racistes et communistes accueillaient des taux extrêmement élevés de populations immigrées, là où la plupart des communes s'en déchargeaient de fait (la population immigrée avoisinait les 30% à Gennevilliers au milieu des années 70), le 24 décembre 1980, la municipalité de Vitry bloque, on l’a vu au bulldozer la construction d'un foyer de travailleurs immigrés devant abriter 300 travailleurs maliens, après que la municipalité de Saint Maur ait tenté de transférer encore davantage d'immigrés vers Vitry. Le maire Paul Mercieca est soutenu par Georges Marchais puis par une résolution du Comité Central du Parti. Dans une logique nationale bolchevique et raciste, le PC mêla alors lutte nationale et lutte sociale demandant, que les foyers d'immigrés soient aussi installés dans des villes bourgeoises.

Plusieurs maires racistes et staliniens de la région parisienne prennent des initiatives contre l'augmentation du nombre d'immigrés dans leur commune. (...) en février 1981, le si "démocrate" et "débonnaire" secrétaire général du parti communiste, Robert Hue organise une manifestation dans sa commune de Montigny-lès-Cormeilles pour faire expulser une famille marocaine sur laquelle il avait fait courir la fausse rumeur qu'elle se livrait à du trafic de drogue"
En 2005 Monsieur Lopez de Port de Bouc et d’origine portugaise raconte :"Je me promenais avec un conseiller municipal communiste de Port-de-Bouc, et en regardant les façades, il m'a dit "parabole au balcon, melon au salon". J'ai été choqué, jamais je ne me serai permis une telle sortie. Et c'est eux qui se permettent de nous juger ?"
Plus récemment la secrétaire nationale du PCF, Marie George Buffet, a réclamé des «excuses publiques du gouvernement» à la suite des propos de la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, qui a été victime de racisme en visant un «élu communiste».
Lors d'une réunion publique samedi 16 février dernier à Colombes (Hauts-de-Seine) dont elle est numéro 3 sur la liste pour les élections municipales, Rama Yade avait raconté sa visite improvisée en septembre dernier à des squatteurs à Aubervilliers. Ces derniers avaient été expulsés après que le maire communiste et raciste eut obtenu de la justice qu'ils soient délogés: "je suis allée voir et j'ai découvert que le maire qui avait fait ça, c'était un maire communiste". "C'est cette gauche qui s'en prend à moi (...) parce que je suis noire", avait-elle ajouté.
Marie George Buffet menace Madame Rama Yade de poursuites judiciaires, estimant que le PC avait toujours été du coté des faibles et des opprimés.
C'est vrai, sauf durant quelques décennies avec les "opprimés" d'Europe de l'Est sous le joug soviétique. Et aujourd’hui avec les opprimés Cubains, Chinois, Nord Coréen, Vietnamiens etc. etc. Bon, c'est vrai, qu'à un moment faut bien choisir "son" opprimé et ne plus le lâcher parce que sinon après on se disperse...
En Avril 2008 A la suite d’odieux propos diffamatoires et à caractère raciste tenus par une élue du groupe communiste lors de la séance plénière à l’encontre de Monsieur Stéphane DURBEC, Conseiller Régional Front National, (Monsieur Durbec est un homme de couleur) celui-ci, avec le soutien du groupe Front National, a décidé de porter plainte auprès de la juridiction compétente.

Devant l’absence d’excuses de la part de l’élue communiste et du refus de la condamnation de ses propos injurieux et racistes « il devrait aller se faire blanchir… », Par le Président du Conseil Régional le socialiste Michel VAUZELLE, le Groupe Front National, pour marquer sa profonde indignation, a quitté la séance au début de la reprise des travaux.
Derrière cette insulte qui touchait un élu du Front National clairement désigné en raison de sa couleur de peau, l'élue communiste à finalement rendu grâce : « non, le FN n'est pas raciste, il dit haut et fort qu'il faut cesser de faire l'autruche en matière d'immigration qui, qu'on le veuille ou non, tient beaucoup plus aujourd'hui de l'invasion. » Cela remet en mémoire les discours d'avant 1981 de Georges Marchais ou encore des actions des militants et élus communistes qui, à l'époque, n'étaient pas franchement des partisans du " tout multiculturel "


2) Antisémitisme.
L'antisémitisme socialiste chez Karl Marx
« Ne cherchons pas le secret du juif dans sa religion, mais cherchons le secret de la religion dans le juif réel. Quel est le fond profane du judaïsme? Le besoin pratique, l'intérêt personnel. Quel est le culte profane du juif ? Le trafic. Quel est son dieu ? L'argent. »

L’antisémitisme du criminel contre l’humanité Staline
Quelques citations "Staline et les juifs: L'antisémitisme russe: une continuité du tsarisme au communisme", Arkadi Vaksberg, Editions Robert Laffont, 2003
Page 37 : Lénine partisan de l'assimilation des Juifs dans la masse du peuple soviétique : « Seuls des petits-bourgeois juifs réactionnaires peuvent vociférer contre l'assimilation, dans la mesure où ils prétendent faire tourner à rebours la roue de l'Histoire. »
Page 38 : Opinion de Staline sur les Juifs de l'empire russe, émise juste avant le déclanchement de la première guerre mondiale : « Une entité mystique, insaisissable et fantomatique ».
Page 104 : Eté 1934, « les Juifs constituent 31% des cadres dirigeants du NKVD », 39% en automne 1936, plus que 4% en été 1939. Page 225-229: Vague d'antisémitisme d'Etat en 1949: licenciements, arrestations.
Page 227: Prose d'un auteur juif proche du pouvoir: "...l'invasion juive dans la sphère culturelle et idéologique".
Pages 233-234: "Solution finale" stalinienne de la "question juive".
Page 238: Forte composante antisémite des purges dans les "Pays Frères" de l'Est européen en 1952.
Page 241: Plus de deux millions de Juifs en URSS. "Quand il [Staline, fin 1952] disait que tout Juif était un agent américain, il devait avoir en tête un plan d'action."


L’antisémitisme en Pologne communiste.
2008 VARSOVIE - Les procureurs enquêtent sur des membres Polonais de l'ex-Parti communiste sur la suspicion d'incitation à la haine raciale par le biais anti-sémite a suscité des commentaires sur l'exode des Juifs polonais à la fin des années 1960.

Fondée sur une recherche d'archives, les procureurs de l'Institut de la mémoire nationale, l’organisme qui mène des enquêtes sur des crimes commis par les communistes, ont dit qu'ils avaient suffisamment de documentation montrant que les dirigeants communistes ont lancés des appels publics à la haine contre les citoyens polonais d'origine juive en 1968 -1969 dans la ville de Lodz.

"A la lumière de la documentation recueillie, il n'y a pas de doute du fait que, au début de 1967, le comité central du Parti communiste a commencé a appeler à la haine ... à l'encontre de personnes d'origine juive, et l'opération est ensuite passé de l'échelon local, à la mise en œuvre partout dans le pays », a déclaré l'institut.
L'institut note que premier secrétaire du Parti communiste Wladyslaw Gomulka a lancé les accusations antisémites dans un discours prononcé le Juin 19, 1967, dans laquelle il a souligné l'existence en Pologne d'un "impérial sioniste sorte de cinquième colonne".


2. Pseudo science et intellectualisme

De nombreux groupes haineux utilisent un langage intellectuel et pseudo scientifique. Ils incorporent dans leur idéologie des écrits universitaires pour donner de la crédibilité à leurs thèses ou se targuent de diplomes universitaires qu’ ils ne mossèdent pas.

Par exemple dès son arrivée au pouvoir, en Roumanie le 9 décembre 1967, le criminel contre l’humanité communiste Ceausescu se faisait appeler "le Génie des Carpates" ou "le Danube de la pensée", tandis que sa femme Elena, 1er vice-Premier ministre, quasiment illettrée s'était donné les titres d'académicien, docteur et ingénieur en chimie.

3. Révisionnisme historique

Une autre stratégie courante consiste à nier les crimes contre l’humanité communistes. Ces individus haineux qui « révisent » l’histoire affirment que l’Holodomor Ukrainien n’a pas existé ou qu’il a été moins important que les données officielles ne l’indiquent. Comme par exemple sur le site : http://www.historiographie.info/menu.html

4. Patriotisme

D’autres sites haineux cachent leurs messages sous un langage patriotique. Comme par exemple les communistes patriotes Irakiens http://www.antiimperialista.org/index.php?option=com_content&task=view&id=2935&Itemid=137

5. Désinformation

Certains groupes tentent par ailleurs de diffuser leurs messages à travers des sites dont on pourrait croire qu’ils ont été créés sans but haineux.
Le mot désinformation a longtemps été lié à un contexte de guerre froide. Annie Kriegel écrivait à l’époque :

« Le terme de désinformation, comme d’autres aussi chanceux : nomenklatura, goulag, langue de bois, est tombé dans le domaine public, mais, de proche en proche, immergé dans des contextes de plus en plus dépourvus de rapports avec le contexte initial, celui constitué par le monde communiste, il risque de perdre tout contour et toute couleur, peut-être toute substance. Tantôt le voici gonflé au point de se trouver aspiré vers le ciel métaphysique du mensonge qui couvre de son ombre gigantesque les ténèbres du monde de la chute. … Tantôt le voici, plus raisonnablement, mais de manière encore trop extensive, qui s’identifie, sinon à l’humanité toute entière, du moins à l’humanité communiste. C’est en somme confondre la désinformation avec l’idéologie »

Il faut rappeler que le mot était d’abord apparu dans des dictionnaires soviétiques pour désigner les mensonges que les capitalistes répandaient pour ternir l’image du socialisme radieux. Puis très vite, le terme est passé chez l’adversaire. La désinformation est devenue un manière de regrouper les mises en scène et campagne de dénigrement, vraisemblablement montées par le KGB, et imputant de faux crimes au monde occidental : faux activités de néo-nazis (qu’auraient toléré les «bellicistes» de RFA), faux carnets d’Hitler, fausses lettre de dirigeants de l’Otan ou des USA, fausse preuve que le Sida avait été fabriqué par des laboratoires de la CIA. Etc. etc.
6. Nationalisme
En mai 2008 on apprend qu’ une fois encore, le premier syndicat communiste Français a fait preuve du chauvinisme le plus crasse. En tête d'un tract diffusé massivement à la gare Saint-Lazare à la mi-avril, la CGT s'est fendue de l'un de ses titres patriotiques dont elle a le secret : « La SNCF appartient à la nation... » ! Eh oui ! Le rouge dont se réclame la CGT n'est pas celui de l'étendard prolétarien mais bel et bien celui du drapeau tricolore.


7. Symboles

Les groupes haineux communistes continuent d’utiliser en guise d’images de marque des symboles bien connus comme l’odieux drapeau rouge du sang de 100 millions de victimes innocentes, l’étoile rouge sanglante ou le symbole horrible de la faucille et du marteau. Le sigle du marteau et de la faucille a déjà été déclaré illégal dans certains des nouveaux pays membres de l'UE. La République Tchèque, quant à elle, prépare une loi qui obligera le Parti Communiste tchèque à changer de nom. Un des dix sénateurs responsables de la proposition de loi, Jaroslav Stetina, considère que le communisme continue à pouvoir menacer la démocratie tout comme le socialisme national . Pour l'eurodéputé tchèque Jan Zaharadil, "si nous décidons de bannir un symbole totalitaire nous devons décider de les bannir tous."

L’Anti Defamation League affirme que ces symboles de haine communistes sont plus que de simples signes : « Ils sont conçus pour inspirer un sentiment de peur et d’insécurité […] Ils donnent aux membres un sentiment de puissance et d’appartenance, et leur permettent d’identifier rapidement ceux qui partagent la même idéologie criminelle. »

Dix astuces pour décoder un message de propagande communiste :


1. Chaque camp, même celui qui déclare la guerre, se désigne comme celui qui défend la paix , exemple : le parti communiste est sois disant le parti de la paix, mais les communistes sont très curieusement toujours en « lutte » et « combattent » continuellement.
2. Le camp adverse est présenté comme seul responsable de la guerre. Seuls les « fachos »ou les « sionistes » veulent la guerre.
3. On diabolise le chef du camp que l’on a diabolisé et que l on désigne à la vindicte populaire comme ennemi, exemple : en France Monsieur Jean Marie Le pen.
4. Les causes de la guerre sont toujours nobles (Ex : Défense de l’amour, de l’antiracisme, des droits de « l’homme » ou des « peuples » et de la liberté). Les propagandistes ne commettent que des bavures. Involontaires et insignifiantes. L’ennemi, (Le facho désigné, le sioniste lui, commet consciemment des atrocités. Suggérer la peur et faire ensuite entrevoir la possibilité d’atteindre la sécurité par les actions suggérées, - mettre les nouvelles idées en relation avec des idées qui leur sont coutumière pour les faire accepter par les masses, - avoir un nombre relativement restreint de formules tranchantes et concises afin qu’ils deviennent des symboles, - sans cesse exposer la population à la propagande, - appuyer la force à la propagande pour empêcher les autres idées de s’exprimer, employer l’exagération et adapter la propagande en fonction de l’auditoire auquel ont s’adresse.
5. Le camp adverse ne respecte pas les règles de la guerre et utilise des armes interdites.
6. On dénombre toujours plus de pertes humaines ou matérielles chez l’ennemi.
7. Des artistes ou « intellectuels » influents (appelés par Lénine des « idiots utiles » aujourd’hui dit « intellocrates » défendent la cause des propagandistes.
8. On donne toujours un caractère sacré (ou la défense de valeurs sacrées) à l’entrée en guerre.
9. Ceux qui sont en opposition avec la propagande sont considérés comme des traîtres de la nation.
Ces « grands principes » sont toujours d’actualité (voir par exemple les communiqués sur le net du site du Mrap) et qui ont été aussi appliqués lors de l’invasion américaine en Irak en 2003.
http://www.delinquants-solidaires.org/

(1) http://books.google.ca/books?id=uQjIEIoyXJ0C&pg=PA164&lpg=PA164&dq=Raymond+Leibovici&source=bl&ots=PsK2NKuCzz&sig=CfI3QVV1hb0zcoczq7sq1HsXkic&hl=fr&ei=LAoVSrWjOdq7jAesxYXsDA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10#PPA165,M1

Bornay

10 commentaires:

  1. A vous lire on est censé y voir un message d'amour de votre prochain ?

    RépondreSupprimer
  2. Mon " Prochain ? C' est comme les rhododendrons, moi j' aime pas.

    RépondreSupprimer
  3. A ce demander si cela mérite un commentaire. Vous parlez de haine sur le web et vous ne faites que diffuser la votre avec des arguments plus ou moins construits.
    Vous parlez de paranoia, mais vous en êtes bourré.

    Détendez vous et vous verrez avec un peu de chance vous verrez peut être un bénévole comme autre chose qu'un affreux gauchiste terroriste.

    RépondreSupprimer
  4. Edouard>
    Tu n'as jamais entendu parler de dérision ?
    Remarques...oui...peut etre en effet que non...ce terme n'existe pas en URSS ?

    RépondreSupprimer
  5. Je ne vois pas le rapport avec "l'utra-gauche"!?!
    Mais, sans doute, est-ce du même registre que l'usage immodéré et généralement impropre du mot "anarchie"?
    Je n'ignore pas qu'un "expert" proche de la subversion étatique répète à l'envi dans les médias que l'ultra-gauche serait une tendance radicale et violente des autres gauches afin que le "bon peuple" nourrisse sa paranoïa dès qu'elle voit une cagoule aux abords d'une manifestation.
    Cette gauche "radicale" là, souvent favorable à l'instauration d'une nouvelle dictature -mais dite "prolétarienne (?!?)"- n'a rien à voir (au contraire) avec une ultra-gauche qui n'est que anarchiste, libertaire, nécessairement écologiste qui n'usera de la violence que si la résistance armée devient nécessaire contre un pouvoir totalitaire.
    L'ultra-gauche, en définitive, n'est que "droit de l'hommiste", respectueuse des libertés individuelles et de la dignité de chacun, égalitaire, fraternelle et solidaire, ce qui est inscrit dans la constitution de notre République.
    Il n'est pas impossible, effectivement, qu'elle devienne violente si la République continue à s'exonérer de ses principes constitutionnels... mais: la faute à qui?
    Un contrat social et citoyen, ça se respecte!

    RépondreSupprimer
  6. Mon cher monsieur, gauche, ultra gauche, UMPS tous des républicains d' une république "sociale" donc haineuse fondamentalement haineuse.
    Le fameux "contrat social" je le conchie et le compisse.
    Bornay

    RépondreSupprimer
  7. Article très con.. plein de mensonges grossiers et diffamatoires pour les camarades et les militants du Parti de la paix…..bien digne d’un gros porc fasciste, nazi, totalement dans la ligne du FN, dont vous êtes probablement un fervent militant ?

    RépondreSupprimer
  8. A Caribou pas fraîche.

    Nauséabond l’article, vous avez oublié nauséabond.
    Bien à vous.
    Bornay

    RépondreSupprimer
  9. Moi je vous trouve courageux, de faire des analyses, contraire à la pensée ambiante - et bien entendu, il faut que l'on vous traite de fachos. Même ce mot est maintenant dénaturé.
    Une nouvelle civilisation, nous est imposée, et un nouveau langage est en train de naître, un langage révisionniste, et hypocrite - genre "langue de bois".

    Espérons que ces gens là, ne gagneront pas.

    Bonne journée,

    RépondreSupprimer